Lénine était un ennemi de la démocratie

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Lénine savait qu'il ne pouvait prendre le pouvoir de façon démocratique

Page détaillée
Lénine savait qu'il ne pouvait prendre le pouvoir de façon démocratique
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Pour des raisons idéologiques – sa haine viscérale de la démocratie parlementaire – mais aussi avec le sûr instinct du leader totalitaire, Lénine a compris que jamais il ne pourrait réussir cette prise de pouvoir en participant au processus démocratique inauguré en Russie depuis mars 1917 et que sa seule chance résidait précisément dans la destruction de cet embryon de démocratie. C’est la raison pour laquelle, dès son retour à Petrograd, il a imposé à ses partisans éberlués une critique radicale du gouvernement provisoire et une politique traditionnellement qualifiée de « double pouvoir », mais qui est en réalité une stratégie de triple pouvoir : au pouvoir légal du gouvernement provisoire, Lénine oppose celui des soviets, eux-mêmes de plus en plus noyautés par les bolcheviks. Lénine a choisi le terrain sur lequel il peut espérer fabriquer une « majorité » à sa main, dans des meetings s’adressant à des populations spécifiques, largement informels et où se pratique le vote à main levée de délégués souvent autodésignés. Il sait en effet pertinemment qu’il ne pourra jamais contrôler le scrutin national à bulletin secret et au suffrage universel qui devra élire l’Assemblée constituante que tous les démocrates et les révolutionnaires réclament depuis des décennies. »
Stéphane Courtois, Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.

Lénine a fomenté le coup d'État d'Octobre 17

« Le 7 novembre 1917 est le moment du passage à l’acte majeur. Il ne s’opère pas par une insurrection populaire mais par un coup d’État mené à Petrograd par une troupe de quelques milliers d’hommes et pratiquement sans effusion de sang, puis par une tentative identique à Moscou qui fera des centaines de tués. Cet acte déclenche presque automatiquement la mise en œuvre de deux logiques : l’une redoutée et annoncée par toute la classe politique révolutionnaire, celle de la guerre civile ; l’autre inédite et inattendue, celle de la transformation du mouvement totalitaire en parti-État. »
Stéphane Courtois, « Guerre et totalitarisme », Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.

Lénine a dissout l'Assemblée constituante de janvier 1918

Page détaillée
Lénine a dissout l'Assemblée constituante de janvier 1918
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. L'Assemblée constituante ne reflétait plus l'état d'esprit des masses
L'Assemblée constituante était moins démocratique que la démocratie des soviets
[ modifier ]
« Le 18 janvier 1918, se réunit enfin l’Assemblée constituante, première assemblée élue en Russie au suffrage universel libre – et dernière avant 1991 –, où les bolcheviks n’avaient que 168 députés sur 703. Une manifestation de plus de 50 000 personnes, qui défilaient, drapeaux rouges en tête, pour soutenir cette assemblée, fut dispersée à coups de mitrailleuses, laissant plus de vingt morts sur le pavé. Et après quelques heures de réunion, l’Assemblée fut militairement interdite. Lénine venait d’assassiner la démocratie russe. »
Stéphane Courtois, « Lénine, l'inventeur du totalitarisme », Le Figaro – Histoire, n°30, février-mars 2017.
Voir plus...
Voir les citations restantes dans la page détaillée de l'argument.

Lénine a interdit les partis et journaux d'opposition

Page détaillée
Lénine a interdit les partis et journaux d'opposition
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Lénine a maintes fois souligné l'absence du droit à une information pluraliste du fait de la détention des journaux non bolcheviks par des milliardaires
[ modifier ]
« Dès leur prise de pouvoir, les bolcheviks interdirent la plupart des autres partis et les journaux indépendants. »
Stéphane Courtois, « Lénine, l'inventeur du totalitarisme », Le Figaro – Histoire, n°30, février-mars 2017.
Voir plus...
« Lénine veille également à l’instauration du monopole idéologique, culturel et médiatique. Après avoir fait fermer des centaines de journaux, y compris socialistes non bolcheviques, il instaure dès 1920 le Glavlit, organe de censure générale de tout ce qui est imprimé. Très vite, l’idéologie bolchevique, colportée par tous les médias et par une propagande de plus en plus présente, devient la norme obligatoire. »
Stéphane Courtois, « Guerre et totalitarisme », Communisme et totalitarisme, Perrin, Paris, 2009.

Lénine défendait la dictature du prolétariat

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Le manque de démocratie est un héritage de la société tsariste

Page détaillée
Le manque de démocratie pendant la Révolution russe est un héritage de la société tsariste
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
En avril 1917 un article de Lénine souligne les menaces qui pèsent sur la Pravda
Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Dans son essai Des soviets au communisme bureaucratique, Marc Ferro décrit de manière dialectique et détaillée les différentes formes de bureaucratisme, en soulignant au passage qu’elles ne furent pas l’apanage de la révolution russe ni même, pour cette dernière, des seuls bolcheviks. Les pratiques bureaucratiques préexistaient au déclenchement de la révolution, et avaient cours avant Octobre, et même avant Février, car elles étaient déjà largement enracinées dans la société russe. En outre, les petits arrangements, voire les grandes transgressions démocratiques étaient malheureusement monnaie courante et, qui plus est, le fait de tous les partis. Victor Serge explique les origines de ce travers qui, selon lui, n’épargnait personne, pas même l’anarchiste Bakounine : « Tous les partis révolutionnaires russes, depuis les années 1870-1880, furent en effet autoritaires, fortement centralisés et disciplinés dans l’illégalité, pour l’illégalité. [...] Presque tous furent imbus d’une mentalité jacobine, prolétarienne ou non. Tous produisirent des héros et des fanatiques. [...] Tous les grands partis étaient étatiques par leur structure et par la finalité qu’ils s’assignaient. En réalité, il y avait, au-delà des divergences doctrinales importantes, une mentalité révolutionnaire unique. » Marc Ferro, lui, évoque « une subversion des pratiques démocratiques par les démocrates eux-mêmes, toutes tendances réunies ». Sévère avec l’ensemble des organisations du mouvement ouvrier, il ajoute : « Avant Octobre, ils manipulent la représentation des soldats et des paysans, éliminent les sans-parti de toutes les institutions, réduisent celles qu’ils n’ont pas fondées eux-mêmes en niant leur légitimité. » De la sorte, l’historien entend démystifier la « légende » qui « associe l’existence du totalitarisme bureaucratique de type soviétique au léninisme, au parti communiste, et à eux seuls ». « Raisonner ainsi revient à bolchéviser l’histoire » et à « exclure la part que le régime soviétique emprunte au passé propre de la Russie, une part qui existe même s’il est de bonne tactique aujourd’hui chez les marxistes français d’insister à l’excès sur elle ». »
Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ?, Autrement, Paris, 2017.

Lénine a toujours pris parti pour la démocratie des soviets

Page détaillée
Lénine a toujours pris parti pour la démocratie des soviets
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Les bolcheviks ont accaparé le pouvoir des soviets une fois au pouvoir
[ modifier ]
« Les falsificateurs accusent les bolcheviks d’avoir banni toute démocratie. Les bolcheviks ont, au contraire, systématiquement pris le parti de la démocratie ouvrière. Ce sont eux qui ont pris fait et cause pour les comités d’usine. Eux qui ont revendiqué tout le pouvoir pour les soviets. Eux qui ont toujours été favorables à ce que les ouvriers et les soldats s’organisent par en bas, prennent des initiatives et agissent collectivement. »
Lutte ouvrière, « 1917-2017 : la révolution russe », octobre 2017.
Voir plus...
« Loin de nous l’idée que les bolcheviks n’aient pas fait d’erreurs. Ils en ont fait, et Lénine était le premier à le penser et à le dire. Mais toute la politique et les choix qui ont été faits, y compris dans la guerre civile, étaient mus par la volonté de tenir et de défendre la révolution le temps que celle-ci se déclenche dans d’autres pays. Aujourd’hui le Parti bolchevique avec Lénine concentre toutes les attaques. Il aurait porté en lui le stalinisme. Avec cette façon de raisonner, on pourrait aussi dire que la prise de la Bastille et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen portaient en germe le despotisme de Napoléon et les guerres de l’Empire qui ravagèrent l’Europe. Alors il ne faut pas mélanger toutes les périodes. »
Lutte ouvrière, « 1917-2017 : la révolution russe », octobre 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent