Seule l'hypothèse de Dieu nous sort du solipsisme

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Le monde est essentiellement trompeur : mes sens sont faillibles, mon raisonnement est fragile, mes opinions sont fluctuantes. Même le sentiment de conviction ou de réalité d'une chose peut être faux, comme pour les fous ou lors de la vision d'un mirage. Qu'est-ce qui me prouve que le monde extérieur existe tel que je le vois, et que je ne suis pas dans la Matrice ? Qu'est-ce qui me prouve que les autres existent, et qu'ils ne sont pas des projections de mon propre esprit ? Comment est-ce que je sais que ce monde est réel, et n'est pas un grand rêve ? C'est la question du solipsisme. Je sais que j'existe ("Je pense donc je suis"), je ne sais pas si le monde perçu est un effet de mon esprit. Pour échapper à cette question, il faut poser que ma perception immédiate n'est pas trompeuse, que je ne suis pas fou ; pour cela, il faut supposer que Dieu garantit la vérité de mes impressions immédiates. Donc je dois poser que Dieu existe pour poser que le monde est réel.

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Le monde n'est pas trompeur

Page détaillée
Le monde n'est pas trompeur
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Par approximations et corrections mutuelles, les humains réussissent à se faire une représentation de plus en plus exacte de ce qui est. Il n'y a pas besoin d'en appeler à Dieu pour garantir la véracité de ce que l'on pense ou de ce que l'on perçoit : la confrontation à autrui suffit.

Pour me constituer comme sujet, j'ai besoin des autres

Page détaillée
Pour me constituer comme sujet, j'ai besoin des autres
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Le sujet n'émerge pas tout seul ; il se construit en se posant face à l'autre. L'autre est ce qui s'oppose à ma volonté et la fait donc exister. J'existe donc parce que l'autre existe. Dire qu'il y aurait un "Moi" solitaire, un Esprit hors de toute relation, est une contradiction dans les termes. Un tel esprit ne pourrait même pas prendre conscience de lui-même. La question du solipsisme est un faux problème.