L'espace public n'est pas un supermarché

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Vouloir la liberté d'expression maximale, c'est vouloir appliquer une logique libérale sur un supermarché des idées, celles-ci étant considérées comme des marchandises. Or on voit les effets de l'ultralibéralisme en économie : la loi du plus fort et le chaos. Sur le net sévissent des opinions souvent fausses, qui prennent le dessus sur les opinions scientifiques par exemple. Il faut donc une régulation dans le champ des idées.

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Il y a une sélection naturelle des idées

Page détaillée
Il y a une sélection naturelle des idées
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Les idées fausses sont peu à peu éliminées, au fur et à mesure des débats et des événements. Donc ce n'est qu'un prétexte d'esprits totalitaires que de vouloir, de façon autoritaire, empêcher des opinions de se répandre.

Tout peut se dire dans un débat méthodique

Page détaillée
Tout peut se dire dans un débat méthodique
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Le combat des opinions, mené à la télévision ou sur l'estrade, donne la prime aux démagogues ou aux "grandes gueules". En revanche, un débat structuré, méthodique et organisé comme Wikidébats permet de démêler les arguments et d'éliminer les sophismes. Il n'y a donc pas besoin d'interdire des opinions, mais il faut créer l'espace public adéquat - comme c'est le cas dans les sciences dures, qui éliminent grâce aux débats et aux expériences contradictoires les théories erronées.
« Il s'agit de renouer avec le geste de la philosophie antique. Un tel mouvement se situe assez loin d'initiatives comme les fameux Bistrots philo ; ceux-ci, en voulant donner la parole à tous et en limitant les règles de discussion à la simple écoute mutuelle, ont abouti au même résultat que les forums internet : un empilement d'opinions plus ou moins intéressantes qui participent au brouhaha général – suivi, en fin de compte, par une sensation de stérilité. La leçon à en tirer est la suivante : la recherche de la vérité demande une méthode. L'objet de la rencontre ne sera pas de « donner la parole à tous », mais de veiller à ce que, face à une question, tous les arguments soient présentés, examinés et articulés dans une présentation lisible. La liberté d'expression est une des conditions sine qua non d'un tel débat : en demandant à tous les protagonistes, y compris minoritaires, marginaux ou extrémistes, de présenter leurs arguments et de les exposer à la critique, on intégrera peu à peu les points de vue hétérodoxes ou dangereux dans l'espace de la raison – mieux que par des mesures « protectrices » qui visent à interdire les propos de tels ou tels, en faisant des martyrs et laissant leurs idées intactes. Je le dis ici quitte à choquer : seule la liberté d'expression complète (à l'américaine si l'on peut dire) permet le débat sans reste ; Socrate n'excluait pas les sophistes de l'agora, au contraire. Le repli frileux, les barrières judiciaires envers l'expression de certaines opinions intolérables, le rejet des points de vue farfelus voire de « la mauvaise foi », est une stratégie coûteuse, qui masque in fine une défiance envers la raison elle-même et le sens commun. Que des intellectuels ou des responsables associatifs passent du temps à justifier des mesures qui relèvent, peu ou prou, de la censure, en dit long sur l'abandon du terrain aux forces irrationnelles. »
Emmanuel Juste-Duits, Après le relativisme, Éditions du Cerf, 2016.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débats parents