Les États communistes ont commis des crimes contre la paix

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

{{#vardefine : Debats-parents-contre |

}}

flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Les États communistes ont commis les trois types de crimes définis par le tribunal de Nuremberg
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Les États communistes ont commis des crimes contre la paix
Les États communistes ont commis des crimes de guerre
Les États communistes ont commis des crimes contre l'humanité
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Les crimes contre la paix sont définis par l’article 6a et concernent « la direction, la préparation, le déclenchement ou la poursuite d’une guerre d’agression, ou d’une guerre de violation des traités, assurances ou accords internationaux, ou la participation à un plan concerté ou à un complot pour l’accomplissement de l’un quelconque des actes qui précèdent ». Staline a incontestablement commis ce type de crime, ne serait-ce qu’en négociant secrètement avec Hitler, par deux traités du 23 août et du 28 septembre 1939, le partage de la Pologne et l’annexion à l’URSS des États baltes, de la Bukovine du Nord et de la Bessarabie. Le traité du 23 août, en libérant l’Allemagne du danger d’un combat sur deux fronts, provoqua directement le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Staline a perpétré un nouveau crime contre la paix en agressant la Finlande le 30 novembre 1939. L’attaque inopinée de la Corée du Nord contre la Corée du Sud le 25 juin 1950 et l’intervention massive de l’armée de la Chine communiste sont du même ordre. Les méthodes de subversion, relayées un temps par les partis communistes commandités depuis Moscou, pourraient également être assimilées à des crimes contre la paix, car leur action a débouché sur des guerres ; ainsi, un coup d’État communiste en Afghanistan amena, le 27 décembre 1979, une intervention militaire massive de l’URSS, inaugurant une guerre qui n’est pas encore éteinte. »
Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]