L'idée d'un temps sans commencement conduit à abandonner la notion de temps

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à L'univers n'a pas de commencement
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le commencement n'est pas l'origine
Dieu est sempiternel
L'idée d'un temps sans commencement est inconcevable car contradictoire
L'idée d'un temps sans commencement conduit à abandonner la notion de temps
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« La seule solution rationnelle, sur le plan de la cohérence conceptuelle (seule chose dont nous puissions juger ici), pour donner un sens réaliste à la notion de « temps imaginaire » est d’abandonner la notion de temps. Il faudrait alors opter pour l’idée d’un temps atemporel. Une reformulation de la théorie d’Hawking consisterait à dire qu’en deçà du mur de Planck, on débouche sur un univers atemporel. Mais cette hypothèse paraît elle-même difficilement tenable. D’abord, parce qu’une réalité physique atemporelle devrait être absolument immuable, sans changement, et par conséquent absolument froide. Le problème est que l’état physique initial de l’univers, fût-il quantique, est tout sauf froid. Il est au contraire d’une chaleur extrême. Mais il y a pire : un tel état de l’univers, s’il est atemporel, ne peut pas se trouver dans une relation temporelle avec l’univers temporel, il ne peut donc pas exister « avant » le Big Bang, mais doit lui coexister éternellement. Cela supposerait donc que cet univers atemporel originaire continue d’exister aujourd’hui dans cet état atemporel, ce qui est contradictoire avec l’hypothèse puisqu’il est censé s’être lui-même « transformé » en notre univers. Au surplus, cet état atemporel n’ayant jamais commencé, l’univers aurait dû en jaillir depuis un temps infini (reflet temporel de l’intemporalité), ce qui n’est visiblement pas le cas, puisque notre univers a un passé fini. Assurément, on peut concevoir en lieu et place de la singularité = 0 de la théorie standard une réalité immuable, simple, atemporelle, productrice de l’univers, et réellement subsistante. Mais, comme il ne peut s’agir d’une réalité physique, on est alors tout simplement en train de décrire une réalité non physique, intemporelle, immatérielle, toute-puissante, dotée d’une volonté libre. Et nous l’appellerons « Dieu ». »
Frédéric Guillaud, Dieu existe, p.255-256, Éditions du Cerf, Paris, 2013.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]