Le vote électronique a suscité un faible taux de participation dans les expériences menées

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Une expérimentation de vote par Internet a eu lieu en Espagne du 1er au 18 février 2005, sans valeur légale, à l’occasion de la ratification du traité portant Constitution pour l’Europe. Près de 2 millions de votants, dans 52 villes espagnoles, étaient conviés à doubler leur vote classique d’un vote par internet, en utilisant une carte à puce et un numéro d’identification personnel. Outre la très faible participation (0,54 %, soit 10 543 votants sur les 2 millions), le test a fait l’objet de vives critiques de l’observatoire du vote électronique du fait des nombreuses failles de sécurité. [...] Depuis lors, aucune nouvelle expérimentation d’envergure n’a eu lieu. »
Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.
« Seul 1 % du corps électoral estonien s’est exprimé à distance (9317 votants exactement) pour ces élections [municipales d'octobre 2005] où la participation est souvent faible (moins de 50 % de participation). Le vote via internet n’a donc pas renversé la tendance, ni masqué les contestations de certains partis minoritaires, réclamant un égal accès de tous les citoyens au vote et constatant l’absence de garantie du secret, comme dans l’isoloir. »
Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

La participation électronique augmente avec le temps

Page détaillée
La participation électronique augmente avec le temps
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Lorsque le « vote par internet » est possible, sa part parmi les votes émis n'a cessé de croître par rapport aux autres modalités de vote. Lors des élections législatives de 2012 et 2013, il a même été choisi par plus de la moitié des votants. Pour ces mêmes élections, le vote par correspondance sous forme papier s'effondrait à moins de 2 % des votants alors qu'il représentait pour les élections des conseillers à l'AFE en 2006 et 2009 plus de la moitié des votes émis. »
Alain Anziani, Antoine Lefèvre, « Rapport d'information sur le vote électronique », Sénat, 9 avril 2014.
Voir plus...
« “Voter ne prend alors que quelques secondes : on insert sa carte dans un lecteur acheté pour quelques euros, on télécharge l’application de vote et on s’identifie à l’aide d’un code à quatre chiffres. L’électeur reçoit alors la liste des candidats et valide son choix à l’aide d’un second mot de passe”, explique Tarvi Martens, concepteur de ce mode de vote. [...] Les résultats sont sans appel : entre 2005 et 2015 [en Estonie], la part des suffrages via internet est passée de 2 à plus de 30,5 %. »
Mohamed Bouhjar, « L’e-Estonie, ce précurseur de “la démocratie électronique” », MAP Express, 13 octobre 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent