Les frontières entravent la libre circulation des individus

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il supprimer les frontières ? (nouveau)
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

La liberté de circulation est un droit de l'homme

Page détaillée
La liberté de circulation est un droit de l'homme
[ Modifier ]
Les hommes sont égaux peu importe leur pays d'origine. Si un homme mène une vie calme dans un pays protégé, l'homme qui en revanche vit dans un pays où sa sécurité est mise en danger devrait être en droit de quitter son pays afin de vivre une meilleure vie dans le pays qu'il souhaite. Un pays devrait accueillir l'immigré et celui-ci devrait avoir le même droit de circulation qu'un immigré originaire d'un pays ayant une certaine stabilité économique et politique.
« Article premier : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. [...]

Article 13 : 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.

2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. »
Comité de rédaction de l'ONU, « Déclaration universelle des droits de l'homme », 1948.

Les murs frontaliers sont une atteinte aux droits de l'homme

Page détaillée
Les murs frontaliers sont une atteinte aux droits de l'homme
[ Modifier ]
La construction des murs entrave le respect du droit de circulation et entraîne la négation d'autres droits. A cause de ces murs, les immigrés dépensent tous leurs revenus afin de les traverser. Ils se retrouvent donc dans des situations déplorables et sont victimes d'humiliations. Par exemple, en Libye, des immigrés sont vendus en tant qu'esclaves.
« La frontière américano-mexicaine qui court sur 3200 km est la plus traversée du monde. À partir de 1994, date d’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, elle a été progressivement renforcée par la construction d’un mur qui fait aujourd’hui près de 1700 km de long. Les événements du 11 septembre 2001 ont abouti à l'adoption du Secure Fence Act et l’augmentation de 145 % du budget consacré à la sécurité frontalière. Le mur se double d’une surveillance vidéo, de patrouilles et même de survol par des drones. Le renforcement de la surveillance de cette frontière pousse les migrants à tenter le passage dans l’immensité du désert d’Arizona et du Texas où des milliers de cadavres ont été retrouvés. Selon Enrique Morones, de l’ONG Border Angels, 10 000 clandestins y ont laissé leur vie depuis 1994. La majorité des candidats à la traversée sont des hommes, mais il y a aussi des femmes et des enfants. Selon le Pew Hispanic Center de Washington, plus de 700 000 Mexicains tenteraient chaque année de passer la frontière illégalement et près de la moitié y parviendrait. »
Auteur anonyme, « Activité 2 : Franchir les frontières », Musée de l'histoire de l'immigration.
« L'ouverture des frontières est un objectif susceptible de mettre fin aux tragédies des milliers de clandestins qui meurent aux portes des frontières des pays riches, ainsi qu'à toutes les formes de sous-citoyenneté induites par la condition de sans-papiers. »
Catherine Wihtol de Wenden, Atlas des migrations, Autrement, Paris, 2016.
« La construction d'un mur "anti-intrusions" et "végétalisé" commence à Calais. Celui de la frontière mexicaine agite la présidentielle américaine. Murs, barrières, clôtures pullulent depuis quelques années : cartographie de la fortification des frontières, et analyse d'un monde de plus en plus fermé. »
Camille Renard, « Le monde se referme : la carte des murs aux frontières », France Culture, 30/05/2016.

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent