Pour affirmer que le voile islamique libère, il faut refuser de voir la situation des femmes voilées dans des pays comme l'Iran ou l'Afghanistan

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Après la révolution islamique en Iran, certains sociologues iraniens résidant en France, ont fabriqué de toute pièce la théorie du « voile comme moyen d’émancipation ». Les femmes tirées par les cheveux, jetées à terre, frappées dans les rues de Téhéran parce qu’elles ne voulaient pas porter le voile, ils ne les ont pas vue. Sans doute ne voient-ils toujours pas qu’aujourd’hui encore les gardiens de l’islam arrêtent et emprisonnent des femmes parce qu’elles ont laissé échapper du voile quelques mèches subversives. »
Chahdortt Djavann, Bas les voiles !, Folio, 2003.
« Les femmes musulmanes qui ont pu s’en sortir grâce aux lois et à l’éducation républicaines et laïques de la France et qui aujourd’hui revendiquent le voile pensent-elles jamais à ces autres femmes, ensevelies sous le voile, qui dans leur pays n’ont aucun droit ? Je me demande si elles mesurent la situation de ces femmes privées de l’éducation la plus élémentaire, qui n’ont, pour les plus pauvres d’entre elles, pas même un acte de naissance, ces femmes écrasées, ces femmes très nombreuses des régions les plus désertiques et les plus isolées des pays musulmans. Peut-être un séjour dans un pays comme l’Afghanistan ferait-il le plus grand bien à celles qui se prétendent « libérées par le voile » Peut-être pourraient-elles faire partager leur « liberté » aux femmes afghanes ? »
Chahdortt Djavann, Bas les voiles !, Folio, 2003.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]