Le système de retraite mis en place en 1945 en France a servi à prémunir la bourgeoisie d'éventuelles explosions sociales dans un contexte d'écroulement de l'État et de faillite de l'économie

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Le PCF, devenu le défenseur acharné du système capitaliste, se présenta à la bourgeoisie comme son meilleur protecteur face à la crise économique et sociale qui menaçait d’éclater au sortir de la guerre. Avant même la fin de celle-ci, il entra dans le gouvernement provisoire de De Gaulle. Il mit alors en tête de son programme « la renaissance de la France », bourgeoise bien entendu. Il entreprit d’encadrer la classe ouvrière pour l’empêcher de revendiquer. Il fit tout pour qu’elle se crève à produire toujours plus, pour des salaires de misère, afin de remettre sur pied l’économie capitaliste défaillante. C’est dans cette perspective que fut mis sur pied le programme du Conseil national de la résistance, le CNR, et le programme « social » qui l’accompagnait. Il s’agissait de contenir la colère qui pouvait éclater dans les classes populaires avec la disette qui régnait dans tout le pays, alors que l’écroulement de l’État français de Pétain risquait de produire un vide étatique. »
Lutte ouvrière, « L’offensive de Macron et du grand patronat contre les retraites ouvrières », Lutte de classe, n°203, novembre 2019.
« Comme au lendemain de la Première Guerre mondiale et pour mystifier les travailleurs, pour qu’ils produisent sans revendiquer, on mit sur pied des réformes qui ne coûtaient rien aux bourgeois. La Sécurité sociale fut instituée, avec sa branche retraite censée garantir la retraite à 65 ans. Comment la financer, sans faire payer les capitalistes ? C’est pour cela que la retraite par répartition, déjà mise en place par le régime de Vichy, fut généralisée pour les salariés du privé. C’est d’ailleurs un ancien dirigeant de la CGT, René Belin, nommé ministre du Travail par Pétain, qui en avait instauré le principe en 1941, en même temps qu’il créait un minimum vieillesse et supprimait le régime par capitalisation qui avait été mis en place en 1930. »
Lutte ouvrière, « L’offensive de Macron et du grand patronat contre les retraites ouvrières », Lutte de classe, n°203, novembre 2019.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]