Le revenu de base généralise la précarité du travail

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Faut-il instaurer un revenu de base ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à L'instauration d'un revenu de base risque de dégrader les conditions de travail
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le revenu de base permet de négocier de meilleures conditions de travail
et Le revenu de base permet de négocier de meilleures conditions de travail
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le revenu de base ne peut tenir ses promesses que s'il est d'un montant suffisant
Instaurer un revenu de base conduit à une baisse de compétitivité
L'instauration d'un revenu de base progressiste nécessite des luttes sociales d'ampleur
Le revenu de base généralise la précarité du travail
Le revenu de base est une mesure favorable aux employeurs
et Le revenu de base permet une gestion plus flexible de la main-d'oeuvre
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le revenu de base généralise la précarité du travail
.

Présentation de l'argument

Si le montant du revenu de base est peu élevé, la généralisation du travail précaire a un coût social fort. Il s'agit dans ce cas d'une régression sociale, contre laquelle il s'agit justement de lutter.

Citations

« Un revenu de base dérisoire ne permettrait pas de refuser un emploi précaire ou trop mal payé. La « sécurité » des quelques centaines d’euros qu’il apporterait justifierait aux yeux des employeurs l’extension de toutes les formes d’emplois précaires et la baisse des salaires. La « flexisécurité » ainsi instaurée favoriserait la disparition de l’emploi statutaire ou à durée indéterminée, au profit du temps partiel imposé, de contrats courts, du recours généralisé aux « emplois Uber » et aux « auto-entrepreneurs ». Ces deux dernières « nouveautés » constituent en fait un retour aux formes les plus archaïques de l’exploitation, celles du « journalier » (fût-il un travailleur « intellectuel ») contraint de vendre individuellement sa force de travail sur le marché, sans aucune des garanties collectives qu’ont pu acquérir les salariés. »
Jean-Claude Laumonier, « Le revenu de base ou l’ombre de l’émancipation », 2016/10/01.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent