Le Front national pourrait avoir besoin de milices armées si la situation politique changeait

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Le Front national est-il un parti fasciste ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à Le Front national n'a pas de milices armées
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le Front national n'a actuellement pas besoin de milices armées
Le Front national pourrait avoir besoin de milices armées si la situation politique changeait
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Quand on parle de fascisme, pour des marxistes cela veut dire des bandes armées extra-parlementaires, des masses de petits bourgeois ruinés et enragés par la crise, mobilisées par le grand capital pour écraser le mouvement ouvrier organisé. C’étaient les chemises noires de Mussolini en 1922, les SA de Hitler en 1933. Il est nécessaire d’insister que pour le moment nous n’en sommes pas là parce que la classe ouvrière est loin de menacer directement le pouvoir de la bourgeoisie : le Front national en France est un phénomène essentiellement électoral. Aujourd’hui l’immense majorité des crimes racistes dans ce pays sont commis par des flics dans l’exercice de leurs fonctions, pas par des fascistes en tant que tels. [...] Mais les choses pourraient changer si la crise économique et sociale s’approfondit. Il n’y a en effet pas besoin de gratter bien loin pour voir au FN un aspect beaucoup plus sinistre que de la simple gesticulation électorale. Le secrétaire départemental du FN pour la Haute-Vienne, un certain Vincent Gérard, s’est fait pincer le mois dernier pour avoir attaqué avec d’autres militants du FN à coups de couteau et de batte de base-ball un bar fréquenté par des militants de gauche. Pas plus tard que samedi dernier, deux musulmans âgés de 70 ans ont été tabassés par des skinheads se revendiquant de Le Pen à Amiens. »
Ligue trotskiste de France, « Victoire de Hollande : cinq ans de sale boulot en perspective », Le Bolchévik, n°200, janvier 1970.
« L'avenir du FN, entre une évolution vers un grand parti d'extrême droite particulièrement réactionnaire mais intégré dans le jeu parlementaire, et une formation fascisante s'attaquant à la classe ouvrière et aux militants de gauche, ne se déterminera pas dans l'affrontement tragi-comique interne à la famille Le Pen, ni même en interne au FN. La question sera tranchée par la situation économique et ses conséquences sociales. Si l'aggravation de la crise et l'intensification des attaques portées par la bourgeoisie finissent par déclencher des mobilisations sociales et des affrontements entre la classe ouvrière et la bourgeoisie, ou une radicalisation de la petite bourgeoisie frappée par la crise, les partisans des méthodes musclées à l'extrême droite, autrement dit des méthodes de type fasciste, seront alors disponibles et renforcés. Les cadres qui entourent Marine Le Pen à la tête du FN sont des opportunistes capables d'adapter leur stratégie au gré des circonstances. [...] Selon les circonstances, les chantres de la dédiabolisation d'aujourd'hui pourraient devenir demain ou après-demain les parrains de milices paramilitaires envoyées contre les travailleurs mobilisés. »
Lutte ouvrière, « Où va le Front national ? », Lutte de classe, n°168, mai 2015.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent