Trotski a théorisé la militarisation du travail

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Lénine a militarisé le travail
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
La militarisation du travail a été catastrophique dans la région du Donbass
Trotski a théorisé la militarisation du travail
La militarisation du travail est une préfiguration sous Lénine du travail forcé instauré par Staline
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Synonyme « d’efficacité » et de succès, le modèle militaire servit d’exemple, une fois la guerre contre les « Blancs » gagnée, pour mener des expérimentations qui devaient être autant de « raccourcis vers le communisme ». L’une des plus marquantes fut la « militarisation du travail », prônée tout particulièrement par Trotsky. Dans une lettre adressée à Lénine le 27 février 1920, Trotsky explicitait ainsi sa vision du modèle militaire appliqué à l’ensemble des activités sociales : « Nos armées seront restructurées pour accomplir des tâches économiques. Les spécialistes du travail remplaceront les spécialistes militaires […]. Les états-majors enverront leurs instructions au front du travail : pour couper le bois, moissonner les récoltes, réparer les locomotives. Le Directoire de mobilisation préparera les listes de tous les spécialistes expérimentés et compétents. Et tous les soirs, des milliers de téléphones sonneront dans les états-majors, rendant compte de nos conquêtes sur le front du travail ». Quelques semaines plus tard, au IXe Congrès du parti, Trotsky développa sa conception de la militarisation du travail dans l’État socialiste, fondée sur « le droit de la dictature du prolétariat d’envoyer chaque travailleur à la place requise par l’État ». Dans cette optique, les ouvriers n’étaient que de la rabsila – force de travail – et les paysans du mujitskoie syrie – « de la matière première moujik ». Initié sur le réseau ferré, puis étendu à des milliers d’entreprises, le régime de la « militarisation du travail », qui signifiait l’interdiction des grèves, l’imposition d’une discipline rigoureuse, la subordination complète des syndicats et des comités d’usine à l’effort productiviste, s’appliqua bientôt aux soldats démobilisés, contraints de s’engager dans des « armées du travail ». La forme la plus extrême de cet enrégimentement général fut le projet de « régulation étatique de l’agriculture », développé par N. Ossinski, un des responsables du commissariat du peuple à I’Approvisionnement, en septembre 1920. »
Nicolas Werth, « Les Bolcheviks et la restauration du « principe de l’État » », Quand tombe la nuit, L'Âge d'Homme, Lausanne, 2001.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]