Le bolchevisme est né en 1903 d'un rejet de la violence terroriste

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de En février 1920 il appela à la fin des exécutions capitales
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Le bolchevisme est né en 1903 d'un rejet de la violence terroriste
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument [ modifier ]

Au contraire en 1903 le bolchevisme est né d'un rejet de la violence terrorriste individuelle, dans un texte signé par Lénine en personne. Encore en 1920 dans son fameux la maladie infantile du communisme (le gauchisme) , il s'inscrivait dans cette démarche.

Citations [ modifier ]

« Le Congrès repousse résolumment le terrorisme, c'est-à-dire la pratique des assassinats politiques individuels, en tant que moyen de lutte politique au plus haut point contraire à nos buts à l’heure actuelle, détournant les meilleures forces du travail d’organisation et de propagande urgent et absolument indispensable, coupant les liens des révolutionnaires avec les masses des classes révolutionnaires de la population, semant à la fois parmi les révolutionnaires eux-mêmes et parmi l'ensemble de la population les idées les plus fausses sur les tâches et les méthodes de la lutte contre le pouvoir absolu. »
Lénine, « Deuxième congrès du RSDLP : Projets de résolutions sur des points de détail », oeuvres de Lénine, tome 6, janvier 1902-aout 1903, p.497, juillet 1903, Éditions Sociales, Paris, 1966.
« En 1920 dans La Maladie infantile du communisme (le gauchisme), il redit du terrorisme individuel que "nous marxistes", le répudions catégoriquement. Comment ose-t-on inscrire le recours à la terreur en général dans "le projet politique léniniste", imputer même à Lénine une exaltation quasi-mystique de la violence "purificatrice" sans dire mot de la constante opposition des bolcheviks aux anarchistes comme aux S.-R. dans cette question emblématique de l'attentat terroriste ? »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'une choix de textes de Lénine, p.33, La violence, une passion bolchevique ?, Editions sociales Les parallèles, 1917 +cent, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

En mai 1918 dans "Sur l'infantilisme de gauche" il condamne l'extrêmisme et défend le capitalisme d'état trois ans avant la NEP

Page détaillée
En mai 1918 dans "Sur l'infantilisme de gauche" il condamne l'extrêmisme et défend le capitalisme d'état trois ans avant la NEP
[ modifier ]
« Ce n'est pas le capitalisme d'état qui est ici aux prises avec le socialisme, mais la petite-bourgeoisie et le capitalisme privé qui luttent au coude-à coude contre le capitalisme d'état et le socialisme. La petite-bourgeoisie s'oppose à toute intervention de la part de l'Etat qu'il émane d'un capitalisme d'Etat ou d'un socialisme d'Etat. C'est là un fait réel, tout-à-fait indéniable, dont l'incompréhension est à la base de l'erreur économique des "communistes de gauche". Le spéculateur, le mercanti, le saboteur du monopole, voilà notre pire ennemi "intérieur", l'ennemi des mesures économiques, du pouvoir des Soviets. Si il y a 125 ans, les petits-bourgeois français, révolutionnaires des plus ardents et des plus sincères, étaient encore excusables de vouloir vaincre la spéculation en envoyant à l'échafaud un petit nombre "d'élus" et en usant de foudres déclamatoires, aujourd'hui, les attitudes de phraseurs avec lesquelles tel ou tel socialiste-révolutionnaire de gauche aborde cette question n'inspirent qu'aversion et dégoût à tous les révolutionnaires conscients. »
Lénine, « « Sur l'infantilisme "de gauche" et les idées petites-bourgeoises » », Oeuvres de Lénine tome 27 février-juillet 1918, p.351-352, 9-10-11 mai 1918, Editions sociales, Paris, 1961.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent