Attribut:Contenu d'argument

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Cette propriété est de type Texte.

Affichage de 20 pages utilisant cette propriété.
"
<div></div><div>Seule une intelligence omnisciente, connaissant tout le passé et le présent de toute chose et de tout être, serait éventuellement en mesure de prévoir les comportements des hommes. C'est l'argument célèbre du "démon de Laplace" pour tenter de justifier le déterminisme. Or, aucun homme, jusqu'à ce jour, n'a montré une telle capacité intellectuelle. Les comportements des hommes ne sont donc pas prévisibles, tout au plus sont-ils probables, et encore.</div><div class="citation"><div></div>« Une intelligence qui, à un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était suffisamment vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’univers et ceux du plus léger atome ; rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux. »</div><div class="reference-citation">Pierre-Simon Laplace, ''Essai philosophique sur les probabilités'', Courcier, 1814.</div>  +
A
<div></div><div>Seulement 13 koulaks ont, le 12 août, été passés par les armes à Penza. Mais d'une part on réagissait localement en réaction aux exécutions par les koulaks, le 5 août, de huit communistes, d'autre part les communistes de Penza qui auraient reçu cet ordre ont désobéi sur un second point essentiel : ils ont fusillé les insurgés alors que l'ordre stipulait qu'ils devaient les pendre. Aucune sanction ne suivit cet acte d'insubordination à l'ordre présumé. Le premier point mis en relif selon nous par Lars T Lih montre que les 13 exécutions du 12 août à Penza ont été décidées sans relation avec un ordre politique quelconque</div><div class="citation"><div></div>« Dans le télégramme envoyé à Penza, il demande donc d'écraser un soulèvement paysan contre les livraisons obligatoires de denrées alimentaires qui a éclaté le 5 août. Des paysans du village de Kuchi ont tué cinq soldats de l'armée rouge et trois membres du soviet local (...) Alors qu'il a exigé la pendaison d'une centaine de personnes la rébellion s'arrête le 12 août avec la fusillade de treize meneurs du village de Kuchi, considérés directement responsables de la mort des représentants de l'Etat. »</div><div class="reference-citation">Lars T Lih, ''Lénine une biographie'', p.161, trois voyages en train, Les prairies Ordinaires, Paris, 2015.</div>  +
<div></div><div>En février et mars 1918 Lénine voyait l'impérialisme mondial comme son seul ennemi. En avril il renvoyait dos-à-dos ses anciens ennemis, Nicolas II et Kerensky. En fait "d'extermination de la bourgeoisie" ce dernier mourra dans son lit en 1970 ; à l'instar de la plupart des adversaires ou rivaux politiques (membres du gouvernement provisoire, marxistes rivaux tels que Kautsky et Julius Martov). La guerre internationale imposée par les alliés en est bien en avril 1918 une réalité puisque les Japonais, informe Lénine, viennent de débarquer en Sibérie.</div><div class="citation"><div></div>« « Nous avions jusqu'ici devant nous des ennemis lamentables, vils et dignes de mépris (du point de vue de l'impérialisme mondial), un Romanov imbécile, un Kerensky tranche-montagne, des bandes d'élèves-officiers et de fils à papa. Et maintenant se dresse contre nous le géant de l'impérialisme mondial, supérieurement équipé au point de vue technique et admirablement organisé. Il faut se battre contre lui. Il faut savoir se battre contre lui. (...) Cette lutte n'éclatera que lorsque la révolution socialiste embrasera les pays impérialistes avancés. » »</div><div class="reference-citation">Lénine, ''Oeuvres de Lénine tome 27 février juillet 1918'', p.60, 25 février 1918, Éditions Sociales, Paris, 1961.</div> <span class="smw-highlighter smwttinline" style="color: #0645ad" data-state="inline">[[A partir de février-mars 1918 Lénine voyait l'impérialisme mondial comme le seul ennemi à combattre|Voir plus...]]<div class="smwttcontent">''Voir les citations restantes dans la [[A partir de février-mars 1918 Lénine voyait l'impérialisme mondial comme le seul ennemi à combattre|page détaillée]] de l'argument.''<div class="citation"><div></div>«  Nous ne devons pas oublier à quel ennemi nous avons à faire. Les ennemis auxquels nous avons eu affaire jusqu'à présent : Romanov, Kerensky et la bourgeoisie russe — stupide, inorganisée, inculte, qui baisait la botte de Romanov et qui se mit ensuite à fuir avec des traités secrets dans sa poche — ces ennemis représentent-ils quoi que ce soit en comparaison de cette bourgeoisie internationale qui a fait de toutes les conquêtes de l'esprit humain une arme servant à réprimer la volonté des travailleurs et qui a su adapter toute son organisation à l'extermination des hommes ? »</div><div class="reference-citation">Lénine, « Discours prononcé au Soviet de Moscou des députés ouvriers, paysans et soldats le 12 mars 1918 », ''Oeuvres de Lénine, tome 27 -février-juillet 1918.'', p.169, 12-14 mars 1918, Éditions Sociales, Paris, 1961 (Izvestias 14 mars 1918).</div></div></span>  
<div></div><div>Voici une réaction de sa veuve à sa mort en janvier 1924 donc à chaud qui laisse peu de doute sur la personnalité de l'homme. De par ces propos elle pouvait encore moins accepter le culte à venir d'un autre chef.</div><div class="citation"><div></div>« "J'ai une grande prière à vous adresser. Ne laissez pas votre hommage à Illitch prendre la forme d'une adoration pour sa personne. Ne construisez pas pour lui des monuments, ne donnez pas son nom à un palais, n'organisez pas des cérémonies commémoratives. De son vivant il attachait si peu d'importance à tout cela, tout cela était si vain à ses yeux. Rappelez-vous combien notre pays est encore pauvre. Si vous désirez honorer le nom de Lénine, construisez des crèches, des écoles, des jardins d'enfants, des bibliothèques, des centres médicaux, des hôpitaux, des maisons pour les handicapés... et par-dessus tout mettez ses préceptes en pratique." »</div><div class="reference-citation">Jean Elleinstein, ''Histoire de l'URSS 1922-1939 Tome 2'', p.61-62, Éditions sociales, Paris, 1975 deuxième édition.</div>  +
<div class="citation"><div></div>« Ces maîtres de l'heure possédaient les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes: des usines, des banques, des journaux. (....) L'esprit de vengeance et de haine (...) est entretenu par les journaux. Et cette orthodoxie farouche ne tolère pas la dissidence ni même la tiédeur. Hors d'elle, tout est défaillance ou félonie. Ne pas la servir c'est la trahir. »</div><div class="reference-citation">Anatole France, « Lettre à Marcel Cachin », ''L'Humanité'', 18 juillet 1922.</div>  +
<div class="citation"><div></div>« Il est aujourd'hui d'usage de présenter la décision prise à son initiative au Xème congrès du PC en mars 1921 comme une décision capitale de reprise en main, l'instauration d'une dictature interne qui va fournir à Staline une arme redoutable. De cette affabulation revenons aux textes et aux faits tels qu'ils sont (...) Une décision majoritairement prise doit absolument être appliquée, mais qui l'a jugée fausse doit pouvoir continuer à argumenter. ''Nous devons former un tout uni'' ce qui n'interdit pas et même au contraire ''la critique absolument nécessaire des défauts du parti'' (...) Et il ne s'agit pas de simples paroles, les actes sont là. Avant le congrès a été publié dans l'organe du parti (à 250.000 exemplaires) le texte très contestaire de l'Opposition ouvrière. Au congrès, malgré la vive critique faite de leur position, deux membres de l'Opposition ouvrière, dont son animateur Chliapnikov, sont élus au comité central. On interdit les fractions mais on décide de publier un feuillet de discussion, des brochures et recueils pour continuer la confrontation d'idées. Des camarades de l'Opposition ouvrière ont de nouvelles choses à dire ? '' Parlez camarades de Samara, nous publierons plusieurs de vos articles.'' De façon générale, oui, ''sans aucun doute la maladie existe. Aidez-nous à la guérir'' (...) Par contraste est-il besoin de caractériser la manière dont Staline va mener la discussion et se conduire quant à lui dès avant la fin des années 1920 ? (...) Continuité entre Lénine et Staline ? Posez la question si j'ose dire à un témoin particulièrement bien placé pour en avoir jugé : Boukharine qui pratiqua l'opposition à Lénine puis à Staline. La première lui valut de rudes mais toujours fraternelles empoignades ; la seconde le peloton d'exécution. »</div><div class="reference-citation">Lucien Sève, ''Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante; Suivi d'un choix de textes de Lénine.'', p.95-98, Non, Staline n'était pas précontenu dans Lénine, Éditions sociales. Les parallèles, 1917 +100, Paris, 2017.</div>  
<div></div><div>Les températures élevées nuisent à la durabilité des matériaux de construction (notamment au niveau de la résistance à la corrosion des tubes des échangeurs de chaleur). En dépit d'entretiens réguliers , cette corrosion/érosion peut entraîner des dommages entraînant une mise en danger du personnel.</div><div class="citation"><div></div>« Ces échangeurs de chaleur subissent une forte corrosion due à l’association de cendres riches en éléments chlorés et soufrés et des gaz de combustion contenant des agents agressifs tels que le chlorure d’hydrogène (HCl) ou le dioxyde de soufre (SO 2 ). Ils subissent également de l’érosion par les cendres volantes, compte tenu de leur vitesse dans les gaz de combustion. En dépit d'arrêts réguliers permettant un entretien et une surveillance des installations en continu, cette corrosion/érosion peut entraîner des dommages tels que le percement des tubes et des interruptions d’exploitation inopinées dont le coût est significatif et présente une mise en danger du personnel. »</div><div class="reference-citation">Florimonde Lebel, Christophe Rapin, Jean-François Marêché, Renaud Podor, Jean-Michel Brossard, « [https://www.researchgate.net/publication/267040258_Developpement_et_mise_au_point_d'un_pilote_simulant_les_conditions_rencontrees_dans_les_unites_de_valorisation_energetique_des_dechets_menagers_UVED Développement et mise au point d’un pilote simulant les conditions rencontrées dans les unités de valorisation énergétique des déchets ménagers] », ''academia.edu'', p.2, 17 Novembre 2006.</div>  +
''Aucun résumé ni citation n'a été entré.''[[Catégorie: Arguments sans contenu]]  +
''Aucun résumé ni citation n'a été entré.''[[Catégorie: Arguments sans contenu]]  +
''Aucun résumé ni citation n'a été entré.''[[Catégorie: Arguments sans contenu]]  +
<div></div><div>En créant un ensemble géopolitique Europe-Afrique du Nord voire Afrique à long terme, l'Europe accédera aux richesses qu'elle n'a pas (pétrole, gaz, jeunesse, vitalité) et constituera un ensemble géopolitique puissant, capable de parler d'égal à égal avec des géants comme la Chine ou les USA.</div><div class="citation"><div></div>« Revenant sur les raisons même qui font qu'une Europe unie est primordiale selon Dominique Strauss-Kahn, il explique que la mondialisation rend incontournable un espace européen fort, qui ne se vassalise pas aux États-Unis. "Pour survivre parmi les géants, l'Europe devra regrouper tous les territoires compris entre les glaces du Nord, les neiges de l'Oural et les sables du Sud. C'est à dire retrouver ses origines et envisager, à l'horizon de quelques décennies, la Méditerranée comme notre mer intérieure", analyse DSK. »</div><div class="reference-citation">Ryad Ouslimani, Dominique Strauss-Kahn, « [https://www.rtl.fr/actu/international/crise-grecque-pour-dsk-l-accord-est-nefaste-presque-mortifere-7779144086 Crise grecque : pour DSK l'accord est "néfaste, presque mortifère"] », ''RTL'', 18/07/2015.</div>  +
<div class="citation"><div></div>« « Sexiste », la loi anti-foulard ? Cette loi est ce qu’elle est et vaut ce qu’elle vaut – et la cause des femmes eût été mieux défendue si elle avait été prise au nom de l’égalité des sexes plutôt que sous d’ambigus prétextes de « laïcité » – mais « sexiste », « raciste » ? On vise avant tout ici à piéger un public précis, celui qui a peur de se faire traiter de « raciste » par ces escrocs politiques. De même lorsqu’on profère les accusations de nostalgies coloniales, qu’on parle d’un « racisme post-colonial » à propos de ceux qui se refusent à servir de marchepied aux militants islamistes tels que Tariq Ramadan. »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://mensuel.lutte-ouvriere.org/documents/archives/la-revue-lutte-de-classe/serie-actuelle-1993/communisme-et-communautarisme Communisme et communautarisme] », ''Lutte de classe'', n°89, été 2005.</div> <span class="smw-highlighter smwttinline" style="color: #0645ad" data-state="inline">[[Accuser de racisme les opposants au voile islamique est un piège|Voir plus...]]<div class="smwttcontent">''Voir les citations restantes dans la [[Accuser de racisme les opposants au voile islamique est un piège|page détaillée]] de l'argument.''<div class="citation"><div></div>« Je voudrais qu’on déculpabilise l’opinion publique et qu’on arrête de penser qu’à chaque fois qu’une personne dans notre pays dit qu’il est contre le voile ou la burqa, il est islamophobe ou raciste. C’est scandaleux : c’est une manière de confisquer le débat démocratique et de restreindre la liberté d’expression. Le terrorisme intellectuel est aussi une pratique des militants islamistes qui utilisent toutes les stratégies pour culpabiliser l’opinion publique de manière à faire passer leur message. »</div><div class="reference-citation">Fadela Amara, « [https://www.elle.fr/Societe/Les-enquetes/Fadela-Amara-Ni-voile-ni-burqa-950360 Ni voile ni burqa !] », ''Elle'', 04/09/2009.</div></div></span>  
<div></div><div>On peut très bien considérer qu'il y a une vérité, voire une vérité religieuse que l'on a pu découvrir, et respecter les autres. Dans ce cas, on voudra les convertir, certes, mais pas de force ; plutôt en cherchant à toucher leur cœur ou leur esprit. Au mieux, cette conviction de posséder la vérité devrait susciter le désir de rencontrer les autres croyants - tout aussi sûrs de posséder "la vérité" - pour organiser des Disputations - la confrontation méthodique des arguments en vue de déterminer qui a la vérité.</div>  +
<div></div><div>Avec l'incinération, le déchet devient une matière première, nécessaire à la production d'énergie. Il n'est donc plus nécessaire de s'engager dans une politique de réduction des déchets, dans une logique de responsabilisation des producteurs.</div>  +
<div class="citation"><div></div>« En réalité, le coût global des élections à l'étranger provient de l'addition des modalités des votes qui entraîne une addition des coûts qui leur sont liés. »</div><div class="reference-citation">Alain Anziani, Antoine Lefèvre, Sénat, 9 avril 2014.</div>  +
<div class="citation"><div></div>« En se revendiquant des idées communistes, même largement frelatées, déformées par le stalinisme, le nationalisme, l’électoralisme, le PC et la CGT entretenaient malgré eux l’idée que le prolétariat avait des intérêts opposés à ceux de la bourgeoisie et l’espoir d’un changement radical de société. En cas de radicalisation, ils couraient le risque d’être pris au mot et débordés par la base. C’est pour cela qu’ils muselaient toute opposition sur leur gauche. Si l’on trouvait à des postes de responsables des sans-partis, des socialistes, des militants issus de la Jeunesse ouvrière chrétienne voire des prêtres ouvriers, les militants d’extrême gauche ou les communistes dissidents, eux, en étaient exclus. Ils étaient attaqués physiquement dès qu’ils tentaient de s’adresser par tracts aux travailleurs. »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/les-syndicats-hier-et-aujourd-hui-12899 Les syndicats hier et aujourd'hui] », ''Cercle Léon Trotsky'', 15/10/2010.</div>  +
<div></div><div>La question n'est pas de savoir si les citoyens ont envie ou sont aptes à voter, mais de savoir si nous sommes en démocratie, et donc si leur avis est pris en compte, notamment avec le nombre de vote.</div>  +
<div></div><div>Si on devenait végétariens, les élevages de porcs, de bovins, de poulets, de canards, devraient disparaître. Que deviendraient les producteurs ?</div>  +
<div></div><div>La sélection que l'Homme a exercé sur certaines espèces (vaches, moutons, etc) les a rendue dépendantes de celui-ci et inaptes à la survie à l'état sauvage. Sans protection ni soins, ceux-ci seraient décimés par les maladies, les prédateurs, voire le climat et tendraient à s'éteindre.</div>  +
<div></div><div>Une interview de 1931 le montre.</div><div class="citation"><div></div>« Défait en Russie, l'antisémitisme devient une menace de plus en plus angoissante en Allemagne. Staline n'attend pas l'avènement de Hitler au pouvoir pour sonner l'alarme : dans une déclaration qu'il fait le 12 janvier 1931 à la Jewish Telegraph Agency états-uniennes, il désigne le "chauvinisme racial" et l'antisémitisme comme une sorte de "cannibalisme" et de "retour à la jungle" ; c'est une prise de positon republiée en russe dans " la Pravda" du 30 novembre 1936, à un moment où il s'agit de mettre en garde les gouvernements et l'opinion publique mondiale contre la terrible menace qui pèse sur l'Europe et sur le monde. »</div><div class="reference-citation">Domenico Losurdo, ''Staline, histoire et critique d'une légende noire'', p.309, Aden, Paris, 2011.</div>  +