Accueillir les migrants est un devoir humaniste

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il accueillir davantage de migrants ?
.

Sommaire

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

Il est inhumain de rester indifférent au sort des migrants

Page détaillée
Il est inhumain de rester indifférent au sort des migrants
[ Modifier ]

Refuser les migrants, c'est nier l'unité et l'égalité des humains. L'humanité est une. Il n'y a pas de raison fondamentale à ce que quelqu'un soit refusé à une frontière. Si dans son pays, il est pauvre et/ou persécuté, ou victime de guerre, il est inhumain de l'empêcher d'aller dans un pays où il vivra un minimum en sécurité et pourra se nourrir. Refuser l'entrée des migrants, c'est supposer qu'il n'y a pas unité du genre humain, que tout le monde n'a pas le droit à un minimum décent mais que les meilleures terres et les meilleurs pays appartiennent à certains privilégiés, et que les autres peuvent mourir.

Refuser d'accueillir les migrants, c'est comme refuser d'accueillir les juifs en 1940

Page détaillée
Refuser d'accueillir les migrants, c'est comme refuser d'accueillir les juifs en 1940
[ Modifier ]

Il est obscène de fermer nos portes des gens en danger de mort

Une des bases de l'éthique c'est d'accueillir l'étranger

Page détaillée
Une des bases de l'éthique c'est d'accueillir l'étranger
[ Modifier ]

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

On accueille très peu de migrants étant donné les moyens de l’Europe

Page détaillée
On accueille très peu de migrants étant donné les moyens de l’Europe
[ Modifier ]
Selon BHL ou Toubon, le solde migratoire de l'Europe est nul.
« Comme de nombreux responsables avant lui, Jacques Toubon met donc en avant l'indicateur du solde migratoire - soit la différence entre le nombre d'entrées et de sorties du territoire - pour juger de l'impact réel de la venue de migrants en France : lui entend ici la relativiser en assurant que ce chiffre est "nul", quand d'autres expliquent au contraire vouloir drastiquement le réduire. De fait, le débat vire souvent à la confusion, les statistiques et même la sémantique faussant parfois les positions des uns et des autres. »
Auteur anonyme, Le JDD.

Refuser les migrants, c'est être raciste

Page détaillée
Refuser les migrants, c'est être raciste
[ Modifier ]

Le rejet des migrants vient d'une peur irrationnelle de l'Autre, surtout s'il est noir ou musulman. C'est un racisme déguisé.

On ne doit pas créer une Europe-forteresse

Page détaillée
On ne doit pas créer une Europe-forteresse
[ Modifier ]

Les populistes veulent créer une Europe-forteresse, une sorte de grande Suisse riche dans un océan de misère et d'inégalité. Il y aura 2 milliards d'habitants en Afrique et 500 millions en Europe d'ici peu, le déséquilibre sera tel entre une Europe vide et prospère et une Afrique pauvre et féconde qu'il y aura des migrations d'ampleur inévitables. Il ne sert à rien de refuser ce processus historique. D'autant qu'en refusant d'accueillir les migrants, l'Europe perd son âme. Elle s'est fondée sur les Droits de l'homme et ne peut fermer sa porte à une humanité en détresse sans trahir ses propres valeurs.

Il faut à terme abolir les frontières

Page détaillée
Il faut à terme abolir les frontières
[ Modifier ]

Les frontières ont conduit les pays européens à des catastrophes durant les XIX et XXème siècles. Les frontières ne sont que l'expression des égoïsmes nationaux et produisent replis, flux sentiments d'identité, nationalisme belliqueux. L'évolution politique consiste à abolir ces frontières, qui ne sont que des lignes plus ou moins arbitrées tracées sur le papier qui empêchent l'humanité de se constituer en un Tout harmonieux et pérennisent les inégalités.

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Nous n'avons pas les moyens de les accueillir

Page détaillée
Nous n'avons pas les moyens d'accueillir les migrants
[ Modifier ]
« Prenons le cas de la France. Si nous regardons la question de l'emploi, nous voyons que, toutes catégories confondues, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi s'élève à 6 255 800 personnes. Une économie en sous-emploi n'est pas en mesure d'absorber des millions de migrants. N'oublions pas que les vagues d'immigration des années 50-60 arrivaient dans une France en plein boom économique et où le chômage n'existait pas. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. »

En accueillant les migrants, on encourage une nouvelle traite d'êtres humains

Page détaillée
En accueillant les migrants, on encourage une nouvelle traite d'êtres humains
[ Modifier ]
« La traite des êtres humains désigne le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil d'êtres humains par la menace ou le recours à la force. L'exploitation comprend aujourd'hui, outre l'exploitation sexuelle, le travail, les services forcés, l'esclavage, la servitude et même le prélèvement d'organe. Ce qu'il faut avoir en tête, c'est que c'est un trafic qui est très rémunérateur. Après le trafic de drogue et la contrefaçon, la traite des êtres humains générerait à l'échelle mondiale un profit de près de 32 milliards de dollars par an. »
« Nous expliquions aussi dans l’ouvrage comment les migrations étaient un très fort investissement lucratif pour les mafias. Depuis leurs bases de Libye, avec des ramifications en Albanie, en Campanie, en France et en Angleterre, elles organisent le transfert des populations du centre de l’Afrique vers l’Europe. Là aussi, nous disposions déjà de tous les éléments officiels à l’automne 2015 pour démontrer cela. Et ce n’est que maintenant que les hautes autorités politiques françaises reconnaissent le rôle des passeurs dans les flux migratoires. Ces flux reprennent les antiques routes de la traite négrière et répondent aux mêmes logiques. Des villages d’Afrique sont ainsi prospectés et les personnes qui partent payent tout au long du chemin, le chauffeur de bus qui les emmène en ville, l’hôtelier qui les héberge, etc. En Libye, c’est un véritable marché aux esclaves qui est organisé, comme on en trouvait au XIXe siècle avant l’intervention des Européens au Maghreb. Xavier Raufer dressait alors le coût d’un passage où tout est vendu : la bouée de sauvetage, la bouteille d’eau, la communication téléphonique, etc. Pour ceux qui ne peuvent pas payer comptant, ils paieront par l’endettement, en travaillant en Europe au service des mafias. »
Jean-Baptiste Noé, « Défi migratoire : l'Europe ébranlée », Institut des libertés.

Il faut se soucier des conséquences de l'accueil des migrants

Page détaillée
Il faut se soucier des conséquences de l'accueil des migrants
[ Modifier ]
« Pourtant, dès lors que l’on préconise l’ouverture totale des frontières, des questions se posent immédiatement, qui trouvent leur source non dans le droit, mais dans quelque chose de bien plus trivial, à savoir la (triste) réalité économique, politique, sociologique et culturelle de l’humanité. Et ces questions, il serait dangereux de ne pas s’en saisir. Car l’ouverture des frontières n’est pas qu’une question éthique. C’est aussi une question politique. A l’altruisme que commande l’éthique, il faut donc adjoindre une approche plus égoïste, au sens où André Comte-Sponville définit la politique comme un « égoïsme intelligent et socialisé », qui se soucie non seulement de la beauté du geste, mais également de ses conséquences possibles. »
Nadia Geerts, « Accueillir sans compromettre les valeurs humanistes », Bruxelles Laïque Echos, 01/02/2018.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent