Le voile islamique assigne aux femmes le rôle de reproductrices et de mères au foyer

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« En fait, ce n’est pas à la laïcité qu’il faut principalement penser mais à la défense des femmes. Pour elles, le voile islamique est plus qu’une contrainte vestimentaire, c’est la marque d’une oppression et, à ce titre, c’est une infamie. Pour les intégristes qui imposent à leurs femmes, leurs sœurs et leurs filles de le porter, ce voile est un élément et le symbole de l’oppression dans laquelle ils veulent les maintenir, oppression qui veut réserver aux femmes l’unique rôle de reproductrice. C’est au nom de cette idée tout droit sortie de la barbarie moyenâgeuse qu’en Afghanistan, en Iran, et maintenant en Irak, et dans bien d’autres pays, des centaines de milliers de femmes vivent recluses, enfermées non seulement derrière les murs et les barreaux de leurs maisons et derrière le grillage de leur « burka » ou l’épaisseur de vêtements destinés à les masquer toute entière. Mais c’est aussi au nom de cet archaïsme qu’on leur interdit d’exercer une profession, de consulter un médecin et a fortiori de se faire opérer, ou même de conduire une voiture. »
Sophie Gargan, « Port du voile : une pression réactionnaire », Lutte ouvrière, n°1833, 18 septembre 2003.
« Derrière ce fatras moyenâgeux, il y a la place imposée à la femme, l’enfermement à la maison dans son seul rôle d’épouse et de mère, pour un seul homme qu’elle n’a pas choisi ; il y a ces fameuses règles communautaires selon lesquelles les femmes ne devraient pas aller à l’école, même pas l’école coranique ! »
Robert Paris, « C’est le voile qui exclut », Convergences révolutionnaires, n°29, septembre-octobre 2003.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

De nombreuses femmes voilées réinventent le sens de leur voile

Page détaillée
De nombreuses femmes voilées réinventent le sens de leur voile
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Certaines jeunes filles de 16 à 25 ans revendiquent le voile, en accord avec leurs parents ou parfois contre leur gré. Pour ces filles, « l’islam s’inscrivant dans leur voile est réinventé, retravaillé et réactualisé sous une forme différente de la tradition ». Avec ces jeunes filles diplômées et autonomes, pas question d’enfermement dans la maison, et pas non plus de mariage contraint : « Le voile n’est plus le signe d’une soumission aveugle à la tradition, ni l’expression de l’enfermement dans l’espace de la féminité ancestrale, en retrait sur l’espace public. C’est un voile qui légitime l’extériorisation de la femme et simultanément donne un sens moral à sa vie, en l’absence de solution de rechange dans une société française où n’existe plus d’entreprise collective d’instauration du sens. Ce type de voile reflète la volonté d’auto-affirmation, non seulement face aux parents mais aussi vis-à-vis de la société française qui refoule au nom de l’universel » (Gaspard et Khoroskhavar, 1995). »
Emmanuel Jovelin, « Sociologie de la femme voilée. Du voile hérité au voile révélé », Pensée plurielle, vol. 2, n°21, 14/09/2009.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent