Les marxistes doivent combattre toutes les religions

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Les marxistes ont toujours considéré la propagande antireligieuse comme indispensable. Être communiste, c’est être matérialiste, et être matérialiste, c’est être athée. On peut être athée et se battre, dans une grève, aux côtés d’un travailleur croyant. Mais cela n’empêche pas qu’il est du devoir de n’importe quel révolutionnaire communiste d’essayer d’arracher non seulement les militants qu’il veut gagner à sa cause, mais même ses camarades de travail et de lutte, à l’emprise de la religion. »
Lutte ouvrière, « Le piège de la « lutte contre l’islamophobie » », Lutte de classe, n°181, février 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

La lutte pour l'athéisme doit être subordonnée à la lutte des classes, sans quoi elle n'est qu'une lutte abstraite

Page détaillée
La lutte pour l'athéisme doit être subordonnée à la lutte des classes, sans quoi elle n'est qu'une lutte abstraite
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Car tout le problème est qu’« être matérialiste », c’est aussi avoir une approche matérialiste du phénomène religieux. Une approche matérialiste à laquelle Lutte ouvrière renonce, en considérant « la » religion de manière essentialiste, comme une force réactionnaire partout et toujours, qu’il s’agirait de combattre en tout temps et en tout lieu par la diffusion d’une « propagande antireligieuse », indépendamment des rapports de forces politiques, économiques, sociaux, idéologiques. Une approche matérialiste résumée par Lénine dans un texte de 1909, dans lequel il explique notamment que « la propagande athée de la social-démocratie [= des révolutionnaires] doit être subordonnée à sa tâche fondamentale, à savoir : au développement de la lutte de classe des masses exploitées contre les exploiteurs. » Quatre ans plus tôt, Lénine avertissait déjà : « en aucun cas nous ne devons nous fourvoyer dans les abstractions idéalistes de ceux qui posent le problème religieux en termes de "raison pure", en dehors de la lutte de classe, comme font souvent les démocrates radicaux issus de la bourgeoisie ». »
Julien Salingue, Christine Poupin, Ugo Palheta, Selma Oumari, « Combat contre l’islamophobie : quand Lutte ouvrière inverse la hiérarchie des normes », 2 février 2017.

La focalisation sur la question de la religion conduit à ne pas lutter contre le racisme

Page détaillée
La focalisation sur la question de la religion conduit à ne pas lutter contre le racisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« L’obsession antireligieuse de Lutte ouvrière conduit cette organisation à refuser de participer à des fronts qui sont pourtant autant de coins enfoncés au sein du « bloc historique » que la bourgeoisie française tente de consolider en ralliant à sa cause des fractions entières du salariat au nom de la « lutte contre le terrorisme ». [...] Rejeter a priori toute alliance ponctuelle, autour d’une question – le racisme, ici sous la forme de l’islamophobie – qui structure profondément les sociétés capitalistes, et cela au nom de prétendus « principes matérialistes », c’est s’empêcher d’agir pour peser concrètement dans les rapports de forces politiques et sociaux. »
Julien Salingue, Christine Poupin, Ugo Palheta, Selma Oumari, « Combat contre l’islamophobie : quand Lutte ouvrière inverse la hiérarchie des normes », 2 février 2017.

Les différentes religions n'ont pas à être mises sur un pied d'égalité en termes de pouvoir

Page détaillée
Les différentes religions n'ont pas à être mises sur un pied d'égalité en termes de pouvoir
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Vous vous réclamez de la tradition anticléricale, mais en feignant d’ignorer en quoi elle se différencie fondamentalement de l’islamophobie : la première s’est construite au cours d’une lutte dure, longue et acharnée contre un clergé catholique effectivement redoutable de puissance, qui avait – et a encore – ses journaux, ses députés, ses lobbies, ses salons et son immense patrimoine immobilier ; la seconde s’attaque aux membres d’une confession minoritaire dépourvue de toute espèce d’influence sur les sphères de pouvoir. Elle consiste à détourner l’attention des intérêts bien nourris qui gouvernent ce pays pour exciter la meute contre des citoyens qui déjà ne sont pas à la fête, si l’on veut bien prendre la peine de considérer que, pour la plupart d’entre eux, colonisation, immigration et discrimination ne leur ont pas assigné la place la plus reluisante dans la société française. »
Olivier Cyran, « « Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… », Article11, 5 décembre 2013.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent