Dans l'Etat et la Révolution, il veut l'abolition de la violence

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« La violence révolutionnaire est en son essence une contre-violence - le dissimuler est l'escamotage de base définissant le regard porté sur la période léninienne de l'histoire soviétique dont je conteste officiellement le bien-fondé. Et vouloir en faire une "culture", voire un culte chez Lénine est une imposture. Dans ce même L'Etat et la Révolution Lénine écrit : "nous nous assignons comme but final la suppression de l'Etat, c'est-à-dire de toute violence organisée et systématique, de toute violence organisée sur les hommes en général" (t. 25, 493). Le voilà le "projet politique léniniste". C'est le contraire même de celui qui lui est en tout arbitraire imputé. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine., p.34-35, "La Terreur nous a été imposée", Editions sociales les parallèles, 1917 + cent, Paris, 2017.
« Non. La démocratie et la soumission de la minorité à la majorité ne sont pas des choses identiques. La démocratie, c'est un Etat reconnaissant la soumission de la minorité à la majorité ; autrement dit, c'est une organisation destinée à assurer l'exercice systématique de la violence par une classe contre une autre, par une partie de la population contre l'autre partie. Nous nous assignions (sic) comme but final la suppression de l'Etat, c'est-à-dire de toute violence organisée et systématique, de toute violence exercée sur les hommes, en général. »
Lénine, Oeuvres de Lénine, tome 25, juin-septembre 1917, p.493, L'Etat et la Révolution, août 1917 : Engels et le dépassement de la démocratie, Editions sociales, Paris, 1962.
« Nous n'attendons pas l'avènement d'un ordre social où le principe de la soumission de la minorité à la majorité ne serait pas observé. Mais, aspirant au socialisme, nous sommes convaincus que dans son évolution il aboutira au communisme et que, par suite, disparaîtra toute nécessité de recourir en général à la violence contre les hommes, toute nécessité de la soumission d'un homme à un autre, d'une partie de la population à une autre ; car les hommes s'habitueront à observer les conditions élémentaires de la vie en société, sans violence et sans soumission. »
Lénine, Oeuvres de Lénine, tome 25, juin-septembre 1917, p.493, L'Etat et la Révolution, Editions sociales, Paris, 1962.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références [ modifier ]

  • Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine., "La terreur nous a été imposée", Editions sociales les parallèles, 1917 + cent, Paris,, 2017.  
  • Lénine, Oeuvres de Lénine, tome 25, juin-septembre 1917, L'Etat et la Révolution, août 1917, Engels et le dépassement de la démocratie, Editions sociales, Paris, 1962..  

    [ ± Ajouter ou retirer une référence ]

    Débat parent