On sait depuis la chute de l'URSS que le chiffre de 15 millions de morts dans les camps de concentration staliniens est tout-à-fait fantaisiste

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

En tout quatre millions de personnes ont été condamnées entre 1921 et 1953 dont à peu près 800.000 (799. 455 et non 700. 000 comme c'est écrit ci-dessous) ont été condamnées à mort. On voit qu'un peu moins d'un million (963. 766) sont morts dans les camps en quatorze ans (1er janvier 1934-31 décembre 1947). Une bonne moitié d'entre eux ont été en fait des victimes indirectes de l'hitlérisme : l'agresssion nazie de juin 1941 qui provoqua dans tout le pays chez les libres comme chez les prisonniers soviétiques de famines et d'épidémies. Environ deux millions (et non quinze) de personnes ont été arrêtées sous Staline dans les années 1930, parmi lesquelles, 1 million ont été passées par les armes ou sont mortes dans les camps. Même si on ajoute dans le "terrible bilan" des 4 millions de condamnations les 1. 800. 000 koulaks déportés au début des années 1930 (parmi lesquels quelques centaines de milliers périrent de faim) on est loin des quinze millions de déportés.

Citations [ modifier ]

« J'ajoute des données tirées d'une source qu'utilise Kurassvili. Il s'agit d'un chercheur de Moscou , V. S. Zemskov, connu pour avoir publié des données fiables sur les camps et les purges. Zemskov polémique avec Roy Medvedev et Olga Satnovskai (...) Medvedev affirmait que durant les purges de 1937-1938, le nombre de détenus au goulag avait augmenté de plusieurs millions et que 5 à 7 millions de personnes avaient été victimes de la répression (...) Il y a bien eu une explosion du nombre de détenus en 1937-1938 mais elle se chiffre en centaines de milliers et non en millions. Krjuckov (chef du KGB sous Gorbatchev) a déclaré qu'il n'y a pas eu plus d'un million d'arrestations" en 1937-1938 (...) environ 700. 000 arrêtées pour des raisons politiques ont été exécutées entre 1921 et 1953. Satunovskaia (elle-même victime de la répression et qui a participé à la campagne de réhabilitation sous Khrouchtchev) a affirmé que pour la seule période 1935-1941, plus de 19 millions de personnes avaient été arrêtées et 7 millions fusillées (des chiffres repris avac enthousiasme à l'Ouest)- les autres ayant disparu dans les camps. Or Zemskov écrit que Satunovskaia a multiplié les chiffres par dix - une exagération de taille ! Des données fiables existent pour la période du 1er janvier 1934 au 31 décembre 1947, montrant que dans l'ensemble des camps du goulag, 963. 766 prisonniers sont morts - ce chiffre concerne les "ennemis du peuple", mais aussi les détenus de droit commun. Ce dernier chiffre, ainsi que celui des personnes décédées lors de la déportation des koulaks, peut être ajouté au "terrible prix" qui a été payé. »
Moshe Lewin, Le siècle soviétique, p.515, Annexe 2, Fayard/ Le Monde Diplomatique, Paris, 2003.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Le goulag ne naît pas en 1930 mais en 1934

Page détaillée
Le goulag ne naît pas en 1930 mais en 1934
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Le mot goulag, terme acronyme pour désigner l'administration centrale des camps ne nait pas avec la collectivisation voulue en son temps par Lénine mais en 1934 avec la fin totale de la collectivisation. De 1934 à 1941 ( les sept années de paix qui contribuèrent à l'industrialisation accélérée de l'URSS) environ 1.140. 000 Soviétiques y furent internés et près de 290. 000 d'entre eux y périrent.

les camps de concentration ne naissent pas en Russie

Page détaillée
Les camps de concentration ne naissent pas en Russie
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Lénine aurait été le créateur des "camps de concentration" en Russie (les premiers "camps de concentration"ont été créés vingt ans plus tôt par l'Angleterre en Afrique du Sud lors de la guerre des Boers). Cette expression ayant pris un sens terrible avec l'institution stalinienne du "goulag", et pis encore avec les camps de la mort hitlériens, l'effet produit par cette assertion est assuré ( ...) »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine., p.41-note 35, De la dictature du prolétariat au "refus de tout compromis", Editions sociales / 1917+ cent,, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent