Les hommes sont socialisés pour dominer les femmes

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Les hommes sont socialisés pour déshumaniser les femmes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les hommes sont socialisés pour être égoïstes

Page détaillée
Les hommes sont socialisés pour être égoïstes
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Beaucoup d'hommes ne sont pas égoïstes
La socialisation vise à lutter contre notre égoïsme naturel
[ modifier ]
Les hommes sont socialisés pour accorder la priorité à leurs intérêts, pour oublier autrui, pour se considérer comme le centre du monde. La société encourage les garçons à prendre toute la place. Le petit garçon occupe l'espace physique et sonore, au détriment des filles. Ils ont des difficultés à tenir compte de la présence d'autres êtres humains, et à maîtriser leurs émotions.

Références

    Les hommes sont socialisés pour se sentir supérieurs aux femmes

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Les hommes sont socialisés pour être indifférents à la souffrance

    Page détaillée
    Les hommes sont socialisés pour être indifférents à la souffrance
    SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
    Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
    [ modifier ]
    Les hommes apprennent à étouffer leur empathie et non à la développer. La sensibilité est dénigrée comme étant de la sensiblerie et une faiblesse. C'est une qualité "virile" d'être assez dur pour être indifférent à la souffrance de l'autre. Etre capable de fusiller sans frémir des femmes et des enfants sans défense, était considéré comme un acte de courage et une preuve de virilité par les nazis. Ceux qui en étaient incapables étaient considérés comme lâches ou faibles. On retrouve le même état d'esprit dans le monde de l'entreprise aujourd'hui. Il faut être assez "fort" pour licencier du personnel, écraser les autres. Peu d'hommes sont réellement émus, touchés par les violences faites aux femmes (sauf les pères ou fils de victimes).
    « virilité »
    Christophe Dejours.

    La solidarité masculine est construite sur le dénigrement et l'exclusion des femmes

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    Le mouvement féministe doit rester à l'abri de la domination masculine

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    [ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

    Objections [ modifier ]

    Les hommes ne peuvent pas ne pas voir les violences et les discriminations sexistes

    Les violences sexistes sont visibles, car elles sont omniprésentes, elles sont de plus en plus médiatisées, et les hommes sont entourées par des femmes (sœurs, mères, compagnes, etc.) qui leur parlent des violences qu'elles ont subies. La parole des femmes se libère dans la plupart des milieux, il est difficile de l'ignorer.

    Les hommes ne peuvent pas rester insensibles au sort réservé à une moitié de l'humanité

    On peut être touchés par les souffrances de personnes qui sont en dehors de notre groupe d'appartenance. L'être humain est capable de laisser de côté ses intérêts pour mener un combat universel. Ainsi, des Blancs ont soutenu le mouvement antiraciste, des Juifs se battent aux côtés des Palestiniens. Des hommes se disent pro-féministes, et agissent en faveur de ce mouvement (John Stoltenberg, Léo Thiers Vidal, François Dupuis-Déri, Yvan Jablonka).

    Les hommes ont le devoir de réparer les injustices dont ils sont les auteurs

    Page détaillée
    Les hommes ont le devoir de réparer les injustices dont ils sont les auteurs
    SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
    Aucun sous-argument n'a été entré. C'est la société qui est responsable du sexisme, pas les hommes
    Les hommes ne sont pas capables d'agir par devoir
    Les hommes ne voudront jamais renoncer à leurs privilèges
    [ modifier ]

    Aucun résumé ni citation n'a été entré.

    [ ± Ajouter ou retirer une objection ]

    Références

    [ ± Ajouter ou retirer une référence ]

    Débat parent