Faut-il instaurer un salaire à vie ?

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

logo débats introduction Pour comprendre le débat

Définition du salaire à vie

Le salaire à vie est un modèle économique alternatif initialement développé par Bernard Friot et promu notamment par le Réseau Salariat. Le salaire à vie est un salaire qui n'est pas lié à un emploi salarié, mais qui est versé en reconnaissance de la capacité à produire de la valeur économique. Dans le modèle proposé, tout citoyen reçoit un salaire de 1 500 € (net) par mois dès 18 ans, sans condition. Chacun peut ensuite ensuite passer des examens spécifiques pour passer à un niveau de qualification supérieur et augmenter son salaire. Le modèle de Bernard Friot propose un salaire maximal possible de 6 000 € nets par mois.

Pour fonctionner, la mise en place du salaire à vie doit s'accompagner d'un ensemble de mesures : suppression ou forte réduction de la propriété lucrative au profit de la propriété d'usage, démocratie économique, mise en place d'un réseau de caisses d'investissement… ce tissu de mesures forme un véritable contre-modèle de société.

Financement

Le salaire à vie serait financé par prélèvement sur la valeur ajoutée des entreprises : celle-ci serait presque entièrement mutualisée et affectée à différentes caisses : 60 % iraient à la caisse des salaires pour financer le salaire à vie lui-même, 10 % iraient à la caisse de gratuité afin de financer des services publics, et 15 % iraient à la caisse d'investissement servant à financer les nouveaux projets des entreprises. 15 % seraient laissés à l'entreprise pour s'autofinancer.

Comparaison avec le revenu de base

Le salaire à vie a en commun avec le revenu de base de n'être pas conditionné à un emploi. Toutefois, le revenu de base se définit comme complémentaire aux revenus de l'emploi. Par opposition :

  • le salaire à vie, par construction, remplace le salaire issu de l'emploi privé ;
  • le salaire à vie reconnaît explicitement de la production de valeur qui se fait hors du marché de l'emploi classique, comme le travail domestique, la garde d'enfants ou le travail associatif. Tandis que le revenu peut servir de soutien à ces activités, son montant fixe ne permet pas de donner à ces activités toute la dignité conférée à l'emploi privé. Le salaire à vie, à l'inverse, permet de mettre en place des niveaux de qualifications spécifiques pour reconnaître l'utilité sociale de ces activités.
  • par ses propositions pour la maîtrise démocratique de l'investissement et la copropriété d'usage et par son refus du marché de l'emploi, le salaire à vie revendique une dimension anticapitaliste que n'a pas le revenu de base.

Arguments POUR

Pouce vert tendu vers le hautLogo d'argument pour{{{2}}} Disparition de la misère et de la pauvreté

Le salaire à vie, dès le premier niveau de qualification, permet à tous les citoyens de mener une vie riche et digne, quelle que soit leur activité.


Pouce vert tendu vers le hautLogo d'argument pour{{{2}}} Disparition du problème du chômage

Dans une société où le salaire à vie est mis en place, le marché de l'emploi n'existe plus, et donc le chômage non plus. Les problèmes de stigmatisation, de perte de dignité et de précarité liés à l'exclusion du marché de l'emploi disparaissent.


Pouce vert tendu vers le hautLogo d'argument pour{{{2}}} Fin de la propriété lucrative

Le mode de financement du salaire à vie conduit à interdire la propriété lucrative, ou en tout cas à réduire fortement son influence. La propriété lucrative consiste à percevoir un revenu en vertu du fait qu'on possède un bien (titres financiers, appartement, etc.) sans avoir besoin de travailler. Cet état de fait est vu par certains comme moralement injustifiable et entraînant des effets indésirables dans l'ensemble de la société : l'accroissement des inégalités et de la pauvreté, l'exploitation au travail ou l'absence de démocratie dans les entreprises. Les soutiens du salaire à vie voient donc la fin de la propriété lucrative comme un accomplissement très désirable.


Pouce vert tendu vers le hautLogo d'argument pour{{{2}}} La démocratie économique

La propriété lucrative, que combat le salaire à vie, est étroitement liée au mode de gouvernance des entreprises. En effet, dans les entreprises classiques, le pouvoir de décision est proportionné à la détention de capital : ce sont les actionnaires qui dirigent l'entreprise. En mettant fin à la propriété lucrative, le salaire à vie rendra possible un fonctionnement plus démocratique : aussi bien au niveau de l'entreprise, où chacun pourra participer aux décisions concernant la production, qu'au niveau macroéconomique où chacun peut avoir son mot à dire sur les grandes orientations de la production.


Arguments CONTRE

Pouce rouge tendu vers le basLogo d'argument contre{{{2}}} L'échelle des salaires, source de grands conflits

Il est probable que la hiérarchie des salaires (le montant du salaire pour chaque qualification) concentre une violence sociale considérable et soit source de conflits récurrents.


Pouce rouge tendu vers le basLogo d'argument contre{{{2}}} Une incitation insuffisante à la productivité

Si tous les citoyens ont un revenu assuré, une grande partie de la population ne verra probablement pas la nécessité de travailler, d'innover ou d'être productif, ce qui signerait la mort de l'économie.


Pour aller plus loin

Livre symbolisant la bibliographieLivre symbolisant la bibliographie{{{2}}} Bibliographie

Chaine ou lien URL symbolisant la webographieLien URL symbolisant la webographie{{{2}}} Sitographie


Film ou pellicule symbolisant la vidéographieFilm symbolisant la vidéographie{{{2}}} Vidéographie

Débats connexes