Seul Dieu est garant de la réalité et de la véracité du monde

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Seule l'hypothèse de Dieu nous sort du solipsisme

Page détaillée
Seule l'hypothèse de Dieu nous sort du solipsisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le monde n'est pas trompeur
Pour me constituer comme sujet, j'ai besoin des autres
Le solipsisme est un faux problème
[ modifier ]
Le monde est essentiellement trompeur : mes sens sont faillibles, mon raisonnement est fragile, mes opinions sont fluctuantes. Même le sentiment de conviction ou de réalité d'une chose peut être faux, comme pour les fous ou lors de la vision d'un mirage. Qu'est-ce qui me prouve que le monde extérieur existe tel que je le vois, et que je ne suis pas dans la Matrice ? Qu'est-ce qui me prouve que les autres existent, et qu'ils ne sont pas des projections de mon propre esprit ? Comment est-ce que je sais que ce monde est réel, et n'est pas un grand rêve ? C'est la question du solipsisme. Je sais que j'existe ("Je pense donc je suis"), je ne sais pas si le monde perçu est un effet de mon esprit. Pour échapper à cette question, il faut poser que ma perception immédiate n'est pas trompeuse, que je ne suis pas fou ; pour cela, il faut supposer que Dieu garantit la vérité de mes impressions immédiates. Donc je dois poser que Dieu existe pour poser que le monde est réel.

Seule l'hypothèse de Dieu nous sort du perspectivisme

Page détaillée
Seule l'hypothèse de Dieu nous sort du perspectivisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Il n'y a pas de vérité
La science établit des vérités sans faire l'hypothèse de Dieu
[ modifier ]
Parler de vérité, c'est supposer qu'il existe un niveau de compréhension qui n'est pas un simple point de vue, mais un niveau de perception exact de ce qui est. Ce niveau où la pensée touche l'être, où il n'y a plus de différence entre le concept et le réel, est celui de l'intelligence divine. C'est parce que l'intellect humain reflète en quelque façon l'Esprit divin qu'il peut atteindre des vérités, voire la Vérité. S'il n'y a pas de Dieu, il n'y a que des perspectives changeantes, des points de vues parcellaires et subjectifs. La notion même de vérité est vide de sens (sauf de façon triviale, pour désigner des énoncés factuels très limités : "le verre est sur la table").

Seul Dieu peut fonder les vérités logiques et mathématiques

Page détaillée
Seul Dieu peut fonder les vérités logiques et mathématiques
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Quand on considère attentivement l’immensité de Dieu, on voit manifestement qu’il est impossible qu’il y ait rien qui ne dépende de lui, non seulement de tout ce qui subsiste, mais encore qu’il n’y a ni ordre, ni loi, ni raison de bonté et de vérité qui n’en dépende ; autrement […], il n’aurait pas été tout à fait indifférent à créer les choses qu’il a créées. […] Il est aussi inutile de demander comment Dieu eût pu faire de toute éternité que deux fois 4 n’eussent pas été 8, etc., car j’avoue bien que nous ne pouvons pas comprendre cela ; mais, puisque d’un autre côté je comprends fort bien que rien ne peut exister, en quelque genre d’être que ce soit, qui ne dépende de Dieu, et qu’il lui a été très facile d’ordonner tellement certaines choses que les hommes ne pussent pas comprendre qu’elles eussent pu être autrement qu’elles sont, ce serait une chose tout à fait contraire à la raison, de douter des choses que nous comprenons fort bien, à cause de quelques autres que nous ne comprenons pas, et que nous ne voyons point que nous devions comprendre. Ainsi donc il ne faut pas penser que les vérités éternelles dépendent de l’entendement humain, ou de l’existence des choses, mais seulement de la volonté de Dieu, qui, comme un souverain législateur, les a ordonnées et établies de toute éternité. »
René Descartes, Réponses aux sixièmes objections, point 8, AT IX.
Voir plus...
« Il est vrai aussi qu’en Dieu est non seulement la source des existences, mais encore celle des essences, en tant que réelles, ou de ce qu’il y a de réel dans la possibilité. C’est parce que l’entendement de Dieu est la région des vérités éternelles, ou des idées dont elles dépendent, et que sans lui il n’y aurait rien de réel dans les possibilités, et non seulement rien d’existant, mais encore rien de possible. Car il faut bien que s’il y a une réalité dans les essences ou possibilités, ou bien dans les vérités éternelles, cette réalité soit fondée en quelque chose d’existant ou d’actuel ; et par conséquent dans l’existence de l’Être nécessaire, dans lequel l’essence renferme l’existence, ou dans lequel il suffit d’être possible pour être actuel. »
Leibniz, Monadologie, § 43 et 44, 1714.

Seule l'hypothèse de Dieu explique la coïncidence des mathématiques et du réel

Page détaillée
Seule l'hypothèse de Dieu explique la coïncidence des mathématiques et du réel
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Les mathématiques sont une construction humaine
Les mathématiques proviennent de l'observation du monde
[ modifier ]
Einstein était étonné qu'il y ait coïncidence entre le monde et les mathématiques. Un telle coïncidence pourrait bien montrer la coïncidence de l'esprit humain avec l'Esprit du créateur. Le monde est écrit en langage mathématique parce qu'il a été créé par une Intelligence que l'intelligence humaine reflète. Les propriétés mathématiques ne sont pas des inventions humaines, mais des découvertes se passant dans un monde platonicien où existent de toute éternité les objets mathématiques.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent