Lénine défendait déjà dans sa jeunesse les vertus de la famine de 1891-1892

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Avant de devenir Lénine, Vladimir Ilitch Oulianov se nourrissait déjà du Catéchisme du révolutionnaire, publié en 1869 par le fameux révolutionnaire russe Serge Netchaïev qui appelait instamment à la destruction totale de la société existante Alors qu’il était déjà marxiste, Oulianov se félicita de la dernière grande famine de l’empire tsariste, qui tua environ 400 000 paysans de la Volga en 1891-1892, et, à l’inverse de l’ensemble de la société il refusa de leur venir en aide, estimant qu’« en détruisant l’économie paysanne attardée, la famine nous rapproche objectivement de notre but final, le socialisme ». »
Stéphane Courtois, « Rafael Lemkin et la question du génocide en régime communiste », Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.
« Très vite, on perçoit les effets de cette passion scientiste sur un Lénine déjà adulte. En 1891-1892 eut lieu la dernière grande famine en Russie – avant l’ère soviétique – qui fit environ 400 000 morts dans la paysannerie. Non seulement Oulianov [c’est-à-dire Lénine] refusa de participer aux secours des affamés, mais, d’après son ami A. Beliakov, il « avait le courage de déclarer ouvertement que la famine avait de nombreuses conséquences positives, à savoir l’apparition d’un prolétariat industriel, ce fossoyeur de l’ordre bourgeois. […] En détruisant l’économie paysanne attardée, la famine, expliquait-il, nous rapproche objectivement de notre but final, le socialisme, étape immédiatement postérieure au capitalisme. La famine détruit aussi la foi non seulement dans le tsar, mais même en Dieu ? ». Ainsi, à vingt ans, Lénine entretient déjà une vision téléologique et doctrinale de la société et de l’histoire, vision abstraite, coupée de la vie, qui repose sur une philosophie de la nécessité et implique une absence totale de compassion. »
Stéphane Courtois, « Guerre et totalitarisme », Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.
« La dernière grande famine qu’avait connue la Russie en 1891, approximativement dans les mêmes régions (la Moyenne, la Basse-Volga et une partie du Kazakhstan), avait fait quatre cent à cinq cent mille victimes. L’État et la société avaient alors rivalisé d’émulation pour venir en aide aux paysans victimes de la sécheresse. Jeune avocat, Vladimir Oulianov-Lénine résidait au début des années 1890 à Samara, chef-lieu de l’une des provinces les plus touchées par la famine de 1891. Il fut le seul représentant de l’intelligentsia locale non seulement à ne pas participer à l’aide sociale aux affamés, mais à se prononcer catégoriquement contre une telle aide. Comme le rappelait un de ses amis, « Vladimir Ilitch Oulianov avait le courage de déclarer ouvertement que la famine avait de nombreuses conséquences positives, à savoir l’apparition d’un prolétariat industriel, ce fossoyeur de l’ordre bourgeois. […] En détruisant l’économie paysanne attardée, la famine, expliquait-il, nous rapproche objectivement de notre but final, le socialisme, étape immédiatement postérieure au capitalisme. La famine détruit aussi la foi non seulement dans le tsar, mais même en Dieu ». Trente ans plus tard, le jeune avocat devenu chef du gouvernement bolchevique reprenait son idée : la famine pouvait et devait servir à « frapper mortellement l’ennemi à la tête ». »
Nicolas Werth, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Les citations sont contestées

Page détaillée
Les citations sont contestées
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Souvent cité mais faussement attribué à Lénine par Michael Ellman d'après le wikiquote anglophone "Extrait des mémoires de V. Vodovozov sur la position de Lénine concernant la famine de 1891-1892. D'après d'autres sources retrouvées par Lars T Lih Lénine souhaitait que la paysannerie se transforme sans disparaître de manière à imposer la démocratie.
« En détruisant l'économie paysanne et en poussant le paysan de la campagne vers la ville, la famine crée un prolétariat ... De plus, la famine peut et doit être un facteur progressif, non seulement économique. Cela obligera le paysan à réfléchir sur les bases du système capitaliste, à démolir sa foi en le tsar et le tsarisme et, par conséquent, facilitera en temps voulu la victoire de la révolution ... Psychologiquement, tout ce discours sur le fait de nourrir les affamés, etc. reflète la sentimentalité sucrée habituelle de notre intelligentsia. »
Michael Ellman, « Le rôle des perceptions du leadership et de l'intention dans la famine soviétique de 1931-1934, », Études Europe-Asie, septembre 2005, p.page 823.
Voir plus...
Voir les citations restantes dans la page détaillée de l'argument.
« L'histoire de Vodovosov est parfaite. "Trop parfaite" dirait sans doute un détective de romans policiers (...) Aujourd'hui encore, beaucoup d'historiens croient à l'exactitude de cette caricature à visée polémique. Or Lénine nourrit une vision absolument différente de "l'autre voie" créée par le capitalisme : la transformation capitaliste des campagnes est la force objective qui rendra possible, ici et maintenant le scenario héroïque du leadership de classe. Selon le stéréotype véhiculé par des auteurs hostiles, les marxistes russes auraient compté sur le capitalisme pour briser les paysans, les obliger à fuir leurs campagnes pour les villes et ainsi paver la voie d'une lointaine révolution socialiste. En réalité, Lénine donne au capitalisme la mission de transformer les paysans, d'en faire des combattants efficaces tant qu'ils sont encore dans les campagnes,et donc de rendre possible une révolution démocratique fondée sur les masses plutôt que sur une intelligentsia isolée et bransissant la menace de la terreur. »
Lars T Lih, Lénine. Une biographie, p.41-42, chapitre 1, Une autre voie, Les Prairies Ordinaires, Paris, 2015 (2011).

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent