Les syndicats ont abandonné leurs références à la lutte des classes

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

La CGT a abandonné ses références au marxisme

Page détaillée
La CGT a abandonné ses références au marxisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Au congrès de Montreuil en 1995, en pleine grève contre le plan Juppé, la CGT décidait de faire disparaître de ses statuts les références à la socialisation des moyens de production et d’abandonner l’objectif de l’abolition du salariat, qui figurait dans ses textes. Cela n’était pas anecdotique. Même s’il y avait belle lurette que la CGT ne cherchait plus à renverser le capitalisme, elle continuait à transmettre, à travers ses stages par exemple, l’idée que le capitalisme est un système économique absurde et néfaste. Renoncer à l’abolition du salariat revient à reconnaître que le capitalisme n’a pas d’alternative. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.
Voir plus...
« Dans les publications de la CGT, le langage et les références marxistes, même revues et corrigées par le stalinisme, ont disparu. Selon la mode idéologique en vigueur dans les milieux de la gauche voire l’extrême gauche, ils ont été remplacés par le jargon de l’altermondialisme, « l’ultralibéralisme » devenant responsable de tous les maux. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.
« Selon le livre Le syndicalisme à mots découverts, le mot « classe » est apparu pour la dernière fois en 1999 dans une résolution d’un congrès de la CGT. Le mot « travailleur » apparaissait 2000 fois en 1972, 400 fois en 1978 et seulement 3 fois en 2003 ! « Ouvriers » et « travailleurs » sont devenus des « salariés ». C’est bien plus politiquement correct ! »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

Avec Bernard Thibault, la CGT a revendiqué la signature d'accords d'entreprises

Page détaillée
Avec Bernard Thibault, la CGT a revendiqué la signature d'accords d'entreprises
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Au congrès de Strasbourg en 1999, Bernard Thibault affirma que les militants de la CGT « sont aussi capables de prendre leur stylo pour signer des accords avec le patronat ». Il fustigea « notre syndicalisme qui reste marqué par notre tendance à privilégier la dénonciation des aspects négatifs […] plutôt qu’à rechercher par quelles propositions et contre-propositions les salariés pourront se sentir encouragés à se mobiliser. » C’est ce qu’il appelait un « syndicalisme de conquêtes sociales ». »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

Avec Bernard Thibault, la CGT a revendiqué l'usage des consultations

Page détaillée
Avec Bernard Thibault, la CGT a revendiqué l'usage des consultations
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Parmi les idées répétées ces dernières années par les dirigeants de la CGT, il y a celle que le syndicat n’aurait pas de position de principe à défendre et qu’il devrait simplement s’aligner sur les demandes de la majorité des salariés. C’est ainsi que Thibault déclarait en 2007 : « Il ne faut pas rechigner systématiquement à user du stylo quand il est probable ou patent que les salariés le souhaitent. Il faut faire voler en éclat le mythe de l’avant-garde éclairée. ». »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.
Voir plus...
« Cette démarche qui consiste à s’aligner sur l’opinion majoritaire des salariés est lourde de dangers. Avec le chômage qui pèse sur les épaules des travailleurs, le patronat exerce purement et simplement un chantage à l’emploi et dicte ses conditions. Dans un nombre croissant d’entreprises, il cherche à obtenir un allongement des horaires ou la suppression de jours de RTT sous le prétexte de sauver des emplois. Devant ce chantage et sous la pression de salariés inquiets, nombre de syndicats organisent des consultations, dans lesquelles ouvriers, employés ou cadres votent de la même façon et qui semblent démocratiques, pour justifier de signer un accord. Le rôle du syndicat serait au contraire de dénoncer ce chantage. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]