Faut-il incinérer les déchets ménagers à La Réunion ?

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Pour comprendre le débat [ modifier ]

Le processus

L’incinération est, selon l'Ademe, la destination de 43% des ordures ménagères générées en France en 2004. Les incinérateurs de déchets ménagers sont actuellement nommés "unités de valorisation énergétique" (UVE), car ils permettent de produire de l'électricité et/ou de la chaleur (chauffage urbain par exemple). Ces UVE sont intégrés dans des projets "multifilières qui associent en général un centre de tri, une unité de méthanisation et une UVE.

En amont de l’incinération, les déchets sont triés à l’arrivée sur le centre pour être dirigés, selon leur nature, vers les filières de recyclage ou de traitement adaptées. Les déchets restants, lorsqu'ils sont combustibles, sont déchiquetés et éventuellement compactés sous la forme de Combustible solide de récupération (CSR). Le processus consiste ensuite à récupérer la chaleur dégagée par la combustion de ces CSR, sous forme de vapeur sous pression qui va ensuite être utilisée

  • soit pour alimenter un réseau de chaleur urbain ou des industriels avoisinants;
  • soit introduite dans un turboalternateur produisant de l’électricité.

Les déchets ultimes issus de l'incinération

Cette partie est à développer
Cette partie est incomplète ou trop télégraphique. Et si vous la repreniez ?
En France, en 2010, 129 unités d'incinération des ordures ménagères (UIOM) ont traité 14,1Mt de déchets, dont 97% ont été incinérés avec valorisation énergétique. Cette activité a généré 25% de résidus, soit:
  • 2,87 Mt de mâchefers
  • 442 000 tonnes de REFIOM
  • 244 000 tonnes de déchets métalliques.

Les mâchefers
Le traitement des mâchefers comprend des opérations de manutention, de stockage temporaire, de traitement, de maturation (c’est à dire que les métaux lourds qu’ils contiennent sont transformés afin de ne plus être solubles dans l’eau), dans le but d'élaborer un produit valorisable en technique routière, pouvant se substituer à des granulats naturels de carrière. Environ 70 % des mâchefers sont traités sur des installations de maturation. Les 30 % restants sont soit valorisés, soit éliminés en installation de stockage de déchets non dangereux.

Les réfiom (résidus d'épuration des fumées d'incinération de déchets)
À la sortie de la chaudière, les fumées contiennent des polluants qu'il faut capter : poussières, gaz acides, métaux lourds et dioxines. Les réfiom comprennent : les cendres volantes, les résidus de neutralisation des fumées, les gâteaux de filtration des eaux de lavage des fumées, les cendres sous chaudière. L'incinération d'une tonne d'ordures ménagères génère entre 15 et 40 kg de résidus selon le type de traitement des fumées. Les résidus sont collectés et évacués du site pour élimination.

(Source ADEME)

Carte des arguments

POUR
CONTRE

Une alternative écologique
Créer de la valeur économique
Créer des emplois

Des risques de pollution
Un désastre financier
Des risques d'accidents
Un appel aux déchets

Arguments POUR [ modifier ]

Une alternative écologique

Page détaillée
Une alternative écologique
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Une alternative à l’enfouissement en décharge

Page détaillée
Une alternative à l’enfouissement en décharge
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Il existe d'autres modèles d'enfouissement réversibles
Les résidus toxiques de l'incinération sont enfouis
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Réduction rapide des volumes de déchets

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Participe à la lutte contre le changement climatique

Page détaillée
Participe à la lutte contre le changement climatique
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. la combustion génère des gaz qui contribuent à l'effet de serre.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
L’incinération permet de valoriser le potentiel énergétique présent dans les déchets, et donc de limiter d’autant le recours à d’autres ressources d’origine fossiles et importées.
« Les questions de la valorisation et de la hiérarchisation vont être renouvelées dès le tournant 2000 avec la montée en puissance des préoccupations en matière de changement climatique. Le secteur des déchets, producteur principalement de méthane et de CO2, estimé responsable de 3% des émissions globales de GES (gaz à effet de serre) (MEDD, 2004), est invité à prendre part à l’effort national de réduction des émissions. [...] La prise en compte des impacts atmosphériques et énergétiques des déchets prend un double sens : [...] « Avec la lutte contre le changement climatique, la récupération et la valorisation de l’énergie issue du traitement des déchets (incinération avec production de chaleur et d’électricité, méthanisation, biogaz de décharge) voient leur intérêt se renforcer. Les déchets font en effet partie de la biomasse et participent donc à la production d’énergies renouvelables. » (ADEME, 2002, p. 6). »
Il n'y a aucune objection pour le moment.

Créer de la valeur économique

Page détaillée
Créer de la valeur économique
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Produire de l'énergie

Page détaillée
Produire de l'énergie
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Un rendement électrique faible
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Diminuer le coût de traitement des déchets

Les coûts du traitement des déchets pour la collectivité sont diminués grâce à:
  • La revente de l'énergie produite,
  • La revente des déchets ultimes (mâchefers), valorisés sous forme de sous-couches routières.
« Par ailleurs, si la récupération d’énergie est optimale, elle participera de façon très significative au financement du traitement des déchets : plus du tiers du coût de l’incinération dans les cas les plus favorables. »
Prévost H, « La récupération de l’énergie issue du traitement des déchets », p.18, Conseil général des Mines-Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie., 2000.
Voir plus...
« C’est le cas des mâchefers : valorisés sous forme de sous-couches routières permettant d’économiser l’utilisation de granulats, ils permettent de tirer un bilan positif dans la balance entre déchets entrants et sous-produits valorisables. »

Diminuer la dépendance aux combustibles fossiles

Page détaillée
Diminuer la dépendance aux combustibles fossiles
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
« La France doit ainsi se doter des capacités de production et de consommation des CSR. Par ailleurs, la France envisage les CSR comme un moyen d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises par la diminution de la dépendance aux combustibles fossiles. »
B. DE CAEVEL, M. LE BIHAN, F. MICHEL, « Utilisation des CSR et des RDF en Europe. Synthèse bibliographique et situations administratives rencontrées sur le terrain », RECORD, n°16-0250/1A, p.4, Synthèse, 2018.

Problème des seuils de rentabilité pour les petites unités

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Coûts de transport des déchets dangereux issus de l'incinération

Page détaillée
Coûts de transport des déchets dangereux issus de l'incinération
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
La présentation de l'argument est encore à rédiger
Aucun contenu n'a été apporté ou le texte entré correspond à une prise de notes. Et si vous le rédigiez ?
Les mâchefers non recyclables et les Riefoms doivent être stockés dans des centres de stockage de classe 1. Ceci qui est particulièrement coûteux pour les projets d'incinération dans les Doms (Réunion et Martinique), qui doivent exporter leurs déchets ultimes vers la métropole.

Destruction de matières premières

Page détaillée
Destruction de matières premières
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Les CSR sont fabriqués à partir des refus de tri
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
L'incinérateur brûle ce qui pourrait être recyclé, alors que les coûts des matières premières sur la planète ne cessent de s'envoler.

Créer des emplois

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer un argument ]

Arguments CONTRE [ modifier ]

Des risques de pollution

Page détaillée
Des risques de pollution
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Les incinérateurs produisent des fumées toxiques

Page détaillée
Les incinérateurs produisent des fumées toxiques
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
Les émissions atmosphériques des incinérateurs sont constituées de mélanges complexes associant des oxydes d'azote et de soufre, des particules, des substances dangereuses initialement présentes dans les déchets tels que les métaux lourds et, notamment lorsque les processus de combustion sont incomplets, des composés chimiques de type dioxines, furanes et des hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Les incinérateurs produisent des déchets toxiques

Page détaillée
Les incinérateurs produisent des déchets toxiques
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
La valorisation des mâchefers est controversée
Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
La présentation de l'argument est encore à rédiger
Aucun contenu n'a été apporté ou le texte entré correspond à une prise de notes. Et si vous le rédigiez ?
Les substances contenues dans les mâchefers et dans les REFIOM sont hautement tosiques et doivent faire l’objet d’un traitement spécifique: maturation suivie de valorisation sous la forme de sous couche routière ou enfouissement dans des centres de stockage de classe 1.

Pollution de l'eau

Page détaillée
Pollution de l'eau
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
La valorisation des mâchefers est controversée
Les eaux de lavage des fumées
Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Des filtrages performants

Grâce notamment à la mise en place de techniques de réduction sur les incinérateurs de déchets:

- les émissions de dioxines et furanes ont connu une baisse de 94 % en France métropolitaine depuis 1990.

- les émissions de métaux lourds ont fortement diminué.
« Les nouveaux incinérateurs sont desormais équipés de techniques de filtrage très performantes et l'émission de certains polluants ont été éliminées ou très fortement réduites: [...] les dioxines et furanes (PCDD/F)ont baissé de de 94 % en 2018 par rapport à 1990. »
Auteur anonyme, « Secten – le rapport de référence sur les émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques en France », Citepa– Centre technique de référence en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique –, p.4, Synthèse en français, 2018.

Des risques sanitaires faibles

Les risques sanitaires des populations exposées aux retombées atmosphériques des incinérateurs aujourd'hui en fonctionnement sont faibles. Il n'y a pas d'argument solide à ce jour permettant de conclure à un risque accru de cancer, quel qu'en soit le type, pour les résidents à proximité d'un incinérateur.

Une règlementation rigoureuse

Page détaillée
Une règlementation rigoureuse
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. La règlementation ne couvre pas tous les risques
La règlementation est parfois contournée
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
La réglementation prévient ou limite les effets de l’incinération et co-incinération de déchets sur l’environnement, en particulier la pollution due aux émissions dans l’air, le sol, les eaux de surface et souterraines et les risques sanitaires.
« Le cadre réglementaire spécifique à l'incinération des déchets est défini :
  • au niveau européen par la directive européenne 2000/76/CE du 4 décembre 2000 relative à l'incinération des déchets ;
  • au niveau national pour les déchets dangereux par l'arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux installations d'incinération et de co-incinération de déchets dangereux ;
  • au niveau national pour les déchets non dangereux par l'arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux installations d'incinération et de co-incinération de déchets non dangereux et aux installations incinérant des déchets d'activité de soins à risques infectieux.
Le cadre réglementaire spécifique à la valorisation des mâchefers est fourni par l’arrêté du 18 novembre 2011 (Journal Officiel n ° 277 du 30 novembre 2011) relatif à l’élimination des mâchefers d’incinération des résidus urbains. Cet arrêté fixe les conditions d’utilisation en technique routière des mâchefers d’incinération de déchets non dangereux. Il est entré en application le 1er juillet 2012. »
Auteur anonyme, « L’incinération », ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, Le cadre réglementaire, 18/08/2016.

Un désastre financier

Page détaillée
Un désastre financier
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Des coûts d'investissement élevés

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Des coûts d'entretien élevés

Page détaillée
Des coûts d'entretien élevés
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
Les températures élevées nuisent à la durabilité des matériaux de construction (notamment au niveau de la résistance à la corrosion des tubes des échangeurs de chaleur). Pour éviter les risques d'accidents, les installations doivent être régulièrement arrétées pour des inspections. Aux coûts de remplacement des matériaux, il faut donc ajouter les coûts de surveillance et surtout ceux liés à la remise en route de la combustion.
« Ces échangeurs de chaleur subissent une forte corrosion due à l’association de cendres riches en éléments chlorés et soufrés et des gaz de combustion contenant des agents agressifs tels que le chlorure d’hydrogène (HCl) ou le dioxyde de soufre (SO 2 ). Ils subissent également de l’érosion par les cendres volantes, compte tenu de leur vitesse dans les gaz de combustion. En dépit d'arrêts réguliers permettant un entretien et une surveillance des installations en continu, cette corrosion/érosion peut entraîner des dommages tels que le percement des tubes et des interruptions d’exploitation inopinées dont le coût est significatif et présente une mise en danger du personnel. »
Florimonde Lebel, Christophe Rapin, Jean-François Marêché, Renaud Podor, Jean-Michel Brossard, « [www.academia.edu/download/41176729/5443cc3f0cf2a76a3ccd67bd.pdf20160115-19908-1syichf.pdf Développement et mise au point d’un pilote simulant les conditions rencontrées dans les unités de valorisation énergétique des déchets ménagers (UVED)] », academia.edu, p.2, 17 Novembre 2006.

Un équipement disproportionné par rapport au territoire

Page détaillée
Un équipement disproportionné par rapport au territoire
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Les surcapacités d’incinération conduisent à des importations de déchets
Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
Les traitements par incinération reposent sur une haute technicité, ce qui induit, pour des raisons de rentabilité économique, de fiabilité technique et environnementale, des équipements de grande taille desservant un vaste territoire. Or, le territoire de La Réunion est réduit et le volume de déchets produits devraient baisser avec le prise de mesures favorisant la réduction et le recyclege des déchets.

Des coûts de production élevés

Page détaillée
Des coûts de production élevés
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
Les coûts de élevés de l'incinération ne peuvent, à La Réunion, être compensés ni par la valorisation thermique (distibution d'un chauffage urbain), ni par des économies d'échelle (habitat urbain et fort tonnage de dechets). Paradoxalement, plus les mesures de réduction et de recyclage sont efficaces, plus les prix montent (coûts de "vide de four").
« En 2010, [...] Les variations des coûts ou prix observés sont très importantes : 80% des coûts se situent entre 60 et 120 € par tonne incinérée pour les maîtres d’ouvrage, 80% des prix se situent entre 60 et 115 € par tonne incinérée pour les collectivités clientes ou adhérentes. Les principaux facteurs de variation des coûts et prix de l’incinération sont, par impact décroissant :
  • le niveau et mode valorisation de l’énergie, la cogénération semblant le mode le plus favorable économiquement, notamment quand des débouchés sont trouvés dans des réseaux de chaleur urbains,
  • la taille de l’incinérateur, des économies d’échelle sensibles pouvant être faites dans les grandes installations,
  • la typologie de l’habitat de la zone géographique de l’installation,
  • le taux de charge de l’incinérateur, avec des surcoûts en cas de vide de four.
[...] Pour faire face à la hausse des prix, [...] près de la moitié des collectivités anticipent une diminution des tonnages envoyés en incinération. »
Auteur anonyme, « L'incinération », ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie,, Les coûts de l’incinération, 2010.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

Des risques d'accidents

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Un appel aux déchets

Page détaillée
Un appel aux déchets
Aucun résumé n'a été entré.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments

Affaiblissement des politiques de réduction des déchets

Page détaillée
Affaiblissement des politiques de réduction des déchets
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
Avec l'incinération, le déchet devient une matière première, nécessaire à la production d'énergie. Il n'est donc plus nécessaire de s'engager dans une politique de réduction des déchets, dans une logique de responsabilisation des producteurs.

Affaiblissement des politiques de recyclage.

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les surcapacités d’incinération conduisent à des importations de déchets

Page détaillée
Les surcapacités d’incinération conduisent à des importations de déchets
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ] Remonter à la carte des arguments
L'expérience montre que les pays ayant des surcapacités d’incinération sont amenés à importer des déchets en provenance de pays tiers. C'est le cas de la suède et des Pays-Bas.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

[ ± Ajouter ou retirer un argument ]

Pour aller plus loin

Bibliographie [ modifier ]

Plutôt POUR

Aucune référence bibliographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTRE

Aucune référence bibliographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Sitographie [ modifier ]

Plutôt POUR

  • L’incinération, ADEME, ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, 14/04/2017.

Plutôt CONTRE

Aucune référence sitographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Vidéographie [ modifier ]

Plutôt POUR

Aucune référence vidéographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTRE

Aucune référence vidéographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence vidéographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Débats connexes

    [ ± Ajouter ou retirer un débat connexe ]

    Vos commentaires

    <comments />