Les positions nationalistes du Parti communiste français ont dédouané la bourgeoisie française

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Les positions nationalistes du Parti communiste français ont préparé le terrain sur lequel prospère l'extrême-droite
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Le Parti communiste français a établi un lien entre le chômage et l'immigration
Le Parti communiste français s'est opposé à l'Union européenne avec des arguments réactionnaires
Le Parti communiste français a utilisé en août 1944 le slogan xénophobe "À chacun son boche"
Le Parti communiste français a abandonné très tôt les symboles de l'internationalisme prolétarien
Le Parti communiste français a très tôt fait le choix du patriotisme économique
Les positions nationalistes du Parti communiste français ont dédouané la bourgeoisie française
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Le PCF, même en parlant d'une « autre Europe à construire », n'en continua pas moins à entretenir la confusion dans la tête des travailleurs et à présenter les directives et les institutions européennes comme chargées de tous les maux et responsables des attaques subies par les travailleurs, dédouanant ainsi la bourgeoisie française et son principal serviteur, le gouvernement français. Ainsi, au moment du référendum sur le traité de Maastricht, en 1992, on pouvait lire dans L'Humanité des protestations indignées quant au pouvoir que la création de l'euro donnerait à la Bundesbank, qui priverait la Banque de France de son pouvoir. Le PCF allait même jusqu'à présenter cette dernière comme un service public ! Certes, les travailleurs français n'ont aucun moyen de contrôle sur les décisions prises par les autorités financières européennes – pas plus que les travailleurs allemands d'ailleurs – mais en formulant les choses de cette façon, le Parti communiste laissait entendre qu'ils en avaient plus sur la Banque de France et les francs qu'elle émettait. »
Lutte ouvrière, « L’Europe : ni la cause de la crise du capitalisme, ni un moyen de la surmonter », Cercle Léon Trotsky, 11/04/2014.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]