Le vote électronique a été abandonné par la plupart des pays qui l'ont expérimenté

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat Faut-il généraliser le vote électronique ?
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« En 2015, Le Parlement wallon a adopté une proposition de résolution demandant l'abandon du vote électronique. En 2014, c'est le gouvernement norvégien qui a annoncé l'arrêt des tests sur le vote électronique. L'Allemagne a abandonné la généralisation des dispositifs électroniques de vote tout comme l'Irlande, qui avait commencé à introduire le vote électronique en 2002, et a suspendu cette expérience en 2012. Et les Pays-Bas ont abandonné définitivement le vote électronique en 2008. Donc avant de prendre des décisions hâtives et de généraliser le vote électronique pour chaque consultation, nous ferions bien de regarder l'expérience de nos voisins européens. »
Jean-Pierre Favier, « Le vote électronique, une fausse bonne idée ? », 16 janvier 2017.
« De nombreux pays marquent aujourd'hui le pas en matière de vote à distance. Hormis le Canada (expérimentation lors des élections municipales de Markham, Ontario) et l'Australie (discussions dans le cadre d'un forum national Online-Council) qui entendent poursuivre localement des expérimentations, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont décidé de mettre clairement un terme à leurs tests de vote électronique à distance, l'Irlande stoppant son projet de recueil électronique des suffrages. L'Espagne temporise enfin la généralisation du vote par internet, du fait de nombreuses critiques quant à la sécurité des opérations. »
Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.
« La faisabilité du vote à distance par internet (dont l'inscription des électeurs) a fait l'objet de deux importantes initiatives : une étude de 7 mois, menée en 2001 par le gouvernement central et les gouvernements locaux, ainsi que des organismes privés, afin d'examiner le potentiel et les répercussions du vote électronique ; l'essai concret de méthodes de rechanges pour le vote, dont le vote par internet, lors des élections locales de 2002 et 2003. Après le vote de milliers d'électeurs par internet ou SMS, ces coûteuses expérimentations, à la sécurité difficilement garantie, n'ont pas permis de faire reculer significativement l'abstention. La généralisation des dispositifs de vote à distance n'est donc plus à l'ordre du jour pour le gouvernement actuel. »
Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

Ces pays projettent de s'y réengager à moyen terme

Page détaillée
Les pays qui ont abandonné le vote électronique projettent de s'y réengager à moyen terme
[ Modifier ]
« Sans réduire la problématique du vote électronique à son environnement technique, l'absence de sécurité dans les technologies mises en œuvre fonde tous les revirements étudiés. L'ensemble des pays ayant stoppé leurs expérimentations de vote via internet entendent se réinvestir dans de tels projets, à moyen terme, dès que les technologies permettront d'organiser d'une manière totalement sécurisée la transparence des opérations. »
Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.

D'autres pays s'y engagent dès maintenant

Page détaillée
D'autres pays s'engagent à expérimenter le vote électronique
[ Modifier ]
« Quelques pays continuent à s'engager de manière plus ou moins avancée dans la généralisation des dispositifs de dématérialisation de vote basés sur les technologies de l'information et de la communication. Les pays les plus avancés [sont] l'Estonie et la Suisse. »
Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.

L'Estonie a instauré le vote par internet depuis 2005

Page détaillée
L'Estonie a instauré le vote par internet depuis 2005
[ Modifier ]
« “Voter ne prend alors que quelques secondes : on insert sa carte dans un lecteur acheté pour quelques euros, on télécharge l'application de vote et on s'identifie à l'aide d'un code à quatre chiffres. L'électeur reçoit alors la liste des candidats et valide son choix à l'aide d'un second mot de passe”, explique Tarvi Martens, concepteur de ce mode de vote. [...] Les résultats sont sans appel : entre 2005 et 2015, la part des suffrages via internet est passée de 2 à plus de 30,5 %. »
Mohamed Bouhjar, « L'e-Estonie, ce précurseur de “la démocratie électronique” », MAP Express, 13 octobre 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent