Une baisse du PIB n'entraine pas forcément de détérioration du bien-être

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Faut-il instaurer un revenu de base ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à Instaurer un revenu de base conduit à une baisse du nombre d'heures travaillées
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Les expérimentations et sondages autour du revenu de base tendent à montrer que le nombre d'heures travaillées baisserait peu
Les êtres humains ont besoin de travailler
On peut établir un montant de revenu de base suffisamment faible pour inciter les gens à travailler
La réduction du temps de travail conduit à une augmentation de la productivité
Le revenu de base est un premier pas vers la décroissance
Le revenu de base peut être un remède à la souffrance au travail
Il est possible de reconsidérer les travaux pénibles
Une baisse du PIB n'entraine pas forcément de détérioration du bien-être
Les expériences passées montrent le contraire
et Le revenu de base est une bonne chose pour l'économie nationale
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Le revenu de base encourage la création d'entreprises
Le revenu de base permet de relancer la consommation
Le revenu de base permet de réduire le chômage
Le revenu de base permet une simplification administrative et fiscale
Instaurer un revenu de base conduit à une baisse du nombre d'heures travaillées
Instaurer un revenu de base conduit à une baisse de compétitivité
Instaurer un revenu de base va générer de l'inflation
Instaurer un revenu de base va générer de la fraude pour les expatriés
.

Présentation de l'argument

Le Produit intérieur brut (PIB

Le produit intérieur brut (PIB) est l'un des agrégats majeurs des comptes nationaux.

En tant qu'indicateur économique principal de mesure de la production économique réalisée à l’intérieur d'un pays donné, le PIB vise à quantifier — pour un pays et une année donnés — la valeur totale de la « production de richesse » effectuée par les agents économiques résidant à l'intérieur de ce territoire (ménages, entreprises, administrations publiques).

Le PIB reflète donc l'activité économique interne d'un pays et la variation du PIB d'une période à l'autre est censée mesurer son taux de croissance économique.

Source : Wikipédia
) ne mesure pas le bonheur ou le bien-être. Ce n'est pas parce qu'il risque d'y avoir une diminution du PIB que les gens vivront moins bien.

Citations

« Admettons qu'une baisse du niveau d'activité économique se produise, pourquoi cela poserait-il problème ? L'économie du bonheur nous enseigne aujourd'hui que l'augmentation de la production ne s'accompagne pas toujours d'une augmentation du bien-être des sociétés. En 1972, l'économiste américain Richard Easterlin mettait déjà ce paradoxe en lumière : de 1945 à 1970, malgré une croissance économique continue, le niveau de bien-être des sociétés les plus riches n'a pas augmenté. Pour Easterlin l'explication de ce paradoxe est simple : passé un certain seuil de revenu, toute augmentation du niveau de vie ne se traduit plus par une augmentation du bien-être. C'est pourquoi une société opulente n'est pas nécessairement plus heureuse qu'une société disposant d'un niveau de vie plus modeste. Quelques comparaisons internationales offrent une illustration particulièrement éclairante de ce phénomène. Ainsi, en Europe, l'indice de bien-être déclaré par les Italiens – 6,3 sur 10 – est comparable à celui des Slovènes ou des Hongrois qui disposent pourtant d'un PIB par tête deux fois moins élevé. Plus étonnant encore, les mêmes Italiens se déclarent moins heureux que les Polonais – 6,7 sur 10 – dont le PIB par tête est trois fois moins élevé ! Et il ne s'agit pas là d'une exception italienne. On constate en effet qu'avec 20 000 € de PIB par tête, les Chypriotes sont nettement plus heureux – 7,9 sur 10 – que les Français par exemple – 7,1 sur 10 – dont le PIB par tête est d'environ 30 000 €. On peut donc être plus heureux avec moins. Dans ces conditions, on peut se demander si une baisse d'activité se traduirait réellement par une baisse de bien-être. »
Baptiste Mylondo, Un revenu pour tous ! Précis d'utopie réaliste, Utopia, 2010.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

Le PIB ne mesure pas le bien-être

Aucun contenu n'a été entré. Cliquez ici pour créer la page de l'argument.

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent