Le revenu de base est un mode de rétribution adapté au capitalisme cognitif

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il instaurer un revenu de base ?.

Présentation de l'argument

Le développement du secteur tertiaire est la base d'une nouvelle économie qualifiée de capitalisme cognitif

L'économie du savoir, l'économie de la connaissance, l'économie de l'immatériel ou encore le capitalisme cognitif, est, selon certains économistes, une nouvelle phase de l'histoire économique qui aurait commencé dans les années 1990. Le concept est établi par Fritz Machlup en 1962 par la publication de son livre The production and distribution of knowledge in the United States ; sa thèse de 1977 montre que près de 45 % des employés aux États-Unis manipulent de l'information. Ces travaux sont repris dans une annexe d'un rapport officiel français paru en 1978, L'Informatisation de la société, rapport qui connait un succès médiatique sans précédent sous le nom de ses auteurs Simon Nora et Alain Minc.

Source : Wikipédia
, qui a profondément changé la nature du travail. Entre autres choses, le capitalisme cognitif se caractérise par l'importance du travail intellectuel, qu'il est difficile de mesurer en heures de travail et donc de rémunérer de façon adéquate par un salaire calculé sur la base d'un certain nombre d'heures de travail. Or, parce qu'il n'est pas établi sur la base d'un temps de travail, le revenu de base est en ce sens un mode de rétribution particulièrement adapté au capitalisme cognitif.

Citations

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Une forme de capitalisme marginale à l'échelle mondiale

Bien que la dimension « cognitive » du capitalisme se soit considérablement renforcée à partir des années 1980, cette dimension est encore relativement marginale, surtout si l'on considère le capitalisme à l'échelle mondiale, et non pas seulement à l'échelle des pays industrialisés. En effet, à l'échelle mondiale, c'est une forme traditionnelle (fordiste

Le fordisme est — au sens premier du terme — un modèle d'organisation et de développement d'entreprise développé et mis en œuvre en 1908 par Henry Ford (1863-1947) fondateur de l'entreprise qui porte son nom, à l'occasion de la production d'un nouveau modèle, la Ford T.

Ce modèle accorde une large place à la mise en œuvre des nouveaux principes d'organisation du travail (organisation scientifique du travail, ou OST) instaurés par le taylorisme (qui, quant à lui, se base avant tout sur la qualité du produit) en y ajoutant d'autres principes comme notamment le travail des ouvriers sur convoyeur (qu'Henry Ford dit avoir découvert lors de la visite d'un semblable dispositif déjà à l'œuvre aux abattoirs de Chicago).

Le fordisme désigne également le « compromis économique et social vertueux »[réf. nécessaire] permis par les résultats de cette mise en œuvre : les forts gains de productivité peuvent en partie être attribués aux travailleurs concernés, contribuant à la très forte croissance économique qui, en retour, soutient la productivité.

Leurs salaires peuvent être indexés sur cette progression, et générer une augmentation bienvenue du pouvoir d'achat.

Source : Wikipédia
) de capitalisme qui domine, caractérisée par le travail non-qualifié et le travail à la chaîne.

Une forme de capitalisme marginale même dans les pays à la pointe du développement

Même dans les pays les plus à la pointe de l'économie comme les États-Unis, la majorité des emplois créés sont des emplois non-qualifiés (y compris dans le secteur des services).
« Le capitalisme contemporain se caractérise en réalité par une dualité dans la dynamique de l’emploi. Les effectifs employés croissent en effet par les deux bouts : d’un côté, les effectifs des « travailleurs cognitifs » augmentent rapidement, mais la masse des emplois créés se retrouvent dans les emplois peu qualifiés du commerce et des services aux personnes. Cette structure est particulièrement nette aux Etats-Unis qui devraient pourtant être la terre d’élection de ce nouveau capitalisme. L’étude concrète du capitalisme contemporain montre clairement qu’il est indissociablement néo-taylorien et « cognitif ». »

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent