Faut-il supprimer les frontières ?

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
Dessin réalisé par Pranny

Sommaire


Pour comprendre le débat

Définitions de frontière

"Une frontière est un espace d'épaisseur variable, de la ligne imaginaire à un espace particulier, séparant ou joignant deux territoires, en particulier deux États souverains. Les fonctions d'une frontière peuvent fortement varier suivant les régions et les périodes. Entre les pays de l'Espace Schengen, elle n'est qu'une limite politique et juridique ne faisant pas obstacle à la circulation des personnes et des biens1. Entre les deux Corées, elle est matérialisée par une large bande surveillée militairement et son franchissement est très restreint, tandis qu'entre le Maroc et l'Algérie, elle est ouverte (non officiellement) d'un côté mais fermée à la circulation de l'autre, ce qui veut dire qu'on peut aller en Algérie, mais qu'on ne peut pas revenir au Maroc". https://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re

"Il y a frontière lorsque se confrontent des systèmes territoriaux identifiés par leur propre système de normes (culturels, juridiques, etc.). Ceci est bien le cas des États avec leur fonctionnement institutionnel, leur maillage, etc. Mais cette définition peut être élargie à d’autres systèmes territoriaux en émergence. De nouvelles pistes s’ouvrent alors aux chercheurs dans un contexte de crise des États et d’émergence de nouveaux pouvoirs (d’ordre économique, institutionnel ou social). On peut dès lors suggérer que les frontières apparaissent sous d’autres formes que la ligne, comme le point (un port ou un aéroport), la zone ou le front. La représentation classique de la frontière (la ligne) est alors bouleversée. Une nouvelle piste de recherche consisterait alors à proposer de nouveaux modes de représentation de ces frontières aux formes inédites".

http://www.hypergeo.eu/spip.php?article16

Histoire de la notion de frontière

"Le sens attribué au mot « frontière » a évolué tout au long de l'histoire de l'humanité, et il n'a pas été le même d'une époque à l'autre. Différentes notions rentrent dans son champ qui concernent un spectre aussi large que l'histoire, la sociologie, anthropologie, le droit international ou la science politique par exemple. Le terme de frontière est marqué par un symbolisme fort, basé sur des connotations telles que barrière ou jonction. Dans le système international actuel, qui se caractérise par la coexistence d'environ 200 États, le nombre de frontières actuelles doit être également multiplié par centaines. D'un autre côté, la notion d'un monde « sans frontières » fait son apparition. Selon Lucien Febvre le mot « frontière » apparaît en français au xiiie siècle3. C'est alors un « adjectif dérivé de front », pour la « zone-frontière » on utilisait le mot « fins », la ligne était la « borne » ou la « limitacion ». Au xvie siècle, le mot « frontière » prend son sens actuel". https://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re

"Géographie et frontières Ce que l’on peut retenir de ces vingt dernières années dans les approches proposées par les géographes, c'est qu’ils envisagent la frontière comme un objet complexe permettant aussi de cerner les grandes mutations contemporaines comme : effacement des frontières au sein de la Communauté européenne ; l’apparition de nouvelles frontières entre pays riches et pays pauvres ; le surgissement de nouvelles discontinuités linguistiques, culturelles ; les frontières à l’épreuve des mobilités des individus, bien sûr, mais aussi des mobilités virtuelles via l'Internet. Ces mutations invitent finalement à décentrer le regard des seules frontières nationales, internationales et à aller vers d’autres frontières, discontinuités plus floues, moins pesantes car moins institutionnalisées".

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/geographie-et-frontieres

Actualité du débat

La question des frontières est actuelle mais on pourrait aussi dire qu’elle est toujours d’actualité dans la mesure où tout au long de l’histoire, elle est source de conflits, de négociations, d’accords, de conventions et d’échanges entre les hommes et que l’homme s’est déplacé et a eu à franchir des frontières quelles que soient l’étanchéité de celles-ci ou leur nature. Aujourd’hui elle est au centre de l’actualité à cause des mouvements migratoires engendrés par des situations de guerre, par des régimes dictatoriaux, par les profondes inégalités entre les pays et la misère de certains d’entre eux. Après un mouvement d’ouverture des frontières, on assiste aujourd’hui à un mouvement de fermeture, notamment en Europe où les frontières de l’espace Schengen sont de plus en plus étanches. Cela crée de nouveaux points de tensions.

Ces derniers mois, les médias ont régulièrement évoqué la situation des migrants en Lybie qui ont été réduits à l’état d’esclave, des milliers de migrants morts en essayant de traverser la méditerranée, de la construction de murs pour fermer complètement certaines frontières ou encore de la fermeture des frontières comme argument de campagne politique.

Enjeux généraux

L’intitulé du débat s’il est radical permet néanmoins de réfléchir à la question de l’ouverture ou la fermeture des frontières. S’interroger sur la suppression des frontières ou leur ouverture / fermeture c’est aussi s’interroger sur la question de la liberté de circulation et sur les phénomènes migratoires subis ou choisis. En d’autres termes cela revient à se demander s’il faut privilégier la sécurité d’un Etat à la liberté de circuler d’un individu. Cela pose aussi la question de l’identité culturelle des Etats, de leur contexte social de crise économique face à la situation humanitaire, d’individus qui quittent leur pays pour survivre ou pour simplement espérer vivre mieux.

Carte des familles d'arguments

POUR
CONTRE

La liberté de circulation est un droit de l'Homme.
L'Homme est un "citoyen du monde".
Un monde sans frontières serait un monde en paix.
L'humanité est une.

Les frontières ne sont pas des murs.
L'homme est à la fois citoyen dans une nation et "citoyen du monde".
On peut passer de l'autre côté de la frontière.
L'humanité est à la fois une et diverse.

Arguments POUR

1. La liberté de circulation est un droit de l'Homme

La liberté de circulation est un d'abord un droit de l'homme qui permettrait d'en garantir d'autres

Les Hommes sont égaux peu importe leurs pays d'origine. Si un Homme mène une vie calme dans un pays protégé, l'Homme qui en revanche vit dans un pays où sa sécurité est mise en danger, il devrait être en droit de quitter son pays afin de vivre une meilleure vie dans le pays qu'il souhaite. Un pays devrait accueillir l'immigré et celui-ci devrait avoir le même droit de circulation qu'un immigré originaire d'un pays ayant une certaine stabilité économique et politique.

Citation(s)

"Article premier : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. "Déclaration universelle des droits de l'homme 1948" "Article 13 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat. 2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays." http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

"Un sénagalais ne peut, lui entrer que dans 57 pays, un marocain dans 55 pays et un algérien dans 47 pays". L'humanité 30/11/2017

La construction des murs entravent le respect du droit de circulation et entraînent la négation d'autres droits.

Les murs frontaliers entravent les droits de circulation de l'Homme. A cause de ces murs, dont les immigrés dépensent tout leurs revenus afin de les traverser, ils se retrouvent donc dans des situations déplorables et sont victimes d'humiliations. Par exemple, en Libye des immigrés sont vendus en tant qu'esclaves.

No Borders.jpg
Citation(s)

"La frontière américano-mexicaine qui court sur 3200 km est la plus traversée du monde. À partir de 1994, date d’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, elle a été progressivement renforcée par la construction d’un mur qui fait aujourd’hui près de 1700 km de long. Les événements du 11 septembre 2001 ont abouti à l'adoption du Secure Fence Act et l’augmentation de 145 % du budget consacré à la sécurité frontalière. Le mur se double d’une surveillance vidéo, de patrouilles et même de survol par des drones. Le renforcement de la surveillance de cette frontière pousse les migrants à tenter le passage dans l’immensité du désert d’Arizona et du Texas où des milliers de cadavres ont été retrouvés. Selon Enrique Morones, de l’ONG Border Angels, 10 000 clandestins y ont laissé leur vie depuis 1994. La majorité des candidats à la traversée sont des hommes, mais il y a aussi des femmes et des enfants. Selon le Pew Hispanic Center de Washington, plus de 700 000 Mexicains tenteraient chaque année de passer la frontière illégalement et près de la moitié y parviendrait". http://www.histoire-immigration.fr/activite-2-franchir-les-frontieres

"L'ouverture des frontières est un objectif susceptible de mettre fin aux tragédies des milliers de clandestins qui meurent aux portes des frontières des pays riches, ainsi qu'à toutes les formes de sous-citoyenneté induites par la condition de sans-papiers" Catherine Wihtol de Wenden, Atlas des migrations, Paris : Éd. Autrement (2016)

"En lybie, ils voulaient nous vendre comme esclaves" Récit d'un migrant guinéen de 17 ans dans l'Humanité.

"Plusieurs organisations non-gouvernementales ont également condamné la vente de migrants en ybie, Etat voisin du Niger. Porte du Sahara, Agadez, plus grande ville du nord du Niger, est une plaque tournante du trafic d'êtres humains voulant gagner l'Europe". Le monde, 21/11/2017 http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/21/le-president-du-niger-en-appelle-a-la-cpi-sur-les-migrants-reduits-a-l-esclavage-en-libye_5217799_3212.html

"Le mur n'empêche pas de passer mais rend simplement le passage plus dangereux" Sciences humaines, juin 2013, n°249.

"La construction d'un mur "anti-intrusions" et "végétalisé" commence à Calais. Celui de la frontière mexicaine agite la présidentielle américaine. Murs, barrières, clôtures pullulent depuis quelques années : cartographie de la fortification des frontières, et analyse d'un monde de plus en plus fermé".https://www.franceculture.fr/geopolitique/le-monde-se-referme-la-carte-des-murs-aux-frontieres

La suppression des frontières est un moyen pour les migrants d'espérer commencer une nouvelle vie à l'abri des guerres.

Selon les pays d'origine et les pays de destination, les migrants ont souvent traités de façon inégalitaire. La suppression des frontières réglerait le problème et garantirait un asile pour tous. Les peuples qui subissent la guerre sont obligés de fuir leur pays dans de mauvaises conditions (barques de fortune). Les migrants fuient la guerre mais aussi la discrimination (les migrants sont vendus en Libye pour devenir esclave). L'ouverture des frontières est un moyen pour les migrants de refaire une nouvelle vie plus paisible.L'ouverture des frontières est susceptible de mettre fin aux tragédies des milliers de clandestins qui meurt aux portes des frontières.

Citation(s)

"Selon le Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (en) et le HCR, le système actuel ne garantit pas une protection équitable, efficiente et efficace. Il a été soutenu, à plusieurs reprises, à la fois par le CERE3 et le HCR4, que la réglementation européenne entrave les droits et le bien-être personnel des demandeurs d'asile, y compris le droit à un examen équitable de leur demande d'asile et, le cas échéant, pour une protection efficace. De même, ce système produirait une répartition inégale des demandes d'asile entre les États membres et exprimerait un manque de solidarité entre membres de l'Union." https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8glement_Dublin_II "Article 14 1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays." http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

Comme nous le montre le témoignage d'un migrant : "En Libye,ils voulaient nous vendre comme esclaves". Sciences humaines (Juin 2013 N°249). Les migrants noirs sont discriminés.Un autre témoignage qui nous dit "Le mur n’empêche pas de passer mais rend simplement le passage plus dangereux". Journal de l'humanité (Jeudi 26 Octobre 2017).

2. L'Homme est un "citoyen du monde".

L'être humain a besoin d'une ouverture au monde pour se sentir libre.

Depuis longtemps, l'Homme où qu'il soit, souhaite durant sa vie sortir de sa ville, de son pays et même de son continent. Ce souhait est aussi une nécessité pour que l'humanité perdure dans la liberté et la prospérité. La possibilité de quitter sa terre natale implique pour l'être-humain une notion d'indépendance, de responsabilité et d'être directeur de ses propres choix.

Citation(s)

« Nous mettons notre fierté à ne pas nous enfermer dans les murs d’une seule ville ; nous étendons notre société à tout l’univers ; et nous déclarons que notre patrie est le monde ». Sénèque, De la tranquilité de l'âme.

"Le silence de l'immensité, où tant de cris se perdent sans jamais avoir été entendus, résonne en moi si fort qu'il n'y a pas dans mon coeur un coin spécial pour le ghetto. Je me sens chez moi dans le monde entier, partout où il y a des nuages, des oiseaux et les larmes des hommes"  Rosa Luxembourg.
"La migration est une expression naturelle du désir des gens de choisir comment et où ils veulent vivre", "Pouvoir choisr son lieu de vie est un élément essentiel de la liberté humaine" Rapport mondial sur le développement humain 2009, Lever les barrières : mobilité et développement humains, PNUD (Programme des nations unies sur le développement humain).

Créer un monde unifié par delà les frontières est un projet politique ancien.

A travers l'histoire, des Hommes ont souvent fait le rêve ou penser à l'édification d'un monde sans frontière. Malgré ces pensées, certains Hommes veulent un monde avec des frontières pour pouvoir répartir le monde et diriger une de ces parties.

Citation(s)

"Je préfère, disait un philosophe, ma famille à moi, ma patrie à ma famille, et le genre humain à ma patrie".Oeuvres de d'Alembert, vol.1, Partie 1 p.213, Belin, Paris, 1821. Diogène le Cynique répondait à la question «D'où es-tu ? »,: « Je suis citoyen du monde ! » "Vois toutes ces frontières ce ne sont que de sombres cicatrices Plaies ouvertes d'anciennes conquêtes, vestiges de vains sacrifices Tant de pauvres soldats envoyés au charbon sont morts... Il n'y a qu'un seul rêve que je poursuive, qu'une seule phrase en moi qui résonne Par-delà les frontières la Terre doit appartenir à tous ou à personnes" HK et les Saltimbanks, Citoyen du Monde.

"Vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la Terre n'est à personne" Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'ingalité parmi les hommes.

La mondialisation des idées et des biens fait de nous des citoyens du monde.

Maintenant, grâce aux nouvelles technologies, et plus précisément à internet et la mondialisation, les idées sont plus facilement communicables. Les frontières ne sont donc pas un frein à la propagation de ces pensées souvent divergentes.

Citation(s)
"Les médias internationaux, les moyens de communication, la baisse des prix du transport aérien ont réduit les distances et contribué à véhiculer des images d'un monde plus accessible" Atlas des migrants en Europe, Approches critiques des politiques migratoires, Migreurop, Arman Colin, 2012

3. Un monde sans frontières serait un monde en paix.

Migration-3129387 960 720.jpg

Les frontières sont la principale cause de guerre et de conflit.

Les frontières ont été la principale cause de guerre et de conflit, elles ont aussi engendrés beaucoup de morts. Car elles sont l'enjeu de luttes de pouvoir pour l'espace et l'économie.

Citation(s)

"Les frontières sont des lignes. Des millions d'hommes sont morts à cause de ces lignes". Georges Perec, Espèce d'espaces.

"Le premier qui ayant enclos un terrain, s’avisa de dire, ceci est à moi, et trouva des gens assés simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de miséres et d’horreurs, n’eût point épargnés au Genre-humain celui qui arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables. Gardez-vous d’écouter cet imposteur ". Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, seconde partie in Œuvres complètes III.- Paris, Gallimard, La Pléïade, p. 164

L'union européenne comme tentative de libre circulation.

Avant la crise migratoire Européenne, les pays à l'intérieur de l'Europe n'étaient pas fermés, on pouvait circuler librement en tout cas en tant que citoyen européen.C'est bien la preuve qu'une libre circulation est possible.

Citation(s)
"L'espace Schengen fonctionne comme un espace unique en matière de voyages internationaux et de contrôles frontaliers, où le franchissement des frontières intérieures s'effectue librement, sans passeport, sans contrôle."https://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_Schengen

L'affirmation des frontières permet l'affirmation du pouvoir ou de l'influence d'un pays.

Les Etats sont prêts à entrer en conflit pour défendre des frontières pour affirmer leur puissance.

Citation(s)

"Les frontières sont si peu naturelles que les Etats éprouvent le besoin de les matérialiser"

http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=2601

4. L'humanité est une.

Défendre la suppression des frontières c'est défendre l'idée de fraternité entre les hommes

Frontière est synonyme d’indifférence, de non-savoir et d'obscurantisme pour l'être humain. Les frontières sont des murs qui séparent toutes nos connaissances ainsi que la fraternité qui auparavant nous unissaient.

Citation(s)

« La fraternité doit veiller, elle doit agir. Tu n'as pas le droit de t'endormir dans l'indifférence » Pierre Bouvier Au sujet de la mort de Jaurès : "C'était l'ultime chance que les leaders politiques et les hommes de bonne volonté fraternisent, s'allient par-delà les frontières..." Rosa Luxembourg

"L'éxilé n'est pas seulement un personnage de fiction. Il est aussi un homme concret, souvent condamné à l'exclusion" TDC, L'écriture de l'exil, n°1065, Décembre 2013.

L'existence des frontières maintient les inégalités entre les pays.

La suppression des frontières pourrait permettre un meilleur partage des richesses ainsi que de la culture et du savoir. Les frontières sont comme un injustice. Les richesses du monde sont réparties inégalement.

"Les nations, quelle foutaise ! Les frontières sont de barrières imaginaires dressées pour distraire de l'essentiel : l'anéantissement de notre société injuste" Rosa Luxembourg "Liées à des trajectoires historiques spécifiques et largement régionalisés, les migrations sont aussi le produit et le symptôme d'une mondialisation inégalitaire".

Atlas des migrants en Europe, Approches critiques des politiques migratoires, Migreurop, Arman Colin, 2012

L'humanité est le résultat des flux migratoires tout au long de son histoire.

L'humain a besoin de se déplacer, c'est un besoin vital. Lui enlever ce besoin est lui enlever sa liberté. Les frontières sont des obstacles à supprimer.L'humain ne doit pas se sentir enfermé mais libre.


Citation(s)

"On est toujours plus ou moins exilé : du ventre de sa mère, ensuite de toute la famille, puis du lieu, du souvenir". Elie Wiesel, Mémoire à deux voix, 1995.


Arguments CONTRE

1. Les frontières ne sont pas des murs.

Les frontières sont avant tout un moyen d'organiser le monde et les espaces.

Les frontières sont avant tout un moyen d'organiser le monde et les espaces. Selon la citation suivante : "Comment mettre de l'ordre dans le chaos ? En traçant une ligne. En séparant un dehors d'un dedans.", nous pouvons dire que la ligne de séparation permet d'organiser le monde et ses espaces, par exemple pour les transports de marchandises l’absence de frontière ne permet pas une sécurité.

Citation(s)

"La frontière est ce qui donne du sens à notre monde. Elle est la première réponse au néant de l'espace et de l'existence". Régis Debray, Eloge des frontières. "Comment mettre de l'ordre dans le chaos? En traçant une ligne. En séparant un dehors d'un dedans". Régis Debray, Eloge des frontières. "Si les frontières géopolitiques ont pour fonction de mettre de l'ordre à la surface de la Terre et, par là, d'introduire de la stabilité afin de permettre aux hommes d'inscrire leur action dans la durée, elles sont aussi le reflet des évolutions qui marquent les sociétés humaines et modifient les perceptions que les populations se font du monde dans lequel elles vivent".BT2, Les frontières en question, Mouans-Sartoux, 2002, p.60.

L'existence des frontières n'empêchent pas forcément la liberté de circulation.

Même avec des frontières l’espace Schengen permet une libre circulation pour les habitants de l’Union européenne.

Citation(s)

"Ouvrir les frontières n’est pas les abolir. Depuis 1985, l’espace Schengen est un espace de libre circulation pour les habitants de l’Union européenne. Il s’agirait d’appliquer ce principe à l’échelle de la planète. Cela n’interdit pas forcément les contrôles aux points de passage en cas de nécessité".

Le maintien des frontières évitent la construction de murs synonymes de fermeture totale.

Les frontières sont des passages libres mais surveillés contrairement au murs qui eux forment des passages impossibles.

Citation(s)

"Une frontière reconnue est le meilleur vaccin contre l'épidémie des murs". Régis Debrey, Eloge des frontières. "Certaines entités politiques ont édifié des murs pour protéger leur territoire. Certains sont encore visibles de nos jours" "Confondre la frontière et le mur, c'est commettre une erreur sur le plan politique et anthropolique".

2. L'homme est à la fois citoyen dans une nation et "citoyen du monde".

Avoir une nationalité est aussi un droit de l'homme et cela ne nie pas la liberté de circulation.

On ne peut interdire a une personne d'avoir une nationalité et donc un droit de circulation et on ne peut interdire à une personne de vouloir changer de nationalité.

Il est dit que : 1. Tout individu a droit à une nationalité. 2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité;http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

Un Etat doit pouvoir assurer la protection de ses citoyens

Un état doit pouvoir assurer la protection de ses citoyens en contrôlant ses frontières, l'immigration. De ce fait l'état assure ainsi la sécurité de sa population tout en respectant les droit des étrangers. En protégeant ses frontières, l'état veut défendre son indépendance nationale. De plus en protégeant ses frontières l'état se protège du terrorisme. Il n'y a pas si longtemps des états ont décidé de rétablir le contrôle de ses frontières.

"La frontière est ce qui donne du sens à notre monde. Elle est la première réponse au néant de l'espace et de l'existence". Régis Debray, Eloge des frontières. "Comment mettre de l'ordre dans le chaos? En traçant une ligne. En séparant un dehors d'un dedans". Régis Debray, Eloge des frontières. "Si les frontières géopolitiques ont pour fonction de mettre de l'ordre à la surface de la Terre et, par là, d'introdurie de la stabilité afin de permettre aux hommes d'inscrire leur action dans la durée, elles sont aussi le reflet des évolutions qui marquent les sociétés humaines et modifient les perceptions que les populations se font du monde dans lequel elles vivent".BT2, Les frontières en question, Mouans-Sartoux, 2002, p.60.

Etre citoyen d'un Etat n'empêche pas la solidarité avec les autres Etats.

Il ne faut pas être uniquement citoyen de son état. Le cosmopolitisme est un principe mis en avant par les politiciens. Aujourd'hui on se soucie plus des soucis tels que la liberté et de l'égalité dans le monde qu'avant et particulièrement du soucis des droits de l'individu.C'est ce que l'on appelle " le rapport état/ frontières".

"Ouvrir les frontières n’est pas les abolir. Depuis 1985, l’espace Schengen est un espace de libre circulation pour les habitants de l’Union européenne. Il s’agirait d’appliquer ce principe à l’échelle de la planète. Cela n’interdit pas forcément les contrôles aux points de passage en cas de nécessité".https://www.humanite.fr/ouvrir-les-frontieres-les-six-preuves-quon-tous-y-gagner-557326

3. On peut passer de l'autre côté de la frontière.

Wall-3265883 960 720.jpg

Le passage des frontières comme invitation au voyage.

Les frontières permettent l'échange de cultures étrangères et la sociabilité entre les hommes. Elles sont sources d'apprentissage de nouvelles langues et peuvent offrir un bon accueil à chaque Homme.

Citation(s)

« Une des raisons pour lesquelles j’aime passer les frontières et ne veux pas qu’elles disparaissent ou du moins pas complètement, pas n’importe comment, c’est que j’aime changer de langue, entendre d’autres langues, essayer de les comprendre ou même de les parler, ou bien, si c’est trop difficile ou si c’est impossible, j’aime écouter des traducteurs » Etienne Balibar. " La frontière, c'est la modestie : je ne suis pas partout chez moi. J'accepte qu'il y ait de l'autre et pour faire bon accueil à un étranger, il faut avoir une porte à ouvrir et un seuil où se tenir, sinon ce n'est plus un hôte mais un intrus". Regis Debray, JDD, 13/11/2013.

La frontière est historiquement aussi un lieu de passage et non de fermeture.

Les frontières sont un moyen d'instaurer la sécurité, tout en ayant la liberté de rencontrer les autres et d'explorer de nouvelles régions. De plus, elles forment un chez soi où on se sent en sécurité et un ailleurs où on peut explorer et voyager.

Citation(s)

"La vie, c’est à la fois tracer des frontières pour délimiter des lieux où on est en sécurité, où on se sent chez soi, et franchir des frontières pour aller à la rencontre des autres et explorer des régions inconnues qui à la fois attirent et font peur " http://www.histoire-immigration.fr/sites/default/files/musee-numerique/documents/fiche1-sujetsdebats.pdf

La frontière est un lieu d'échange.

Les frontières permettent les échanges commerciaux sans crainte et avec sûreté. Elles sont aussi un lieu de rencontre et d'échange de culture entre les différents peuples en les partageant et en les préservant en même temps.

Citation(s)

"On sent pourquoi les échanges s’opéraient sur des frontières de préférence à d’autres lieux. La méfiance naturelle qui devait exister entre des peuplades barbares, voisines et souvent ennemies, leur faisait une nécessité de choisir, pour la liberté du commerce, la sûreté des commerçants et des marchandises, un lieu indépendant, situé hors des territoires. Les frontières étaient l’unique terrain où ces peuplades pouvaient sans crainte opérer leurs échanges ; et la sainteté du lieu en imposait d’ailleurs aux gens de mauvaise foi." Jacques-Antoine Dulaure, Histoire abrégée de différents cultes, éd. Guillaume ,1825 "Elles partagent les peuples et les cultures en même temps qu'elles les rassemblent et les préservent; elles sont sources de guerre, mais constituent des espaces d'échanges et de rencontres". Manière de voir, n°28, Avril 2013.

4. L'humanité est à la fois une et diverse.

Les frontières garantissent à un peuple de préserver son identité.

La frontière permet aux peuples de conserver leurs identités. Les frontières montrent les différences entre pays et permettent aux pays de préserver leurs mœurs et leurs coutumes

Citations:

" Elle est plutôt la marque d’une différence : deux pays mettent une barrière entre eux comme deux maisons une haie entre elles. On ne peut pas vivre tout le temps ensemble, les uns sur les autres. Les peuples ont besoin de leur identité comme les familles de leur intimité. On se sépare de ses voisins par des clôtures, voire par des murs." Odon Vallet, La politique, d’où ça vient?.- Paris, Castor Poche, Flammarion (2000)

« Chaque ensemble humain, peuple ou famille, a besoin de son propre espace » écrit l’historien Odon Vallet.

"Ici, on dirait que je vis moins pleinement qu'au pays des Diallobé. Je ne sens plus rien, directement [...]. Ici, maintenant, le monde est silencieux, et je ne résonne plus. Je suis comme un balafon crevé, comme un instrument de musique mort. J'ai l'impression que plus rien ne me touche" Cheikh Hamidou Kane, L'aventure ambigüe, 1961,10-18, 2003. "La frontière est ce qui permet d'enfoncer un coin d'inéchangeable dans la société de l'interchangeable, une forme intemporelle dans un temps volatile, sauvegarder l'exception d'un lieu et à travers lui la singularité d'un peuple". Régis Debray, Eloge des frontières. "L'Exil est donc une aventure ambigüe que le récit littéraire, souvent quasi autobigraphique, restitue sous la forme d'un déchirement". TDC, L'écriture de l'exil, n°1065.

Les frontières permettent aux pays de conserver la richesse des identités diverses.

La frontière est une manière de garder, préserver des liens entre les pays. Les frontières préservent l'histoire, les cultures et les croyances de chaque pays. La frontière est un moyen de vivre ensemble sans se soucier de personne malgré les appartenances et les différences. Ces différences sont une richesse culturelle ou intellectuelle.

Citations: "On peut faire une liste de ces différences : différences de langues, de régimes politiques (monarchies, républiques, dictatures), de manières de vivre (cuisines, vêtements, etc.), d’éducation, de cultures et de croyances, etc. Dans chaque pays, les habitants peuvent avoir des cultures ou des religions différentes, mais ils suivent les mêmes lois. Ces lois relèvent de la souveraineté de l’Etat, elles diffèrent d’un pays à l’autre" http://www.histoire-immigration.fr/sites/default/files/musee-numerique/documents/fiche1-sujetsdebats.pdf

"On ne peut pas supprimer les différences, cela reviendrait à supprimer toutes les histoires, à effacer les cartes de la Terre, et avec les cartes, on effacerait la mémoire des hommes, ce que l’on appelle leurs repères. On effacerait donc une certaine image du monde au moyen de laquelle on se situe et surtout – je tiens beaucoup à cela – effacer les frontières reviendrait à supprimer la différence des langues et avec elle la différence des choses qu’on raconte et qu’on apprend dans les autres langues. […]" Etienne Balibar, Très loin et tout près, petite conférence sur la frontière .- Paris, Bayard (2007)

« Un monde sans frontières serait un désert, homogène, lisse, sur lequel vivrait une humanité nomade faite d’individus identiques, sans différences. Alors qu’un monde traversé de frontières mais reconnues et acceptées de part et d’autre est un monde de différences coexistantes et de diversités florissantes » Y. C. Zarka (Cités, 31, p. 5)

" Les dirigeants de l'U.A et de l'U.E doivent investir dan sle développement à long terme et donner la priorité à l'éducation, l'emploi et l'émancipation des jeunes". Courrier internationnal, n°1414, p.35. "S'il n'y avait pas de différences nous n'aurions plus aucune raison de voyager". Etienne Balibar, Très loin et tout près, petite conférence sur les frontières. ...........................................................

Les frontières peuvent garantir la paix.

Les frontières sont des protections contres les guerres.La frontière permet de protéger la population d'un pays contre les assaillants. La frontière garantit une relation sans conflit entre les Etats.

Citation(s)

"J'ai parcouru le Proche-Orient et vu à quel point la frontière était névralgique, positive et apaisante. La frontière, c'est la paix. Là où il n'y a pas de frontière, il y a un état de guerre". Régis Debrey, JDD, 13/11/2010.

5. Les frontières garantissent l'équilibre des nations

Les frontières empêchent le libéralisme débridé

Si un pays n'avait plus de frontières, il serait submergé par des flux dérégulés de marchandises. Les frontières sont ce qui permet aux différentes nations de se défendre contre le dumping social et les autres dangers du libéralisme sauvage.

Les frontières permettent d'éviter les chocs migratoires

Si un pays n'avait plus de frontières, il serait submergé par l'arrivée massive de nouvelles populations, sans moyens de contrôle ni de choix de ces arrivants. Les frontières évitent les migrations sauvages et leurs risques de déstabilisations politiques, économiques, culturelles, humaines. .

6. Les frontières permettent la souveraineté des peuples

L'espace national est lié à la démocratie

Chaque démocratie a besoin d'un territoire borné au sein duquel des élections puissent se tenir. Un territoire sans borne ne permet plus l'exercice de la démocratie, et devient un Empire où gouvernent des oligarchies non élues ou des groupes qui relèvent de moins en moins de la volonté populaire - comme dans l'Union Européenne.

Pour aller plus loin

Livre symbolisant la bibliographieLivre symbolisant la bibliographie{{{2}}} Bibliographie

  • Sénèque, De la tranquillité de l'âme
  • Stephen Smith, La ruée vers l'Europe (La jeune Afrique en route vers le vieux continent), Grasset 2018
  • Rosa Luxemburg, Lettre à Mathilde Wurm, 16 février 1917
  • Anne Blanchard, Rosa Luxemburg : "Non aux frontières !" Ceux qui ont dit non, Éditions Actes Sud
  • Rapport mondial sur le développement humain 2009, Lever les barrières : mobilité et développement humains, PNUD (Programme des nations unies sur le développement humain)
  • Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'ingalité parmi les hommes
  • Atlas des migrants en Europe, Approches critiques des politiques migratoires, Migreurop, Arman Colin, 2012
  • Georges Perec, Espèces d’espaces, Galilée, L’espace critique, 2000
  • Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, seconde partie in Œuvres complètes III.- Paris, Gallimard, La Pléïade, p. 164
  • TDC, L'écriture de l'exil, n°1065, Décembre 2013
  • Elie Wiesel, Mémoire à deux voix, 1995
  • Régis Debray, Éloge des frontières, Gallimard, 2010
  • BT2, Les frontières en question, Mouans-Sartoux, 2002, p.60
  • Sciences humaines, juin 2013, n°249
  • Regis Debray, JDD, 13/11/2013
  • Jacques-Antoine Dulaure, Histoire abrégée de différents cultes, éd. Guillaume ,1825
  • Manière de voir, n°28, Avril 2013
  • Odon Vallet, La politique, d’où ça vient?.- Paris, Castor Poche, Flammarion (2000)
  • Cheikh Hamidou Kane, L'aventure ambiguë, 1961,10-18, 2003
  • Etienne Balibar, Très loin et tout près, petite conférence sur la frontière .- Paris, Bayard (2007)
  • Y. C. Zarka, Cités, 31, p. 5
  • Courrier international, n°1414, p.35

Chaine ou lien URL symbolisant la webographieLien URL symbolisant la webographie{{{2}}} Sitographie

Mur de ressources pédagogiques et d'actualités :

Film ou pellicule symbolisant la vidéographieFilm symbolisant la vidéographie{{{2}}} Vidéographie

HK & Les Saltimbanks - Citoyen du monde


Autre(s)

Alice Canihac du Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s)