Faut-il accueillir davantage de migrants ?

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Pour comprendre le débat

Carte des arguments

POUR
CONTRE

On doit réparation aux populations des pays du Sud
Accueillir les migrants est un plus pour l'économie des pays européens
Accueillir les migrants est un atout culturel et social
On ne peut pas empêcher l'immigration
Les solutions visant à limiter l'immigration sont inhumaines et barbares
Accueillir les migrants est un devoir humaniste

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde
L'afflux de migrants fait baisser la qualité de vie et monter les violences
Les migrants risquent de déstabiliser le vivre-ensemble
On ne peut pas contrôler l’immigration
L’accueil de migrants va contre la volonté populaire
La migration est un problème pour les migrants eux-mêmes

Arguments POUR

Accueillir les migrants est un devoir humaniste

Il est inhumain de rester indifférent au sort des migrants

Refuser les migrants, c'est nier l'unité et l'égalité des humains. L'humanité est une. Il n'y a pas de raison fondamentale à ce que quelqu'un soit refusé à une frontière. Si dans son pays, il est pauvre et/ou persécuté, ou victime de guerre, il est inhumain de l'empêcher d'aller dans un pays où il vivra un minimum en sécurité et pourra se nourrir. Refuser l'entrée des migrants, c'est supposer qu'il n'y a pas unité du genre humain, que tout le monde n'a pas le droit à un minimum décent mais que les meilleures terres et les meilleurs pays appartiennent à certains privilégiés, et que les autres peuvent mourir.
« Depuis vingt ans, selon les données concordantes collectées par plusieurs associations humanitaires, près de 20 000 personnes sont mortes au pied de ces murailles [de l’Europe]. Non seulement par noyade, les plus nombreuses, mais aussi de soif, de faim ou de froid, étouffées ou asphyxiées dans les doubles parois d'un camion ou au fond d'un conteneur, écrasées en traversant la route ou en tombant d'un véhicule, assassinés au cours de leur périple. Et cette comptabilité macabre ne tient compte ni de tous ceux qui sont morts bien avant d'arriver aux diverses frontières de l'Europe, dans les déserts ou les montagnes des pays de transit, ni de tous ceux, encore plus nombreux, qui ont disparu sans laisser de trace. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

Une des bases de l'éthique c'est d'accueillir l'étranger

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Refuser d'accueillir les migrants, c'est comme refuser d'accueillir les juifs en 1940

Il est obscène de fermer nos portes des gens en danger de mort

On accueille très peu de migrants étant donné les moyens de l’Europe

« Malgré la limitation de l'immigration économique dans tous les pays et la fermeture de plus en plus étanches des frontières, 33 millions d'étrangers vivaient dans l'Union européenne en 2011 dont 20 millions venaient de pays extra européens. Ils étaient 7,1 millions en Allemagne, 5,7 millions en Espagne, 4,4 millions au Royaume-Uni et 3,8 millions en France soit un peu plus de 6 % de la population. C'est un des taux les plus bas parmi les grands pays de l'Union européenne. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
« En 2012, 332 000 personnes avaient déposé une demande d'asile en Europe : cela représente moins de 0,1 % de la population européenne. On est très loin de « l'invasion » brandie avec horreur par les démagogues xénophobes. Et la plupart des demandeurs sont finalement déboutés, ce qui signifie pour eux une « reconduction à la frontière » euphémisme pour une « expulsion ». Parmi les pays les plus sollicités, la France est l'un des plus restrictifs. Alors qu'en 1973, 85 % des demandes d'asile étaient acceptées, depuis les années 1990 ce chiffre est tombé à moins de 15 %. En 2012, la France a accepté 8500 réfugiés... pour 65 millions d'habitants. C'est l'Allemagne qui accorde le plus facilement l'asile, avec 30 % d'acceptation, suivie de la Suède. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

Refuser les migrants, c'est être raciste

Le rejet des migrants vient d'une peur irrationnelle de l'Autre, surtout s'il est noir ou musulman. C'est un racisme déguisé.

On ne doit pas créer une Europe-forteresse

Les populistes veulent créer une Europe-forteresse, une sorte de grande Suisse riche dans un océan de misère et d'inégalité. Il y aura 2 milliards d'habitants en Afrique et 500 millions en Europe d'ici peu, le déséquilibre sera tel entre une Europe vide et prospère et une Afrique pauvre et féconde qu'il y aura des migrations d'ampleur inévitables. Il ne sert à rien de refuser ce processus historique. D'autant qu'en refusant d'accueillir les migrants, l'Europe perd son âme. Elle s'est fondée sur les Droits de l'homme et ne peut fermer sa porte à une humanité en détresse sans trahir ses propres valeurs.

Il faut à terme abolir les frontières

Les frontières ont conduit les pays européens à des catastrophes durant les XIX et XXème siècles. Les frontières ne sont que l'expression des égoïsmes nationaux et produisent replis, flux sentiments d'identité, nationalisme belliqueux. L'évolution politique consiste à abolir ces frontières, qui ne sont que des lignes plus ou moins arbitrées tracées sur le papier qui empêchent l'humanité de se constituer en un Tout harmonieux et pérennisent les inégalités.

Seule l'extrême droite rejette les migrants

Les partis qui rejettent les migrants sont des partis xénophobes, antidémocratiques et souvent héritiers des anciens partis fascistes, ou du moins situés dans cette lignée historique de l'extrême droite. Le rejet de l'autre n'est qu'un aspect de la xénophobie et représente un retour dangereux aux attitudes des années 30, qui ont mené l'Europe au pire.

Nous n'avons pas les moyens de les accueillir

« Prenons le cas de la France. Si nous regardons la question de l'emploi, nous voyons que, toutes catégories confondues, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi s'élève à 6 255 800 personnes. Une économie en sous-emploi n'est pas en mesure d'absorber des millions de migrants. N'oublions pas que les vagues d'immigration des années 50-60 arrivaient dans une France en plein boom économique et où le chômage n'existait pas. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. »

En accueillant les migrants, on encourage une nouvelle traite d'êtres humains

« La traite des êtres humains désigne le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil d'êtres humains par la menace ou le recours à la force. L'exploitation comprend aujourd'hui, outre l'exploitation sexuelle, le travail, les services forcés, l'esclavage, la servitude et même le prélèvement d'organe. Ce qu'il faut avoir en tête, c'est que c'est un trafic qui est très rémunérateur. Après le trafic de drogue et la contrefaçon, la traite des êtres humains générerait à l'échelle mondiale un profit de près de 32 milliards de dollars par an. »
« Nous expliquions aussi dans l’ouvrage comment les migrations étaient un très fort investissement lucratif pour les mafias. Depuis leurs bases de Libye, avec des ramifications en Albanie, en Campanie, en France et en Angleterre, elles organisent le transfert des populations du centre de l’Afrique vers l’Europe. Là aussi, nous disposions déjà de tous les éléments officiels à l’automne 2015 pour démontrer cela. Et ce n’est que maintenant que les hautes autorités politiques françaises reconnaissent le rôle des passeurs dans les flux migratoires. Ces flux reprennent les antiques routes de la traite négrière et répondent aux mêmes logiques. Des villages d’Afrique sont ainsi prospectés et les personnes qui partent payent tout au long du chemin, le chauffeur de bus qui les emmène en ville, l’hôtelier qui les héberge, etc. En Libye, c’est un véritable marché aux esclaves qui est organisé, comme on en trouvait au XIXe siècle avant l’intervention des Européens au Maghreb. Xavier Raufer dressait alors le coût d’un passage où tout est vendu : la bouée de sauvetage, la bouteille d’eau, la communication téléphonique, etc. Pour ceux qui ne peuvent pas payer comptant, ils paieront par l’endettement, en travaillant en Europe au service des mafias. »
Jean-Baptiste Noé, « Défi migratoire : l'Europe ébranlée », Institut des libertés.

Il faut se soucier des conséquences de l'accueil des migrants

« Pourtant, dès lors que l’on préconise l’ouverture totale des frontières, des questions se posent immédiatement, qui trouvent leur source non dans le droit, mais dans quelque chose de bien plus trivial, à savoir la (triste) réalité économique, politique, sociologique et culturelle de l’humanité. Et ces questions, il serait dangereux de ne pas s’en saisir. Car l’ouverture des frontières n’est pas qu’une question éthique. C’est aussi une question politique. A l’altruisme que commande l’éthique, il faut donc adjoindre une approche plus égoïste, au sens où André Comte-Sponville définit la politique comme un « égoïsme intelligent et socialisé », qui se soucie non seulement de la beauté du geste, mais également de ses conséquences possibles. »
Nadia Geerts, « Accueillir sans compromettre les valeurs humanistes », Bruxelles Laïque Echos, 01/02/2018.

Pourquoi accueillir ces migrants dans la lointaine Europe plutôt que dans les pays musulmans ?

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les solutions visant à limiter l'immigration sont inhumaines et barbares

On ne peut pas tolérer les morts en Méditerranée

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

On ne peut pas tolérer les expulsions

« Plus de 30 000 étrangers sont expulsés chaque année du territoire français. Sarkozy avait fixé un objectif chiffré, argument sinistre pour flatter l'électorat réactionnaire. Eh bien son successeur se vante d'avoir maintenu, et même amplifié, le nombre de reconduites à la frontière !

L'arrestation par la police de Valls de la jeune collégienne Rom Leonarda Dibrani en octobre dernier, parce qu'elle a entraîné la mobilisation de milliers de lycéens, parce que sa brutalité a provoqué des remous jusqu'à l'intérieur du Parti socialiste, a pour une fois braqué les projecteurs sur le sort de ces dizaines de milliers d'étrangers expulsés.

Mais derrière chaque expulsion, combien de familles, combien de jeunes renvoyés dans un pays qu'ils ne connaissent pas ou dans lequel ils sont indésirables ? Combien de travailleurs brutalement renvoyés dans le pays qu'ils ont quitté faute d'avenir et qui n'auront d'autres choix que de tenter un nouveau passage de plus en plus difficile et dangereux ? Le seul délit de tous ces hommes et ces femmes est de vouloir vivre ! »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

On ne peut pas tolérer les camps de rétention

« Immigrants économiques clandestins ou déboutés du droit d'asile subissent la même traque dans toute l'Europe. À l'intérieur de ce prétendu « espace de liberté » le réseau Migreurop a recensé plus de 250 camps de rétention qui peuvent enfermer 35 000 migrants. Ces retenus n'ont commis aucun délit. Ils sont enfermés dans des conditions de détention et sous des statuts juridiques très variables et pour une durée qui peut aller jusqu'à 18 mois. En France, cette durée est passée de 12 jours en 1998, à 32 jours en 2004 puis 45 jours depuis la loi Besson de 2010. Cette même loi Besson a allongé à cinq jours le délai avant l'intervention d'un Juge des Libertés et de la Détention.  »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
« Il y a des centres de rétention à toutes les portes d'entrée de l'Europe, au sein des grands aéroports, à proximité des ports ou des grandes gares. Certains, en Allemagne ou en Suisse, sont de véritables prisons dans lesquelles les migrants doivent parfois cohabiter avec les détenus de droit commun. Les centres d'enfermement les moins inhumains sont entourés de barbelés et de caméras de surveillance tandis que les pires sont remplis de vermine, saturés et privés de services médicaux comme le rapportent les associations humanitaires ou les migrants qui s'en échappent. La diffusion d'une vidéo tournée dans le camp de Lampedusa, où des migrants étaient douchés nus avec un produit contre la gale, a rendu publiques les conditions dans lesquelles sont enfermés ces réfugiés. Dans le camp de Corinthe en Grèce, 1200 migrants retenus depuis l'été 2012 se sont révoltés en août dernier quand leur détention a été portée de douze à dix-huit mois. Ils s'entassent dans des dortoirs où doivent cohabiter entre 70 et 80 personnes. Ils ont droit à deux promenades, le matin et le soir et disposent de deux douches par pavillon, ouvertes une heure et demie par jour. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
« L'Italie finança la construction d'un grand nombre de centres de rétention en Libye pour interner les migrants venus d'Afrique centrale. Ces camps sont encore plus infâmes que les pires camps installés en Europe. Ni l'Italie ni l'Europe n'étaient alors gênées de coopérer avec le dictateur Kadhafi qui faisait subir des mauvais traitements aux migrants interceptés. Avant même la chute de Kadhafi, le Conseil national de transition libyen qui postulait au pouvoir assurait à ses protecteurs européens qu'il combattrait l'immigration illégale s'il arrivait au pouvoir. Dès avril 2012, le nouveau gouvernement libyen signait un accord migratoire « copie conforme » du précédent. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

On ne peut pas tolérer les traques aux frontières

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

On ne peut pas tolérer les traques et les pogroms

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

On ne peut pas tolérer les lois limitant drastiquement le droit au séjour

« Comme le montrent les chiffres de l'immigration année après année, toutes ces lois scélérates ne changent rien au nombre des immigrés qui vivent dans ce pays. Par contre elles rendent la vie quotidienne de tous les étrangers toujours plus difficile. Elles rallongent les procédures pour que des couples et des familles puissent vivre ensemble. Elles transforment le renouvellement de la carte de séjour en période d'angoisse, en parcours du combattant, multipliant l'attente devant les guichets de l'administration. Quant à obtenir une régularisation même après des années de séjour et de travail en France, c'est une mission de plus en plus impossible. Contrats de travail, fiches de paie, promesses d'embauche, certificats prouvant sa présence depuis des années, il faut fournir tellement de pièces qu'un travailleur étranger sans titre de séjour - mais pas sans humour - déclara un jour : « en fait j'ai tellement de papiers que je ne vois pas pourquoi on m'appelle sans-papier ». »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

On doit réparation aux populations des pays du Sud

On a pratiqué l'esclavage, on doit réparation

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

On a colonisé et pillé ces pays

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

L'Europe continue de piller les pays africains

« Les bateaux-usines de l'Union européenne vident les ressources halieutiques des côtes mauritaniennes ou sénégalaises, ruinant les petits pêcheurs. L'agriculture européenne, largement subventionnée, exporte en Afrique sa viande mais aussi ses céréales, son lait - parfois ses tomates ! - ruinant les producteurs et les éleveurs africains. Les Bolloré, Bouygues, Total, Areva ou leurs concurrents européens s'enrichissent en contrôlant les moyens de transports, les installations portuaires, les réseaux de communication, en construisant toutes les infrastructures, en pillant les ressources minières. Les banques européennes pompent littéralement les richesses produites en Afrique par le mécanisme de la dette. Les divisions de toutes sortes nées à l'époque coloniale, aggravées par le pillage impérialiste alimentent les guerres et les massacres. Mais quand une fraction du prolétariat d'Afrique, qui n'arrive plus à vivre décide de tenter sa chance en Europe, ce qui signifie venir s'y faire exploiter, elle se heurte à des murs et est traitée comme un délinquant. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

On a déstabilisé par des guerres leurs pays, on doit les accueillir

« Le danger n’est pas géographique mais systémique, et les différents intervenants font partie de ce système. Les opérations occidentales – campagne de l’OTAN en Libye, guerre contre le terrorisme ou ingérence en Amérique centrale des États-Unis – ont directement contribué à l’instabilité des « zones rouges ». Les premiers à le constater sont aux premières lignes. Dans ses baraquements militaires à Bamako, un officier m’a dit : « C’est l’OTAN qui a fait tout ça en Libye, et c’est à cause de l’Europe qu’il y a tous ces terroristes » au Mali. Il a haussé le ton en pointant du doigt la télévision, qui montrait l’avancée de l’État islamique en Irak : « C’est vous ! C’est vous ! » »

Les migrants font vivre des milliers de familles dans les pays pauvres

Les migrants envoient de l'argent qui aide au développement des pays du Sud. Ils font vivre des millions de familles restées aux pays et y génèrent activités et emplois. Ils rééquilibrent les échanges.

On a suffisamment réparé nos crimes passés

« En 2003, un étude du PNUD estimait à plus de 1500 milliards d’euros le montant accordé à l’Afrique depuis l’indépendance.

Sur cette somme, la France avait donné 200 milliards d’euros. Depuis 2003, où en sommes nous ? A 300 milliards ? Soit l’équivalent de 10 années de budget de la Défense englouties dans les sables africains ?

En 1960, les pays africains étaient viables et avaient un niveau de vie supérieur à toute l’Asie hors Japon.

En 2018, Singapour, Taïwan, ou la Corée du Sud, ont un niveau de vie 30 fois supérieur aux pays d’Afrique. Et ce miracle économique s’est fait sans aide extérieure, par le seul travail des Asiatiques. »
Jacques Guillemain, « Pour la France, le scénario catastrophe se profile à la frontière italienne », Riposte Laique, 5/06/2018.

Demander réparation pour tous les crimes passés est un processus aberrant

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

L'Europe n'a pas de responsabilité dans la démographie galopante de l'Afrique

L'Afrique connaît une certaine croissance économique, mais celle-ci est inférieure à son explosion démographique, ce qui entraîne la pauvreté du continent. En effet, les infrastructures créées (hôpitaux, écoles, logements etc.) ne suffisent pas à répondre aux besoins des populations toujours plus nombreuses - qui songent alors à émigrer. Depuis les années 70, la Chine a appliqué la politique de l'enfant unique. L'Afrique n'a pas appliqué de politique de contrôle démographique. L'Europe n'a pas à se sentir responsable de cette explosion démographique ni à en endosser les conséquences.
« Stephen Smith n’est pas romancier, mais journaliste et universitaire. Il a tenu la rubrique « Afrique » de Libération puis du Monde. Et travaillé comme analyste pour les Nations unies et l’International Crisis Group. Son dernier essai, La Ruée vers l’Europe, fondé sur une enquête rigoureuse, a pourtant des allures de récit apocalyptique. (...) L’Europe grisonnante se dépeuple tandis que l’Afrique émergente ressemble à « l’île de Peter Pan ». L’Union européenne compte aujourd’hui 510 millions d’habitants vieillissants et l’Afrique, 1,25 milliard dont 40 % ont moins de 15 ans. En 2050, 450 millions d’Européens feront face à 2,5 milliards d’Africains. Historiquement, l’Afrique était pourtant souspeuplée. Cinquante fois grande comme la France, elle ne comptait qu’environ 150 millions d’habitants dans les années 1930. C’est alors que la donne démographique a basculé grâce aux progrès de l’hygiène, de la médecine et… de la politique coloniale de développement. Demain, la pression migratoire africaine, d’une ampleur sans précédent dans l’Histoire, sera le défi de l’Europe du XXIe siècle »
Stephen Smith, Alexandre Devecchio, « La jeune Afrique aux portes de la vieille Europe », Le Figaro, 16/02/2018.

Accueillir les migrants est un plus pour l'économie des pays européens

Les migrants travaillent à des postes que les Européens ne veulent pas occuper

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants sont une main-d’oeuvre peu coûteuse pour les entreprises

On utilise les migrants comme des esclaves modernes, c'est de l'exploitation

Les migrants relanceront la démographie en Europe

https://www.vaticannews.va/fr/monde/news/2018-05/europe-vieillissement-population-demographie-statistique.html

Accueillir les migrants est un premier pas vers la construction d’un ensemble géopolitique euroméditerranéen

En créant un ensemble géopolitique Europe-Afrique du Nord voire Afrique à long terme, l'Europe accédera aux richesses qu'elle n'a pas (pétrole, gaz, jeunesse, vitalité) et constituera un ensemble géopolitique puissant, capable de parler d'égal à égal avec des géants comme la Chine ou les USA.
« Revenant sur les raisons même qui font qu'une Europe unie est primordiale selon Dominique Strauss-Kahn, il explique que la mondialisation rend incontournable un espace européen fort, qui ne se vassalise pas aux États-Unis. "Pour survivre parmi les géants, l'Europe devra regrouper tous les territoires compris entre les glaces du Nord, les neiges de l'Oural et les sables du Sud. C'est à dire retrouver ses origines et envisager, à l'horizon de quelques décennies, la Méditerranée comme notre mer intérieure", analyse DSK. »
Ryad Ouslimani, Dominique Strauss-Kahn, « Crise grecque : pour DSK l'accord est "néfaste, presque mortifère" », RTL, 18/07/2015.

Les migrants vont payer les retraites

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Grâce aux migrants, l'activité repart

On construit des écoles, des infrastructures etc. ; alors que des villages se vident et que les campagnes se désertifient, il suffirait d'y installer des familles migrantes pour qu'ils renaissent, continuent à avoir une école, un café, une activité.

Les migrants ne sont pas réellement employables

« Sur les 1,3 million de demandeurs d’asile enregistrés en Allemagne depuis 2015, seuls 17% déclarent avoir fréquenté un établissement d’enseignement supérieur (donc moins d’un sur cinq), et la majorité, en réalité, n’a pas dépassé le collège. Les médecins, les ingénieurs, sont très minoritaires, moins de 2% du total. Les migrants syriens, souvent plus diplômés, c’est vrai, ne trouvent pas davantage de travail : selon les derniers chiffres des autorités allemandes, 69.300 Syriens occupent un vrai travail en Allemagne (soumis à cotisations),donc un syrien sur 7. 85% d’entre eux, pour vivre, dépendent de l’aide sociale. Et c’est la réalité que découvrent les Allemands : l’intégration est particulièrement difficile pour les réfugiés, en dépit des programmes de formation, des aides mises en place. Seuls 150.000 réfugiés originaires des huit principaux pays producteurs d’asile ont trouvé un emploi stable depuis 2015. »
Géraldine Woessner, « Les migrants en Allemagne se sont-ils mis au boulot aussitôt ? », Europe 1, 18 juin 2018.

Accueillir les migrants est un atout culturel et social

Les migrants favorisent la diversité de nos sociétés ouvertes

Ils permettent une circulation d'idées, de musiques, de cuisines, entre les pays et établissent des liens affectifs entre continents.

Les migrants empêchent la formation d’identités figées

Les identités closes sont meurtrières ; par le mélange des cultures, le métissage, la mise en relation des religions, on aboutira à une meilleure connaissance de l'Autre, à son acceptation, voire à son intégration dans une société cosmopolite qui abolira les frontières et les conflits. Chacun pourra voir que l'autre lui ressemble, que tous les humains ont les mêmes aspirations et besoins et peuvent se reconnaître mutuellement sans se sentir menacés.

Les migrants permettent de repeupler les villages

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants véhiculent des valeurs progressistes de solidarité

« La gauche veut intégrer le rejet de l’Occident exprimé par les islamistes un peu partout dans le monde à son idéologie, car elle voit en leur résistance à l’Occidentalisation une résistance à la globalisation capitaliste du moment que pour elle le monde occidental est dominé par le néolibéralisme qu’elle combat. Ainsi, aux yeux de la gauche, la globalisation du capitalisme et sa tendance à l’homogénéité sont contrecarrées par le particularisme culturel de l’islam politique. »
Ali Kaidi, « Le pragmatisme de la gauche et le combat pour la laïcité en Occident », Kabyleuniversel, 12/06/2017.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

On ne peut pas empêcher l'immigration

On ne peut pas fermer les frontières

Il est impossible de fermer les frontières de l'Europe : cela voudrait dire bloquer toute la Méditerranée, les ports, les terres, etc. Cela impliquerait des moyens de surveillance et de contrôle très coûteux et l'instauration d'une attitude policière dans toute l'Europe (fichage, tests ADN, etc.)
« Nous savons que 90% des déboutés du droit d’asile demeurent en France. (...) Nous savons aussi que, malgré ce qu’affirment les politiciens de droite comme de gauche, la phrase « ceux qui n’ont pas leurs papiers ont vocation à retourner dans leur pays » est de la poudre aux yeux puisqu’il est impossible, sans devenir un Etat policier, de diligenter de gigantesques rafles sur l’ensemble du territoire pour appréhender des dizaines de milliers d’irréguliers avec leurs familles et les attaches qu’elles ont créées avec le temps en France, de les placer dans des centres de rétention exigus et de les renvoyer ensuite « chez eux ». Un « chez eux » qui, pour les enfants très souvent nés en France, ne l’a jamais été. Il faut se résoudre à l’évidence: une fois que les migrants ont mis le pied en Europe et qu’ils ne veulent pas rentrer volontairement dans leur pays, la vaste majorité est là pour rester. »
« Le ministre de l'Intérieur a reconnu en présentant sa loi asile et immigration que le faible taux d'exécution des obligations de quitter le territoire français créait une situation qui n'était «bonne pour personne», mais il a refusé de donner des chiffres précis. Son cabinet parle d'un taux «qui oscille entre 7 et 10 %». La Cour des comptes, elle, l'avait évalué à 5 % en 2015, avant le pic européen du flux migratoire. »
Judith Waintraub, « Migrants : ce qu'on vous cache », Le Figaro, 06/07/2018.

On ne peut pas les renvoyer dans leurs pays (pour des raisons juridiques)

On a l'obligation juridique d'accueillir les réfugiés de guerre

Le réchauffement climatique va entrainer de grandes migrations

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Si les migrants acceptent de prendre autant de risques, c'est qu'ils n'ont pas le choix

« Qu'ils fuient pour des raisons politiques ou économiques, la plupart des migrants qui réussissent à gagner l'Europe ont derrière eux un long périple. S'ils acceptent de prendre autant de risques, c'est qu'ils n'ont pas le choix. Ils sont mus par les mêmes nécessités économiques, par la même détermination à faire vivre coûte que coûte leurs familles que les générations qui les ont précédés, ces quelques 60 millions d'émigrants qui ont quitté l'Irlande, la Suède ou l'Allemagne au 19ème siècle pour gagner l'Amérique, ou ceux qui ont quitté l'Italie, le Portugal, la Pologne ou le Maghreb pour gagner la France au 20ème siècle. Quand ils ne fuyaient pas les persécutions religieuses, les migrants qui ont bâti l'Amérique, ceux qui ont enrichi les capitalistes britanniques, puis français et allemands, en creusant leurs mines, en s'usant dans leurs hauts-fourneaux, étaient des paysans qui crevaient la faim sur des terres trop petites, des artisans ruinés par la concurrence de l'industrie. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
« Un survivant du naufrage de Lampedusa a raconté son histoire à un journaliste de L'Humanité. À 25 ans, il a fui le service militaire à vie en Erythrée. Passé au Soudan, il a travaillé pendant un an pour collecter les 1600 dollars nécessaires à son transfert en Libye avec cent autres migrants. En Libye il a dû payer de nouveau la même somme pour embarquer sur le maudit bateau. Un autre rescapé a quitté le Nigeria après avoir traversé le désert pour rejoindre la Libye où il a travaillé pendant plusieurs mois au service des passeurs. D'autres migrants, par d'autres filières, sont partis du Cameroun, du Niger ou du Mali, pour rejoindre l'Algérie puis le Maroc à travers le désert avant d'embarquer pour les Canaries. D'autres encore, comme plusieurs centaines au cours d'une nuit de septembre dernier, ont forcé le passage à travers l'enclave de Melilla ou de Ceuta en prenant littéralement d'assaut la triple enceinte haute de six mètres et bardée de caméras et de barbelés. Pour fuir le chômage forcé et l'absence de tout avenir, les migrants sont prêts à prendre tous les risques. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

Quelles que soient les mesures de fermeture des frontières, les populations pauvres migreront quand même

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

La France comme l'Europe se sont constituées par des vagues perpétuelles d'immigration

« Dès les débuts de la révolution industrielle, le prolétariat se constitua grâce aux apports successifs de l'immigration. Des Irlandais vinrent par milliers s'embaucher dans les bagnes industriels de Manchester, Londres ou Liverpool. Avant 1850, des Belges et des Allemands émigrèrent vers les filatures et les premières mines du Nord et dans la région parisienne. Entre les années 1870 et 1914, des centaines de milliers d'Italiens s'installèrent en France, en Autriche, en Allemagne pour faire tourner les hauts-fourneaux, creuser les mines, construire les voies de chemin de fer, décharger les bateaux. Puis ce fut le tour des Polonais d'émigrer massivement vers les centres industriels allemands ou français. D'autres venaient d'Espagne ou du Portugal. Sans parler de tous ceux qui s'embarquèrent vers les Amériques, quelque 50 millions d'européens entre 1840 et 1940. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
« En France, après la saignée de la guerre, les besoins en main d'œuvre augmentèrent encore et spécialement dans les emplois les plus durs, la sidérurgie, les mines et l'agriculture alors très peu mécanisée. En collaboration avec l'État, les organisations patronales organisèrent une véritable traite de la force de travail avec trains spéciaux et centres de tri. Des agents de recrutement partirent en Italie, en Espagne et surtout en Pologne. Au cours des années 1920, deux millions d'ouvriers étrangers supplémentaires vinrent travailler en France dont 500 000 venaient de Pologne. [...] Après la Deuxième Guerre mondiale, toute l'Europe vit affluer des immigrants y compris la Suède, les Pays-Bas ou la Belgique qui furent longtemps des terres d'émigration. Les nouveaux migrants venaient d'Espagne, d'Italie, de Yougoslavie et massivement du Portugal à partir de 1961. Comme cette immigration interne à l'Europe ne suffisait pas pour satisfaire les immenses besoins de main d'œuvre des usines ou des chantiers de constructions, le patronat organisa ses propres filières de recrutement. Durant ces années, les gouvernements ne traquaient pas l'immigration « clandestine ». Ceux qui passaient les frontières, en prenant parfois des risques depuis le Portugal de Salazar ou l'Espagne de Franco, étaient rapidement régularisés. L'Allemagne signa un accord avec la Turquie et fit venir un million de travailleurs turcs au cours des années 1960. Les patrons français de l'automobile ou ceux des houillères envoyèrent des rabatteurs pour recruter directement dans les villages d'Afrique du Nord. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

Le sens de l'Histoire est à la mondialisation

L'humanité a commencé par des clans, des tribus, puis des villages, puis de petites villes etc. Le mouvement historique est l'unification du monde : les grandes mégalopoles modernes sont multiculturelles comme New York, Londres ou Hong Kong. Ce mouvement accompagne la généralisation des droits de l'homme, de la femme et de l'enfant. Les problèmes posés au monde sont des problèmes écologiques d'ampleur mondiale, qui demandent une réponse globale. Vouloir garder des pays fermés, une politique nationale, est une illusion.

C'est une question de volonté politique (Australie, Japon)

Les migrations ne sont pas une fatalité. L'Australie a fait savoir qu'elle n'accueillerait pas de migrants illégaux et il n'y a pas de flux de bateaux vers ce pays. Ceci empêche d'ailleurs les drames que l'on constate en Méditerranée. Quant au Japon, il refuse les migrants t on n'entend pas parler de milliers de personnes qui y arrivent illégalement. Donc il suffit qu'un pays montre une réelle volonté de garder ses frontières pour que les migrants cessent de s'y rendre en masse.

[ + Ajouter un argument ]

Arguments CONTRE

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde

La France n'a pas les moyens économiques d'accueillir les migrants

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants prennent le travail des Français

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants bénéficient d'aides sociales au détriment des Français

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants bénéficient d'aides sociales sans rien faire

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les grandes migrations signent la fin du modèle social européen

« Et Smith d’envisager différents scénarios. Les deux principaux, « l’Eurafrique » et « l’Europe forteresse » sont, à son avis, deux impasses. Le premier a été envisagé au niveau européen et par les démographes de l’ONU dans un rapport, publié en 2000, intitulé « Migration de remplacement : est-ce une solution pour les populations en déclin et vieillissantes ? » C’est sur ce rapport que Renaud Camus prendra appui pour développer sa sulfureuse théorie du « grand remplacement ». L’idée était de faire venir en Europe près de 1 million d’immigrés par an pour stopper le déclin démographique et sauver le système de retraite et de Sécurité sociale. En réalité, note Smith en s’appuyant sur les travaux de l’économiste Paul Collier, «l’immigration massive d’Africains n’améliorerait en rien le ratio de dépendance du Vieux Continent». Le gain en termes de cotisations retraite ne compenserait pas les coûts engendrés par l’immigration en matière de sécurité, de soins ou d’éducation. Au contraire, pour Smith, la ruée vers l’Europe serait synonyme de fin de l’Etat providence. »
Stephen SMITH, « La jeune Afrique aux portes de la vieille Europe », 16/02/2018.
« la Suède est devenue ces dernières décennies l'une des premières destinations des immigrants en Europe, dont des ressortissants d'Irak, d'Afghanistan, de Somalie, des Balkans et récemment de Syrie. L'agence de l'immigration a ainsi demandé en juillet une rallonge de 48 milliards de couronnes (5,2 milliards d'euros), en plus des 91 milliards déjà budgétés pour les quatre prochaines années. Au moment de reconnaître sa défaite, le Premier ministre suédois, Fredrik Reindfelt a d’ailleurs rompu avec le consensus pro-immigration de la Suède, affirmant que le coût de l’accueil des demandeurs d’asile laisserait moins de marges pour dépenser en matière d’emploi et d’éducation. »
Régis Soubrouillard, « Le "modèle suédois" à bout de souffle », Marianne, 17/09/2014.

Le nombre d'étrangers en France est stable depuis 20 ans

« En France, après la période d'après guerre où les pouvoirs publics et le grand patronat avaient organisé à grande échelle une immigration de travail, celle-ci est officiellement suspendue depuis 1974. Selon des chiffres de l'Insee, un peu moins de 200 000 étrangers extra-européens sont autorisés chaque année à s'installer sur le territoire, un chiffre aussi stable qu'il est dérisoire rapporté aux 65 millions d'habitants du pays. Parmi eux, moins de 20 000 obtiennent une carte de séjour pour motif « économique», 80 000 obtenant une carte de séjour pour des raisons familiales, 50 000 pour poursuivre des études. À ce « flux migratoire » officiel - selon l'expression des démographes - il faut ajouter les travailleurs dépourvus de titre de séjour. Qu'ils soient devenus illégaux à l'expiration de leur visa, après un refus de leur demande d'asile ou à la suite du durcissement des lois, le nombre de travailleurs vivant illégalement en France se situe entre 300 et 400 000 selon le ministère de l'Intérieur. Les porte-parole du Front national ont beau rabâcher le contraire, le nombre d'étrangers en France est stable depuis 20 ans avec une légère tendance à diminuer... »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

L'immense majorité des réfugiés sont accueillis et restent dans les pays pauvres voisins

« Parmi les quelques 50 millions de réfugiés recensés dans le monde fuyant des guerres ou des conflits dont les grandes puissances sont souvent directement responsables, moins de 1 % sont accueillis en Europe. L'immense majorité des réfugiés restent dans les pays pauvres voisins. C'est ainsi que le Pakistan accueille la majorité des Afghans chassés autant par les Talibans que par les bombes américaines. Au moment de l'intervention occidentale en Libye pour chasser Kadhafi, près d'un million de Libyens ont quitté ce pays. Moins de 20 000 d'entre eux ont trouvé refuge en Europe, la plupart illégalement faute d'avoir obtenu le statut de réfugié. La quasi-totalité des autres s'est réfugiée en Tunisie, en Egypte, en Algérie ou au Tchad. Quant aux Syriens qui fuient la guerre civile, ils s'entassent dans des camps de fortune en Jordanie, en Turquie ou dans le petit Liban. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

On accueille très peu de migrants étant donné les moyens de l’Europe

« Malgré la limitation de l'immigration économique dans tous les pays et la fermeture de plus en plus étanches des frontières, 33 millions d'étrangers vivaient dans l'Union européenne en 2011 dont 20 millions venaient de pays extra européens. Ils étaient 7,1 millions en Allemagne, 5,7 millions en Espagne, 4,4 millions au Royaume-Uni et 3,8 millions en France soit un peu plus de 6 % de la population. C'est un des taux les plus bas parmi les grands pays de l'Union européenne. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.
« En 2012, 332 000 personnes avaient déposé une demande d'asile en Europe : cela représente moins de 0,1 % de la population européenne. On est très loin de « l'invasion » brandie avec horreur par les démagogues xénophobes. Et la plupart des demandeurs sont finalement déboutés, ce qui signifie pour eux une « reconduction à la frontière » euphémisme pour une « expulsion ». Parmi les pays les plus sollicités, la France est l'un des plus restrictifs. Alors qu'en 1973, 85 % des demandes d'asile étaient acceptées, depuis les années 1990 ce chiffre est tombé à moins de 15 %. En 2012, la France a accepté 8500 réfugiés... pour 65 millions d'habitants. C'est l'Allemagne qui accorde le plus facilement l'asile, avec 30 % d'acceptation, suivie de la Suède. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

Les migrants représentent de la croissance

« On constate qu’une augmentation du flux de migrants permanents a un effet positif sur les économies européennes, le PIB par habitant va croître de façon significative pendant quatre ans, tandis que le taux de chômage va baisser, le solde budgétaire des administrations publiques va nettement s’améliorer. Un choc exogène qui augmente le flux de migrants permanents de 1 pour 1 000 habitants se traduit pour une amélioration du solde budgétaire de 0,11 point de pourcentage du PIB jusqu’à un an après le choc. S’agissant du flux de demandeurs d’asile, nous ne trouvons pas de dégradation des conditions économiques des pays d’Europe de l’Ouest, que ce soit sur le plan du niveau de vie, du chômage ou du solde budgétaire. Au bout de quelques années, il peut même y avoir un effet positif, quoique moins visible. Celui-ci s’explique par le fait que certains demandeurs d’asile autorisés à rester durablement contribueront, en travaillant, à l’économie du pays d’accueil. »
« De fait, les immigrants jouent un rôle non négligeable dans l’entrepreneuriat américain. Ils représentent 15 % de la population mais sont à l’origine de 25 % des nouvelles entreprises. Si des migrants hautement qualifiés ont fondé les plus grands groupes américains dans des proportions bien supérieures à leur nombre dans la population, les nouveaux arrivants faiblement qualifiés sont également responsables de la création tout aussi disproportionnée de petites entreprises à faibles revenus. »

Quand un pays riche comme la France refuse d'accueillir les migrants, ils sont renvoyés vers des pays plus pauvres

« Depuis les accords dits de Dublin II, en 2003, les demandeurs peuvent être renvoyés vers le pays par lequel ils sont entrés en Europe. Les pays les plus riches de l'Europe peuvent ainsi renvoyer les migrants vers la Grèce ou l'Italie. Voilà la « solidarité européenne » dont se gargarisaient les dirigeants européens après le drame de Lampedusa ! »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

N'accueillir que les migrants fortunés est scandaleux

« Interdits de travail, sans ressources, soumis à une administration bureaucratique, voilà l'asile offert aux réfugiés... quand ils sont pauvres. Par contre la France est très accueillante avec les dictateurs qu'ils soient déchus comme le Haïtien Jean-Claude Duvalier ou en exercice comme le Gabonais Omar Bongo qui disposait de nombreux biens immobiliers en France. Il paraît même que l'afflux de riches réfugiés du Proche-Orient qui fuient la guerre en Syrie ferait flamber les prix de l'immobilier de luxe à Paris... »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

L'afflux de migrants fait baisser la qualité de vie et monter les violences

L'afflux de migrants tire les salaires vers le bas

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

L'insécurité augmente à cause des migrants

« A Bornheim, près de Cologne, les autorités communales ont décidé la fermeture temporaire de la piscine aux réfugiés masculins de plus de 18 ans, après que plusieurs femmes se sont plaintes de harcèlement. L’interdiction – suivie d’un intense débat – a entre-temps été levée. «Nous avons voulu montrer que les droits des femmes sont intangibles», explique le porte-parole de la municipalité. »
Nathalie Versieux, « Les réfugiés privés de piscine ou de discothèque », Le Temps, 26/01/2016.
« Frappé de coups de pieds et de coups de poings par un groupe de migrants. Battu et laissé à terre dans une mare de sang pour avoir simplement tenté de défendre le chef de train contre un jeune Nigérian qui, après avoir refusé de montrer son billet, avait commencé à s’en prendre aux autres voyageurs. La victime est un policier de quarante ans, originaire de Verbania. Son état est sérieux, mais il n’est pas en danger de mort.

Il n’a jamais perdu conscience et a pu décrire ses agresseurs avec une précision méticuleuse, afin de permettre à ses collègues de les arrêter peu de temps après: pour l’instant deux individus ont été arrêtés.

Un migrant a commencé par insulter le conducteur qui lui avait demandé le billet, puis il a insulté et dérangé les passagers. Le policier a essayé de calmer le garçon. Alors que l’agent essayait de rétablir le calme, un groupe d’une dizaine de jeunes Nigérians est intervenu pour défendre leur compatriote. Sous les yeux terrifiés des passagers, ils ont immobilisé le chef de train et ont frappé le quadragénaire avec une violence inouie, tentant même de lui voler son portefeuille. Puis ils se sont enfuis dès que le train s’est arrêté à Carnate.

Les policiers ont réussi à identifier quelques membres du groupe, les auteurs du passage à tabac. Deux Nigérians de 24 et 25 ans, avec un titre de séjour en Italie, ont été menottés, arrêtés pour résistance à un agent public, tentative de vol et blessures. »
« Entre 2007 et 2014, la Basse-Saxe – comme le reste de l’Allemagne – enregistre une diminution continue des actes violents, à hauteur de -21,9% pour l’ensemble de la période. La tendance est rompue en 2015, l’année où Angela Merkel a «ouvert la porte aux réfugiés». En 2015 apparaît une brusque augmentation de la criminalité de +10,4%, imputée pour 92,1% à des réfugiés. »
Nathalie Versieux, « Selon un rapport allemand, la criminalité a augmenté avec le nombre de migrants dans le pays », Le Temps, 04/01/2018.

Certains migrants véhiculent de l'intolérance religieuse

« Les chrétiens qui fuient la guerre dans leurs pays doivent aussi craindre pour leur vie dans des centres d'accueil en Allemagne. Ils sont insultés, maltraités, agressés et menacés de mort par des musulmans radicaux. Le journal réputé Die Welt a compilé certains témoignages dans son édition du week-end "Welt am Sonntag". »
« Ce réfugié kurde syrien résidait en Allemagne, et il a été poignardé à mort par un groupe d’Arabes après qu’ils l’aient trouvé en train de fumer une cigarette et refusant de jeûner en période de Ramadan.

La victime serait un ressortissant kurde de la province d’Afrin au Kurdistan syrien. Les ressortissants kurdes de la ville ont déclaré plus tard que la police avait déjà arrêté deux personnes soupçonnées d’avoir été impliquées dans le meurtre.

Le suspects arrêtés sont deux demandeurs d’asile syriens. »

Certains migrants véhiculent un nouvel antisémitisme

Les migrants arrivent de pays où les préjugés antisémites sont prégnants :

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2015-2-page-89.htm?try_download=1#
« «Nous avons un nouveau phénomène, dans la mesure où nous avons de nombreux réfugiés parmi lesquels il y a, par exemple, des gens d'origine arabe qui amènent une autre forme d'antisémitisme dans le pays», a affirmé la chancelière à la chaîne privée «10».

Ces propos ont été tenus alors qu'une attaque antisémite présumée mardi à Berlin a suscité une vive émotion en Allemagne. Selon le quotidien Bild, l'agresseur présumé principal qui s'est livré à la police est un réfugié syrien ayant vécu dans un centre pour migrants près de Berlin.

Lors de son entrevue, Mme Merkel a rappelé que le gouvernement allemand avait nommé un commissaire chargé de lutter contre l'antisémitisme. «Le fait qu'aucune crèche, aucune école, aucune synagogue ne peut être laissée sans protection policière nous consterne», a-t-elle dit. »
« BERLIN (JTA) — A resident of Potsdam who was wearing a kippah with a Star of David on it was the victim of an anti-Semitic attack.

The victim reported being followed, spat upon and insulted in the weekend attack.

Police quickly arrested two men, a 19-year-old Syrian citizen and a 17-year-old of unnamed origin. »
Toby Axelrod, « Syrian citizen arrested in attack on German man wearing kippah », JTA Jewish Telegraphic Agency, 29/07/2019.

On augmente le sexisme ambiant en faisant venir ces migrants

« Témoignage d'une femme qui travaille dans un centre pour migrants de Hambourg, publié à l'origine par Die Welt :

(...) certains réfugiés se comportent de façon inadmissible envers nous, les femmes. Il est bien connu que 65%, ou peut-être même 70% selon moi, de ceux qui se présentent à nous sont avant tout des hommes seuls. Tous sont jeunes, seulement âgés d’une vingtaine d’années, 25 ans au maximum. Une partie d’entre eux n’accorde absolument aucune importance aux femmes. Ils acceptent notre présence, ils n’ont pas d’autre choix, mais ils ne nous prennent pas du tout au sérieux. En tant que femme, lorsque je veux leur dire quelque chose ou leur donner une consigne, ils m’écoutent à peine, rejettent ce que je leur dis parce que cela leur semble sans importance, et préfèrent se tourner vers un de mes collègues masculins. Ils n’ont pour nous, les femmes, souvent que des regards dédaigneux – ou même insistants. Ils sifflent l’une d’entre nous ostensiblement, crient quelque chose dans une langue étrangère que la plupart de mes collègues et moi ne comprenons pas, ils rient. C’est vraiment très déplaisant. Il est même arrivé qu’ils photographient quelqu’un avec un smartphone. Aussi facilement que cela, sans demander d’autorisation, même si l’on protestait. Récemment je suis monté dans un escalier assez raide. Certains hommes m’ont suivi, ont monté les marches derrière moi et ont passé leur temps à rire et, je suppose, à parler de moi et à m’interpeller. Des collègues féminines m’ont raconté qu’il leur est déjà arrivé des choses similaires. Elles ont en revanche dit que nous ne pouvons rien y faire. Que cela fait partie de notre travail. Cela se produit si souvent, si à chaque fois on voulait faire un signalement, le centre serait beaucoup moins rempli. (...) c’est même devenu pire, notamment dans les dernières semaines lorsque de plus en plus d’hommes d’Afrique du Nord, du Maroc, de Tunisie ou de Libye sont venus dans le centre. Ceux-là étaient encore plus agressifs. Je ne pouvais plus faire semblant d’ignorer la situation, alors j’ai réagi. Pour ne plus continuer à m’exposer. Concrètement, j’ai commencé à m’habiller différemment. Je suis quelqu’un qui aime porter des vêtements près du corps, mais plus maintenant. Je ne porte plus que des pantalons larges et des hauts sans décolleté. J’avais de toute façon peu l’habitude de me maquiller, juste un peu de mascara de temps en temps. Je n’ai pas modifié que mon apparence extérieure, pour me protéger de ce harcèlement. Je me comporte également différemment. J’évite par exemple de me rendre dans des zones du centre dans lesquelles des hommes seuls se trouvent souvent. Et si je dois quand même m’y rendre, alors j’essaie d’y passer très rapidement et je ne souris à personne, afin que cela ne soit pas mal interprété. Mais la plupart du temps, meme toute la journée si possible, je reste dans mon petit bureau.

Et je ne vais plus au travail ou à la maison en métro, parce que récemment une collègue a été suivie par quelques-uns des jeunes hommes du centre jusqu’à la station de métro et a même été importunée dans le métro. Je préfère m’épargner cela, c’est pourquoi je viens en voiture. Je sais que cela est difficile à entendre : s’habiller autrement, éviter certains endroits et ne se déplacer qu’en voiture. Moi-même je trouve affreux de faire tout cela et de considérer que c’est nécessaire. Mais que dois-je faire, quelle serait l’alternative? Continuer à être fixée du regard ou à subir du rentre-dedans, ce n’est pas possible. »

En leur donnant de meilleures conditions d'accueil, on n'aurait pas ces problèmes

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants sont des hommes jeunes, il est normal qu'il y ait parmi eux une part de délinquant

« Le même porte-parole du ministère de l'Intérieur allemand évoque, parmi les pistes qui permettent d'expliquer la criminalité des étrangers et tout particulièrement des demandeurs d'asile, la question de l'âge et du genre. Le ministère rappelle que ceux-ci sont des caractéristiques, qui jouent un rôle important pour tous les groupes de la population. Selon les données disponibles (et qui concernent donc seulement les Allemands), on distingue que les taux de criminalité sont plus élevés chez les hommes et plus particulièrement pour les jeunes âgés de 14 à 30 ans. "Actuellement on retrouve notamment plus de jeunes hommes parmi les demandeurs d'asile que dans la moyenne de la population. Ainsi en 2015, environ 69 % des demandeurs d'asile étaient des hommes et plus de 70% d'entre eux avaient moins de 30 ans. Ainsi, pour une comparaison globale, on notera que les groupes, qui apparaissent habituellement comme suspects de crimes, sont surreprésentés chez les migrants." »

On ne peut pas attribuer aux migrants les agressions commises par les descendants d'immigrés

Au nouvel An 2016 de Cologne, les migrants furent accusé d'attouchements et de harcèlement sexuel sur des centaines de femmes. Or ces faits étaient imputables à des immigrés de longue date. Les migrants furent injustement stigmatisés. Plus généralement, on ne doit pas amalgamer les migrants et tous les immigrés et descendants d'immigrés, pour ensuite attribuer aux migrants les comportements des seconds.

Le nombre d'étrangers en France est stable depuis 20 ans

« En France, après la période d'après guerre où les pouvoirs publics et le grand patronat avaient organisé à grande échelle une immigration de travail, celle-ci est officiellement suspendue depuis 1974. Selon des chiffres de l'Insee, un peu moins de 200 000 étrangers extra-européens sont autorisés chaque année à s'installer sur le territoire, un chiffre aussi stable qu'il est dérisoire rapporté aux 65 millions d'habitants du pays. Parmi eux, moins de 20 000 obtiennent une carte de séjour pour motif « économique», 80 000 obtenant une carte de séjour pour des raisons familiales, 50 000 pour poursuivre des études. À ce « flux migratoire » officiel - selon l'expression des démographes - il faut ajouter les travailleurs dépourvus de titre de séjour. Qu'ils soient devenus illégaux à l'expiration de leur visa, après un refus de leur demande d'asile ou à la suite du durcissement des lois, le nombre de travailleurs vivant illégalement en France se situe entre 300 et 400 000 selon le ministère de l'Intérieur. Les porte-parole du Front national ont beau rabâcher le contraire, le nombre d'étrangers en France est stable depuis 20 ans avec une légère tendance à diminuer... »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

Les migrants risquent de déstabiliser le vivre-ensemble

On favorise le communautarisme

Les migrants arrivent dans des pays où existent déjà de fortes communautés ; ils s'installent dans des ghettos, et renforcent le communautarisme. Des pays comme la France et l'UK se communautarisent et perdent leur unité nationale. Il existe une "police de la charia" à Londres. On va rendre nos pays comme le Liban, avec des communautés qui vivent ensemble, se mélangent peu et vont vers une sorte de séparatisme interne.
« « Les salafistes politiques se livrent à un travail d'interprétation de l'islam. Leur usage sélectif des classiques de la littérature juridique islamique les amène à ne considérer que les passages ou la violence est jugée nécessaire dans le rapport aux non-musulmans. Les salafistes croient que l'Islam est une revendication universelle qui peut et doit être imposée si nécessaire, compte tenu de la supériorité du salut divin islamique pour toute l'humanité. Cette affirmation fondamentale de la violence est intrinsèque à l'idéologie salafiste."

Le rapport BfV indique que les salafistes ont concentré leurs efforts de propagande et de recrutement sur les migrants qui ont cherché refuge en Allemagne :

« Sous couvert d'aide humanitaire, les islamistes ont réussi à radicaliser les migrants. Très tôt, les salafistes sont entrés en contact direct avec les migrants. Ils ont visité les centres d'accueil pour réfugiés et ont offert leur aide. Ils n'ont pas seulement ciblé les adultes, mais aussi les adolescents non accompagnés, qui, en raison de leur situation et de leur âge, étaient particulièrement vulnérables aux activités missionnaires salafistes. » »
Soeren Kern, « Allemagne: les Salafistes Montent en Puissance », Gatestone Institute, 07/08/2018.

On fait venir des millions d'hommes déracinés qui s'intégreront difficilement

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les migrants mettent en cause notre identité

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Choc des cultures et risque de guerre civile

« Depuis la Révolution islamique d'Iran (1979), l'Islam s'est "réveillé" et il existe en son sein des courants qui promeuvent un islam politique, destiné à régir la vie des citoyens selon des règles religieuses (voile, halal, séparations hommes/femmes, moeurs religieuses, respect des jours fériés religieux, etc.). Cet islam est à la fois religion et système politique. De nombreux musulmans, y compris en Europe, mettent les lois religieuses au-dessus des lois républicaines. Il n'est pas prudent, si l'on veut éviter d'importer de graves conflits en Europe, de faire venir ces populations qui rejettent les valeurs des Lumières. Pierre Lellouche : "Nous vivons la troisième offensive de l’islam en Europe, après celle qui a suivi la révélation de Mahomet au VIIe siècle, et après la chute de Constantinople, en 1453, qui mena les Turcs aux portes de Vienne. Une guerre qui est aussi, et d’abord, la revanche de la colonisation française en Algérie. Une contre-colonisation. (…) Nous vivons déjà les conséquences de ce grand basculement démographique: en 2015, 1,8 million d’entrées irrégulières en Europe, soit +547 % en un an!" »
Eric Zemmour, Pierre Lellouche, « Éric Zemmour : «Quand un élu ose réfléchir à ce qu'il voit» », Le Figaro, 22/03/2017.
« Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »
Houari Boumediene, « Discours de l'ONU 1974 », Kabyle Universel.
« Rainer Wendt, le chef du syndicat des policiers allemands, demande au gouvernement allemand de prendre clairement position sur cette affaire.

Le 29 décembre, plusieurs jeunes migrants ont attaqué au hasard des passants dans les rues de la ville d’Amberg, dans le sud de l’Allemagne.

Alors que la police enquête toujours et ne fournit aucun détail sur les motivations des suspects, Wendt était apparemment impatient de partager sa propre idée sur la question. « Je vais vous dire le motif : Un profond mépris pour notre patrie et pour notre peuple« , a-t-il dit à Bild. »

On fait monter le populisme en accueillant des migrants

« La crise migratoire qui secoue l'Europe nourrit la rhétorique des formations populistes, principalement d'extrême droite et anti-Bruxelles, et dope leur audience, à l'image de l'AfD en Allemagne. »
AFP, « Europe: la crise migratoire nourrit le populisme », Le Point, 19/09/2016.
« D'une part, on constate partout en Europe l'inquiètante progression des mouvements extrêmistes - en Allemagne, en France, en Italie, en Grèce…. Ce phénomène politique est une conséquence directe de l'immigration. Dans les années 70, le Front National était un obscur groupuscule de nostalgiques de l'Algérie française. Sa percée électorale à partir du début des années 80 s'explique par l'immigration massive et les craintes qu'elle suscite. Il y a quelque chose de paradoxal chez les bonnes âmes bien pensantes qui à la fois fustigent les partis extrêmistes et soutiennent l'immigration. Cela est incohérent. En effet, c'est l'immigration qui nourrit les partis extrêmistes et risque un jour de les amener au pouvoir »
Renaud Girard, « Renaud Girard : «L'immigration de masse est un scénario perdant-perdant» », Le Figaro, 31/08/2018.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

La migration est un problème pour les migrants eux-mêmes

On vide l'Afrique de ses forces vives

« Sauf exception comme le Soudan du Sud, la Somalie ou l’Erythrée, qui sont des pays en conflit ouvert ou de vraies dictatures, l’essentiel des migrants vient paradoxalement des pays qui portent l’espoir de l’Afrique, tels que le Sénégal, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigeria ou le Kenya. C’est «l’Afrique émergente» qui migre et non pas l’Afrique de misère ; ceux qui s’en sortent et qui peuvent réunir le pactole de départ, 2 000 à 3 000 euros, soit le revenu annuel par tête d’habitant dans bien des pays subsahariens. (…) L’Afrique perd ainsi ses forces vives, les jeunes les plus dynamiques, parfois diplômés, qui s’en vont. C’est une perte nette. Même s’ils renvoient de l’argent au pays, ces membres de la classe moyenne sont irremplaçables, aussi pour consolider la démocratie. On ne se développe pas en exportant son élite. »
Stephen SMITH, « Stephen Smith : «La migration de masse n'a pas encore eu lieu» », Le Figaro, 10/07/2018.

Appel d'air

« Personne n'est prêt à l'admettre, mais envoyer des navires dans la Méditerranée pour amener les gens en toute sécurité en Europe a créé un «facteur d'attraction». Tout le monde le nie, mais c'est vrai. Les trafiquants mettaient de moins en moins de carburant dans leurs bateaux parce qu'ils savaient que les Européens intercepteraient les bateaux de plus en plus tôt et qu'ils feraient l'essentiel du travail de contrebande pour eux. Ce qui est un excellent modèle d'affaires pour les contrebandiers, mais un système terrible pour l'Europe. Entre autres choses que nous aurions dû faire (une mesure suggérée dans mon livre, et je suis heureux d'entendre que le président Macron commence à y songer), ce serait d'ouvrir des centres de traitement en Afrique du Nord. Cela empêcherait aussi les bateaux de quitter la côte nord-africaine et nous éviterait d'agir comme des partenaires des gangs de contrebande. »

Une nouvelle traite

« Christophe Castaner a affirmé sans hésitation qu'en Méditerranée centrale, il y a une réelle collusion entre les trafiquants des migrants et certaines ONG. Depuis les côtes libyennes, les migrants seraient transportés dans des conditions effroyables, parfois au péril de leur vie. »
Auteur anonyme, « Migrants : Castaner crée la polémique », LCI, 8/04/2019.

On vend du rêve alors que nos pays sont en crise

Aucun résumé ni citation n'a été entré.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

On ne peut pas contrôler l’immigration

Beaucoup de migrants soi-disant mineurs sont des adultes

« "Si je dois partir, je ne saurais pas où aller. Si je peux rester, je finirai mes études pour réussir ma vie en France." Les projets d’Emmanuel n’auront pas convaincu le président du tribunal correctionnel de Montpellier. Ce jeune migrant ivoirien, arrivé en France en 2016, était accusé par la justice d’avoir menti sur son âge en utilisant de faux papiers d’identité pour bénéficier de la protection que le conseil départemental réserve aux mineurs. Il a été entendu ce lundi 16 avril, après un autre jeune Ivoirien auquel il était reproché les mêmes faits. »
« Ni la police ni l’Etat ne disposent de chiffres précis sur le nombre de mineurs marocains non accompagnés actuellement en Suède, un grand nombre d’entre eux entrant illégalement dans le pays. Cependant, les tests d’empreintes digitales montrent que seuls 10% des migrants « mineurs » contrôlées ont moins de 18 ans. Le reste étant plus vieux que ce qu’ils ont déclaré.

Ali, 22 ans, un migrant marocain qui mentait sur son âge, est venu en Suède l’année dernière en prétendant qu’il avait 16 ans.

Ali a déclaré à SVT que d’autres migrants l’avaient encouragé à mentir sur son âge afin d’avoir une meilleure chance d’obtenir des prestations sociales du gouvernement suédois. La base de données marocaine d’empreintes digitales a prouvé qu’il était un adulte. Aujourd’hui, il vit dans la rue, commettant des délits pour gagner sa vie. »

Il y a des islamistes dangereux parmi les migrants

« Après avoir reçu des informations d’un ancien djihadiste, la police italienne a arrêté 15 passeurs appartenant à une organisation soupçonné d’avoir aidé des djihadistes à entrer clandestinement en Europe en tant que demandeurs d’asile, via des traversées en bateau.

Les arrestations ont eu lieu cette semaine dans les villes de Palerme, Trapani, Caltanissetta et Brescia.

L’ancien djihadiste a fait sauter le couvercle de l’opération en disant à la police : « Il y a une armée de kamikazes en Italie ».

Les procureurs ont ajouté que l’organisation, qui a en grande partie fait passer clandestinement des djihadistes de Tunisie, « constitue une menace actuelle et concrète pour la sécurité nationale car elle est capable de fournir à plusieurs migrants illégaux un passage maritime caché, sûr et rapide.’

(…)

http://www.fdesouche.com/1139127-italie-arrestation-de-15-trafiquants-qui-organisaient-des-traversees-de-combattants-djihadistes-en-les-faisant-passer-pour-des-refugies »
Auteur anonyme, « "Esercito di kamikaze in Italia". Il blitz sulla tratta dei migranti », Il giornale, 09/01/2019.
« L'auteur de l'attentat suicide de Manchester qui avait fait 22 morts en mai 2017 avait été évacué de Libye trois ans auparavant par la marine britannique, a révélé aujourd'hui le quotidien Daily Mail, citant une source gouvernementale. »
Auteur anonyme, « L'auteur de l'attentat de Manchester avait été sauvé de Libye par la marine britannique », Le Figaro, 31/07/2018.
« Une adolescente yézidie asservie par l’État islamique est retournée en Irak après avoir rencontré l’un de ses tortionnaires dans les rues d’une ville près de Stuttgart, en Allemagne, où il résidait en tant que réfugié.

Ashwaq Ta’lo, qui a émigré en Allemagne, a déclaré qu’elle marchait dans la rue en février dernier lorsqu’elle a aperçu Abu Humam, un ancien gardien de l’Etat islamique, qui l’avait achetée en Irak pour 100 dollars.

« J’avais des sueurs froides en regardant attentivement son visage », a déclaré Ta’lo à Bas News, une agence kurde. « C’était Abu Humam, avec la même barbe effrayante et le même visage hideux. »

L’adolescente a déclaré que Humam avait immédiatement proféré des menaces en lui disant: « Je suis Abou Humam et je sais vous étiez avec moi pendant un moment à Mossoul. Je sais où tu vis, avec qui tu vis et ce que tu fais. »

Ta’lo a dénoncé Humam aux autorités, mais la police allemande a signifié qu’elle ne pouvait pas l’arrêter parce que le tortionnaire djihadiste a obtenu un statut de réfugié politique.

L’adolescente a décidé de quitter l’Allemagne et est retournée au Kurdistan irakien pour vivre avec son père.

« Je ne reviendrai jamais », a-t-elle juré. »
Auteur anonyme, « Yazidi slave girl meets Isis captor in German street », The Times, 16/08/2018.

On fait venir des milliers de personnes trop peu éduquées

« New statistics released by a senior German academic confirm previous forecasts suggesting the majority of so-called Syrian refugees coming to Europe are functionally illiterate and have no hope of joining the job market. »
Auteur anonyme, The conservative papers.

On ne connaît pas l'identité précise de beaucoup des personnes que l'on accueille

« De la chaux vive et des excréments contre les policiers. Après un « assaut » particulièrement violent, plus de 600 migrants africains sont parvenus, jeudi 26 juillet, à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta au nord du Maroc. »

Il y a toujours des peurs autour de l'immigré, qui in fine s'intègre normalement

Lors des immigrations italienne et espagnole en France, il y a eu des émeutes contre les immigrés, ils ont été accusés d'être violents, ou voleurs etc. On entendait au début du XXème siècle exactement les mêmes discours à leur propos que les discours xénophobes actuels à l'encontre des migrants. Malgré ces soubresauts et ces réactions de rejet, on peut constater tous les jours que ces immigrés se sont intégrés et que les peurs étaient infondées.

Quand les Français connaissent personnellement des migrants, cela se passe bien

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

L’accueil de migrants va contre la volonté populaire

Ils ont voulu l'indépendance, ils ne doivent pas migrer

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les peuples sont hostiles à l'accueil des migrants

« Pour 72% des français, l'économie du pays ne peut plus intégrer de nouveaux arrivants. Pourquoi un tel rejet ? L'image des migrants est souvent associée au capharnaüm de la jungle de Calais ou à celui, tout aussi gênant, des villages de tentes qui fleurissent dans les rues de Paris. Ces foules d'étrangers désœuvrés, qui squattent les trottoirs dans l'attente d'une hypothétique régularisation par l'administration, heurtent nos compatriotes. Pour beaucoup d'entre eux, cette situation ne sème pas seulement les graines d'un choc des cultures : elle pose aussi un vrai problème économique. »
« Thierry Baudet, intellectuel hollandais libéral a dit que la majorité des Néerlandais étaient d’accord avec lui et Orban sur ce sujet, parce que la majorité d’entre eux se rendait compte que l’immigration de masse est quelque chose qu’ils ne peuvent gérer, elle peut détruire leur société et leur civilisation. « Les chiffres sont tout simplement trop élevés, l’ampleur du boom démographique en Afrique implique que la vague migratoire ne finira pas », a-t-il souligné. »
Thierry Baudet, « Thierry Baudet : "Orban is an hero" », Hungary Journal, 24/01/2018.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

[ + Ajouter un argument ]

Pour aller plus loin

Bibliographie

Plutôt POUR

Plutôt CONTRE

Aucune référence bibliographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence bibliographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Sitographie

Plutôt POUR

Aucune référence sitographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTRE

Aucune référence sitographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence sitographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Vidéographie

Plutôt CONTRE

Aucune référence vidéographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence vidéographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Débats connexes

[ + Ajouter un débat connexe ]

Vos commentaires


avatar

Utilisateur anonyme #1

Il y a 9 mois
Pointage 1++
merci ca ma beaucoup aidé pour un devoir
avatar

Utilisateur anonyme #2

Il y a 7 mois
Pointage 1++
pratique, bonnes idées
avatar

Utilisateur anonyme #3

Il y a 6 mois
Pointage 1++
Merci, vos avis divergents m'ont bcp aidés pour mon projet de droit sur l'accueil des migrants en France. Bisous
avatar

Utilisateur anonyme #4

Il y a 4 mois
Pointage 0++
En France métropolitaine, le nombre de chômeurs diminue de 90 000 au quatrième trimestre, à 2,5 millions de personnes ; le taux de chômage baisse de 0,3 point, à 8,5 % de la population active
avatar

Utilisateur anonyme #4

Il y a 4 mois
Pointage 0++

Selon la définition des Nations uniesN 1 (« personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), en 2015, l'immigration en France représente 7,85 millions de personnes, soit 11,9 % de la population totale (66,2 millions), dont 5,3 millions (8 %) nées hors d'Europe2,3. Elle se classe ainsi au septième rang mondial pour le nombre d'immigrés, derrière les États-Unis (45,8 millions), la Russie (11), l'Allemagne (9,8), l'Arabie saoudite (9,1), les Émirats arabes unis (7,8), le Royaume-Uni (7,8). En proportion de la population totale, la France (11,9 %) se situe à un niveau comparable des autres pays européens : derrière le Luxembourg (43,3 %), la Suisse (24,9 % en 20164) la Suède (15,9 %), l'Irlande (15,9 %), l'Autriche (15,7 %), l'Espagne (13,8 %), le Royaume-Uni (12,4 %), l'Allemagne (11,9 %), mais devant l'Italie (9,4 %)5.

Selon la définition de l'Insee (« personne née étrangère à l'étranger et résidant en France »), en 2015 les immigrés sont au nombre de 6,1 millions soit 9,2 % de la population totale (66,2 millions)6. Les descendants directs d'immigrés (personnes nées en France et ayant au moins un parent immigré) sont eux estimés à 7,3 millions, soit 11 % de la population dont la moitié sont issus d’un couple « mixte ». Au total, immigrés et descendants directs d'au moins un immigré sont au nombre de 13,4 millions, soit 20,2 % de la population en 2015. Parmi eux 5,4 millions (8,2 %) ont au moins un parent européen et 8 millions (12 %) au moins un parent non européen dont 4,1 millions (6,2 %) un parent maghrébin et 1,7 million (2,5 %) un parent subsaharien7,8.

Le solde migratoire annuel en France était de + 58 000 personnes en 2018 (soit 0,08% de la population totale), + 58 000 personnes en 2017 (soit 0,09% de la population totale), + 58 000 personnes en 2016 (soit 0,09% de la population totale), + 40 900 personnes en 2015 (soit 0,06% de la population totale), + 32 300 personnes en 2014 (soit 0,05% de la population totale), + 100 100 personnes en 2013 (soit 0,15% de la population totale), + 72 300 personnes en 2012 (soit 0,11% de la population totale), + 29 500 personnes en 2011 (soit 0,04% de la population totale), + 38 900 personnes en 2010 (soit 0,06% de la population totale) et + 32 300 personnes en 2009 (soit soit 0,05% de la population totale)9.

Selon l'INED, et sur la base du recensement de 1999, parmi la population vivant en France, environ 13,5 millions de personnes ont une origine étrangère totale ou partielle sur trois générations, soit 23 % de la population10. Gérard Noiriel estime en 2002 qu'environ un tiers des Français ont « une ascendance étrangère » si l'on remonte aux arrière-grands-parents11. En 2011, selon un article de Michèle Tribalat, on comptait 8,7 % d'immigrés, 19,2 % de personnes d'origine étrangère sur deux générations et près de 30 % sur trois générations12. Selon Pascal Blanchard, en 2015, entre 12 et 14 millions de Français, soit entre 18 et 22 % de la population totale, ont au moins un de leurs grands-parents né dans un territoire non européen13. Pascal Blanchard estime que, sur quatre générations, « un quart des Français ont une origine extra-européenne » et « un autre quart ont un grand-parent au moins issu des immigrations intra-européennes »14. Selon Cris Beauchemin, chercheur à l'INED, on peut estimer en 2018 que deux personnes sur cinq (soit 40 % de la population vivant en France) sont issues de l’immigration sur trois générations15.

La France compte proportionnellement davantage de personnes « issues de l'immigration », c'est-à-dire elles-mêmes immigrées ou dont un parent au moins est immigré, parmi les personnes âgées de 25 à 54 ans que dans les autres classes d'âges, avec 13,1 % d'immigrés et 13,5 % d'enfants d’immigrés, soit un total de 26,6 %. De ce point de vue, elle devance notamment le Royaume-Uni (24,4 %), les Pays-Bas (23,5 %), la Belgique (22,8 %), l'Allemagne (21,9 %) et l'Espagne (20,2 %), mais se trouve en retrait par rapport au Luxembourg (61,9 %), à la Suisse (46,4 %) et à la Lettonie (29,2 %)16. Cependant cette notion est contestée par des chercheurs, comme Gérard Noiriel qui écrit en 1988 que « les jeunes “d’origine immigrée” n’existent pas »17.

En 2011, 30,2 % des jeunes de moins de 18 ans en métropole ont un ascendant immigré sur trois générations, dont 19,3 % d’immigration extra-européenne18,19. En 2017, 31 % des nouveau-nés en métropole ont au moins un parent né à l'étranger, dont 27,1 % au moins un parent né hors de l'Union européenne20.

En France, 40 % des personnes nées entre 2006 et 2008 ont au moins un parent ou grand-parent immigré, dont 10 % ont deux parents immigrés, dont 27 % d'origine extra-européenne (16 % du Maghreb)21.

Les Français tendent à très largement surestimer la part des immigrés dans la population. D'après une étude menée en 2014 par le quotidien britannique The Guardian et l'agence Ipsos, les Français pensent que la population française est composée à 28% d'immigrés soit environ trois fois plus que la réalité22.
avatar

Loki

Il y a 2 mois
Pointage 0++
Selon Jérôme Fourquet de l'Ifop, 18% des nouveaux nés en 2016 avaient un prénom musulman. Ce pourcentage ne mesure pas "les immigrés" mais il permet de saisir l'ampleur du changement anthropologique en cours, la société française se métissant en quelques décennies à peine.
Ajouter votre commentaire
Wikidébats accueille tous les commentaires. Si vous ne voulez pas être anonyme, enregistrez-vous ou connectez-vous. C’est gratuit.