Les sols des Murs à pêches de Montreuil sont pollués

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Faut-il préserver les Murs à pêches de Montreuil ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à Il faut préserver les Murs à pêches de Montreuil pour relancer une agriculture urbaine de proximité
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Les sols des Murs à pêches de Montreuil sont pollués
Développer l'agriculture dans les Murs à pêches de Montreuil consomme trop d'espace
Développer l'agriculture dans les Murs à pêches de Montreuil entraine des nuisances
Développer l'agriculture dans les Murs à pêches de Montreuil conduit à plus privatiser le lieu
Ce n'est pas l'agriculture urbaine des Murs à pêches qui va pouvoir nourrir les Montreuillois
.

Présentation de l'argument

D'après les études qui ont été faites, la terre des Murs à pêches contient une proportion anormalement élevée de métaux lourds tels que le plomb et le mercure. Les « légumes feuilles » (salade, poireaux, rhubarbe) sont ainsi impropres à la consommation. Seuls les fruits et les « légumes fruits » (tomates, courgettes, poivrons) peuvent être destinés à la consommation. Source de l'étude : https://mursapeches.files.wordpress.com/2009/01/driaf2.pdf

Citations

« Les contraintes : la pollution des sols ; les sols des murs à pêches sont très fortement contaminés par des métaux tels que le plomb, le mercure et le cadmium. Le plomb passe dans un certain nombre de végétaux de façon importante. »
Association Murs à pêches, « Les écoquartiers ».
« Des analyses des sols et de végétaux ont été pratiquées entre avril et septembre 2008 sur les sols cultivés du secteur des murs à pêches (réalisées grâce à différents partenaires : MAP, jardins du cœur, SRHM, Ville de Montreuil, DRIAF, DIREN et analysées par la DRIAF) :

Il se dégage de ces analyses :

  • une pollution homogène des sols du site (cuivre, mercure, cadmium, plomb et zinc), à l'exception des jardins familiaux localisés sur un sol de remblai non pollué (bordure de l’A186 impasse St Antoine côté nouvelle France);
  • un transfert faible du cadmium vers les parties consommables des légumes et des fruits et en conséquence aucun dépassement de seuil réglementaire ;
  • un transfert plus problématique du plomb puisque 30% des échantillons dépassent la valeur seuil réglementaire.

Toutefois, les résultats permettent de discriminer les végétaux selon un gradient de risque de dépassement (fort/faible) :

  • Les « légumes feuilles » (salades, poireaux, rhubarbe) présentent une fréquence de dépassement de seuil réglementaire très élevée (entre 50 et 100% des cas) ;
  • Les « légumes fruits » (tomates, courgettes, poivrons) ne présentent pas de dépassement et présentent une marge de sécurité relativement importante ;
  • Aucun échantillon de fruits (poires, pêches, framboises, mures, fraises, pommes) ne dépasse le seuil réglementaire en ce qui concerne le plomb. »
Manuel Martinez, Pierre Desgranges, Patrick Petitjean, « Commission extra-municipale sur l’aménagement du secteur des murs à pêches », janvier 1970.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Les cultures fruitières sont épargnées

Page détaillée
Les cultures fruitières des Murs à pêches ne sont pas touchées par la pollution des sols
[ Modifier ]
« Aucun échantillon de fruits ne dépassant le seuil réglementaire, la direction régionale et interdépartementale de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt (DRIAAF) est favorable à la poursuite des travaux visant à la réimplantation de vergers sur le site. Il convient toutefois de poursuivre la surveillance des espèces présentes sur le site et la ville souhaite mettre en place un plan de surveillance sur les années qui viennent en collaboration avec la DRIAAF. Les projets agricoles qui peuvent êtres engagés dans un court terme devraient donc essentiellement concerner la production florale et fruitière. La production de légumes devra être soumise à des tests préalables des sols qui seront concernés et réduite aux variétés non touchées par le passage du plomb. »
Manuel Martinez, Pierre Desgranges, Patrick Petitjean, « Commission extra-municipale sur l’aménagement du secteur des murs à pêches », avril 2009.

Des solutions de décontamination existent

Page détaillée
Il est possible de décontaminer les sols des Murs à pêches de Montreuil
[ Modifier ]
« Ce problème de pollution diffuse peut être inversé en proposant que les Murs à pêches devienne un site pilote d’étude et de pratique pour la décontamination des sols par des technologies peu usitées en France telles que phyto remédiation. »
Association Murs à pêches, « Les écoquartiers ».

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent