Le vote électronique permet de réduire l'abstention

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il généraliser le vote électronique ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Le vote électronique favorise la participation aux élections
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Le vote électronique incite les jeunes à voter
Le vote électronique facilite le vote pour les personnes malades ou handicapées
Le vote électronique facilite le vote pour les personnes à l'étranger
Le vote électronique facilite le vote pour tous
Le vote électronique permet un plus grand confort de vote
Le vote électronique permet de réduire l'abstention
Le vote électronique pose des difficultés pour les personnes âgées ou peu à l'aise avec la technologie
Le vote électronique allonge le temps d'attente aux bureaux de vote
Le vote électronique a suscité un faible taux de participation dans les expériences menées
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Un sondage Harris Interactive-Nouveaux Horizon révèle ce matin que 58 % des abstentionnistes voteraient par Internet s’ils en avaient la possibilité, et même 79 % chez les jeunes de 18 à 24 ans. Fini donc les files d’attentes dans les écoles ou les mairies, pour enrayer l’abstention, le vote du futur se ferait de son canapé. »
Simon Barbarit, « Le vote par Internet : le remède contre l’abstention ? », 5 novembre 2015.
« « On ne peut pas se lamenter à chaque soir d’élection du fléau de l’abstention, et ne rien faire pour l’endiguer. Avec le vote Internet, nous avons un outil efficace, j’appelle la droite et la gauche à s’unir pour en demander l’instauration », avait alors lancé le député Frédéric Lefebvre (PR) — qui est lui-même élu en partie via le vote par internet, puisqu’il est député d’une circonscription des Français de l’étranger où le vote électronique à distance était possible. »
Guillaume Champeau, « Axelle Lemaire favorable au vote par internet : pourquoi c’est une erreur », Numerama, 6 novembre 2015.
« L'amélioration de l'accessibilité et la création de possibilités de vote supplémentaires pourraient bien avoir une incidence positive sur le taux de participation. En général, les écrits universitaires traitant du vote électronique et de la baisse du taux de participation présentent des résultats non concluants quant à l'impact du vote en ligne. Dans la plupart des cas où les lieux de scrutin étaient équipés de bornes Internet, le taux de participation n'a pas augmenté. Cependant, là où des services de vote à distance avaient été mis en place, les résultats étaient variables. Bien qu'il n'y ait pas eu de hausses systématiques de participation dans certains endroits, comme au Royaume-Uni, on signale certains cas d'augmentation du taux de participation ailleurs, comme en Estonie, à Genève et dans des municipalités canadiennes. La période d'accessibilité du vote à distance par Internet semble avoir un effet sur la fréquence d'utilisation de cette méthode ainsi que sur le taux de participation. »
Elections Canada, « Une analyse comparative du vote électronique », 13 juin 2014.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

La réduction de l'abstention n'est pas systématique

Page détaillée
Le vote électronique ne réduit pas systématiquement l'abstention
[ Modifier ]
« Les travaux conduits par vos rapporteurs ne leur ont pas permis de déterminer si la participation des électeurs était accrue dans les communes équipées de machines à voter. Si on s'en tient au plus récent scrutin, l'élection municipale des 23 et 30 mars 2014, l'abstention – respectivement établie au niveau national à 36,45 % et 37,86 % pour les deux tours – était de 46,25 % et 48,53 % (deux tours) à Bourges (Cher), 50,33 % et 51,85 % (deux tours) à Épernay (Marne), 43,57 % à Issy-les-Moulineaux, 52,97 % au Havre (Seine-Maritime), 42,20% et 45,97 % (deux tours) au Mans (Sarthe), 31,32 % à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes), 32,99 % et 36,52 % (deux tours) à Meylan (Isère), 53,23 % et 50,21 % (deux tours) à Mulhouse (Haut-Rhin), 41,38 % et 37,21 % (deux tours) à Noyon (Oise), 43,07 % à Thyez (Haute-Savoie). Les données correspondant à cet échantillonnage n'apparaissent pas déterminantes puisque selon les communes, la participation s'établit au-delà ou en-deçà de la moyenne sur l'ensemble des communes, quel que soit le mode de votation -papier ou électronique-. Il apparaît alors difficile de déceler l'effet, qu'il soit positif ou négatif, du recours aux machines sur le comportement de l'électorat sans connaître l'influence du contexte national, des caractéristiques locales, du civisme des citoyens. »
Alain Anziani, Antoine Lefèvre, « Rapport d'information sur le vote électronique », Sénat, 9 avril 2014.
« À l'étranger, l'ambassade du Royaume-Uni a indiqué à vos rapporteurs que, dans ce pays, le vote électronique n'avait pas fait progresser le taux de participation alors que celui-ci s'exerce pour l'essentiel à distance, par internet. Elle ajoutait : « La plupart des électeurs s'étant inscrits pour le vote électronique se seraient exprimés de façon habituelle faute de cette possibilité ». On peut d'ailleurs s'interroger sur le résultat escompté : qu'il vote à l'urne ou par une machine, l'électeur doit se déplacer jusqu'à son bureau de vote. L'attrait de la technologie serait-il tel qu'il modifierait son comportement ? Il est permis d'en douter. »
Alain Anziani, Antoine Lefèvre, « Rapport d'information sur le vote électronique », Sénat, 9 avril 2014.

L'abstention ne peut être résolue que par l'éducation

Page détaillée
L'abstention ne peut être résolue que par l'éducation
[ Modifier ]
« Au-delà de la réticence à se déplacer vers un bureau de vote, le sénateur socialiste David Assouline a lui une autre explication à la cause de l’abstention : « On a un vrai problème de citoyenneté qu’il ne faut pas affronter par la facilité. Il faut absolument qu’on éduque les citoyens à ce devoir qui est de voter » a-t-il estimé. »
Simon Barbarit, « Le vote par Internet : le remède contre l’abstention ? », 5 novembre 2015.

L'abstention doit être résolue par le vote obligatoire

Page détaillée
L'abstention doit être résolue par le vote obligatoire
[ Modifier ]
« Mais voilà en France le vote reste un droit plutôt qu’un devoir. Le vote obligatoire serait pour le coup le remède le plus efficace contre l’abstention. »
Simon Barbarit, « Le vote par Internet : le remède contre l’abstention ? », 5 novembre 2015.

L'abstention est un problème de fond complexe

Page détaillée
L'abstention est un problème de fond complexe
[ Modifier ]
« L’abstention est un problème de fond. La technique de vote ne joue guère, voire pas du tout dans le cas des ordinateurs de vote. »
Association Ordinateurs de vote, « Pourquoi ce site », 5 mai 2005.
« On ne voit pas bien pourquoi les abstentionnistes seraient motivés juste par la perspective d’utiliser une jolie machine moderne. Ou peut-être la première fois, par curiosité. La véritable contrainte matérielle est d’avoir à se déplacer jusqu’au bureau de vote, ou d’être présent dans sa ville ce jour-là. On s’imagine qu’une solution technologique va résoudre un problème de fond (perte de confiance dans les hommes politiques, ou sentiment qu’ils sont impuissants). Le référendum 2005 a montré qu’en posant de bonnes questions, les électeurs se déplaçaient massivement aux urnes. »
Association Ordinateurs de vote, « Arguments invoqués en faveur des machines à voter », 30 juillet 2005.

Le vote électronique pourrait au contraire augmenter la défiance des citoyens

Page détaillée
Le vote électronique pourrait augmenter la défiance des citoyens
[ Modifier ]
« La confiance envers les hommes politiques ou leur possibilité d’action est déjà entamée. Il serait dangereux d’y ajouter une méfiance vis-à-vis de l’honnêteté des élections. »
Association Ordinateurs de vote, « Pourquoi ce site », 5 mai 2005.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent