Les syndicats sont principalement financés par l'État et le patronat, pas par leurs adhérents

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Les cotisations des adhérents représentent moins de la moitié du budget global des syndicats

Page détaillée
Les cotisations des adhérents représentent moins de la moitié du budget global des syndicats en France
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Un levier de cette intégration est le financement des syndicats. Le seul financement qui garantit l’indépendance des syndicats, ce sont les cotisations des adhérents. Or, selon un rapport de 2006, les cotisations ne représentent que 34 % du budget confédéral de la CGT et 50 % de celui de la CFDT. La tendance des confédérations à s’émanciper financièrement du contrôle des syndiqués est un signe des temps. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

Les syndicats sont financés par la bourgeoisie à travers la gestion des organismes paritaires

Page détaillée
Les syndicats sont financés par la bourgeoisie à travers la gestion des organismes paritaires
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Le même rapport énumère la myriade de moyens de financement des organisations syndicales à travers les « missions d’intérêt général qu’elles accomplissent en participant à la gestion des organismes paritaires, comme les divers organismes de sécurité sociale et les organismes collecteurs des fonds de la formation professionnelle ». Ce poste de la formation professionnelle n’a cessé d’augmenter depuis vingt ans, au fil des réformes législatives. Il rapporte un cinquième des ressources totales de la CFTC ! »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

Les syndicats sont financés par la bourgeoisie à travers les comités d'entreprises

Page détaillée
Les syndicats sont financés par la bourgeoisie à travers les comités d'entreprises
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Il y a belle lurette que les gros comités d’entreprises servent de financement indirect, par la rémunération de permanents, les commandes à des coopératives liées aux syndicats, etc. Les mises à disposition de permanents ou les décharges syndicales par les grandes entreprises publiques ou à statut comme la SNCF ou EDF sont une autre source. Elles représentaient plusieurs dizaines de milliers de postes à temps plein en 2006. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

Les syndicats sont financés par la bourgeoisie à travers la participation aux Conseils économiques et sociaux

Page détaillée
Les syndicats sont financés par la bourgeoisie à travers la participation aux Conseils économiques et sociaux
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Il y a encore la participation aux Conseils économiques et sociaux, national ou régionaux, où le tiers des postes de conseillers est réservé aux syndicats. Cette assemblée est supposée réfléchir à la politique économique du pays. Les conseillers syndicaux reversant tout ou partie de leurs indemnités, cette participation est un moyen de faire vivre les syndicats. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

Les syndicats maison sont directement financés par le patronat

Page détaillée
Les syndicats maison sont directement financés par le patronat
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Il n’y a évidemment pas de commune mesure entre les moyens mis à la disposition des syndicats de salariés et le financement par la bourgeoisie de ses hommes politiques et de ses organisations. Le patronat a de multiples ressources pour financer ses propres syndicats. L’épisode de la caisse noire de l’IUMM a révélé comment le grand patronat gardait en permanence plusieurs centaines de millions d’euros en réserve pour « fluidifier les relations sociales »… euphémisme pour ne pas dire entretenir des syndicats maisons, payer des briseurs de grève, faire du lobbying auprès des élus locaux mais aussi corrompre certains représentants du personnel. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]