Wikidébats:Points de départ du projet

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
logo Wikidébats à droite, pictogrammes d'arguments pour et contre et d'objections à gauche

Nous sommes tous conditionnés par une certaine éducation, une certaine socialisation. L'impact de notre milieu sur nos idées, du milieu familial, professionnel au milieu sociétal, est indéniable. Nous sommes trop souvent de simples « répétiteurs » d'opinions que nous avons fait nôtres, mais qui ne sont que celles des milieux que nous avons traversés.

Or l'éventail des opinions est immensément plus large que celui des opinions que nous avons. En quoi, alors, nos opinions seraient-elles meilleures, mieux fondées que celles des gens avec qui nous ne sommes pas d'accord ? Comment pourrait-on même avoir une opinion éclairée, un avis vraiment réfléchi sur un sujet donné ? Dans la vie de tous les jours, nombreux sont les obstacles au développement de ce que l'on nomme la libre-penséeLogo de l'encyclopédie Wikipédialibre-penséeLogo de l'encyclopédie Wikipédialibre-pensée.

En premier lieu, force est de constater que les moments d'échanges propices à l'élaboration d'une opinion critique, les moments de débats véritables, sont excessivement rares. Le plus souvent, les « débats » se résument à des confrontations d'égos où tous les stratagèmes sont bons pour l'emporter sur les autres. Où la rhétorique triomphe sur les arguments, où l'émotion prime sur les idées, où le spectacle est préféré à l'information. Il n'y a qu'à penser aux prétendus débats télévisés pour saisir à quel point le débat se trouve communément réduit à la joute verbale de guerriers, qui, au biais d'attaques personnelles, cherchent avant tout à terrasser leurs adversaires.

Parce que trop souvent discute rime avec dispute, on en tire la conclusion générale que « les goûts et les couleurs, ça se discute pas ». Et en effet, par peur du conflit, par crainte d'avoir tort ou par facilité, on est souvent amené à éviter la confrontation. Soit parce que l'on feint le débat, en l'organisant comme une suite d'interventions sans interaction, comme une juxtaposition de monologues – bref, comme un dialogue de sourds. Soit parce que, dans son argumentaire, on n'incorpore pas les objections adverses, les critiques qui sont faites aux idées qu'on défend – et auxquelles on est pourtant tenu de répondre, ne serait-ce que pour prétendre avoir raison.

Entre ces présentations partisanes, acritiques, la peur du débat et les simulacres de confrontations d'opinions, peu de place est finalement laissée, dans la société, à la formation d'opinions critiques, réfléchies. Même les ressources et dispositifs à vocation critique existants – livres, brochures, vidéos, conférences citoyennes, campagnes d'information, sites internet, forums de discussion en ligne, etc. – se trouvent en général marqués des biais soulevés plus haut.

C'est pourquoi il apparaît aujourd'hui essentiel, avec le développement d'internet et la possibilité offerte par les liens hypertextes, de pouvoir toujours approfondir une information, de mettre en place un espace virtuel de confrontation d'opinions, faisant figurer, pour chacune d'entre elles, les raisons qui la fondent et les objections qui lui font face. On aurait alors un outil, une ressource nous donnant la possibilité de se forger, sans grande difficulté, des opinions rationnellement fondées – c'est-à-dire fondées en bonne connaissance des arguments qui peuvent les justifier.

En savoir plus sur Wikidébats