Le revenu de base favorise un meilleur rapport au travail

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il instaurer un revenu de base ?
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

La négociation de meilleures conditions de travail

Page détaillée
Le revenu de base permet de négocier de meilleures conditions de travail
[ Modifier ]
En offrant aux individus un revenu suffisant pour bien vivre sans travailler, le revenu de base change le rapport de force entre employeurs et employés, en faveur des employés : ces derniers pourraient alors négocier des salaires plus attractifs et de meilleures conditions de travail.
« Un revenu de base inconditionnel, permettant la réduction et la redistribution du temps de travail, facilitera une nouvelle forme de plein emploi, avec création de postes de travail supplémentaires. Cette offre d’emplois supplémentaire renforcera le pouvoir compensatoire des salariés et leur permettra de négocier des meilleures conditions de travail et d’existence. »
Collectif de l'initiative citoyenne européenne, « Initiative citoyenne européenne pour un revenu de base inconditionnel ».
« L'obligation formelle de travailler et la dépendance au travail pour un revenu donne aux employés une position de négociation faible vis-à-vis des employeurs. Cela obstrue le libre fonctionnement du marché du travail. Un revenu de base donnera aux employés une position plus égale de négociation. Cela conduira à de meilleures conditions de travail, et des salaires plus justes. »
Fondation du revenu de base global, « Un revenu de base global ».
« Chaque citoyen a droit au revenu universel et le touche sans avoir à apporter de justification. Puisqu’il n’est pas contraint de travailler et n’est plus mis en concurrence avec une masse de chômeurs, le salarié peut mieux négocier ses conditions de travail. Alors que le travailleur est aujourd’hui contraint d’accepter les conditions d’embauche et de travail fixées par l’employeur, le revenu universel permet d’inverser le rapport de force et d’aller vers une activité choisie plutôt que subie. »
Mouvement Utopia, Le travail, quelles valeurs ? Idées reçues et propositions, p.65, Utopia, Paris, 2012.

Une sécurisation des parcours professionnels

Page détaillée
Le revenu de base apporte une meilleure sécurisation des parcours professionnels
[ Modifier ]
« Dans le contexte d’un chômage de masse et d’une précarité croissante du travail qui touche en particulier les jeunes générations, la proposition d’un revenu de base apparaît sous un jour nouveau, comme l’invention d’un nouveau rapport au travail. D'une part, un tel dispositif permettrait une forme de sécurisation des parcours professionnels sur le plan financier et inciterait ainsi à davantage de prise de risque dans les choix individuels. »
Groupe de travail Revenu universel de la Fondation Jean-Jaurès, « Le revenu de base, de l’utopie à la réalité ? », 2016/05/22.

La valorisation des activités bénévoles

Page détaillée
Le revenu de base permet de valoriser les activités bénévoles
[ Modifier ]
Le « travail invisible » désigne l'ensemble du travail qui n'est pas rémunéré dans la société, du bénévolat au travail domestique

La production domestique comprend tout le travail à domicile (travail domestique) qui pourrait être accompli par autrui (ménage, entretien du linge, couture, jardinage, bricolage, éducation des enfants, soins aux animaux domestiques, soins à des parents, malades, handicapés ou personnes âgées, etc.).

En comptabilité nationale, ce travail - non-rémunéré - correspond à la production domestique (on parle aussi d’activités domestiques, et parfois travail domestique, mais cette notion peut aussi désigner le travail rémunéré fait dans la sphère domestique) effectuée à l’intérieur des ménages.

Selon l'Insee en 2012 , les Français (les Françaises surtout) ont consacré, en 2010, en moyenne, trois heures par jour à des tâches domestiques (cuisine, ménage, courses et soins aux enfants, etc.), soit environ 60 milliards d'heures. Cette activité, si elle était valorisée au niveau du Smic, équivaudrait au tiers de la richesse produite en France .

Source : Wikipédia
(cuisine, ménage, courses, soin des enfants, bricolage, etc.). Ce travail invisible est considérable à l'échelle nationale et pourtant il n'est pas rémunéré. Le revenu de base offrirait alors une compensation monétaire à ce travail effectué sans salaire.
« Il [est] intéressant de citer le décompte INSEE des heures de travail : la majorité, de 42 à 77 milliards d’heures, à comparer à 38 (pour l’année 2010) ne sont pas rémunérées. Le travail domestique, le soin apporté à ses enfants ou parents âgés, l’investissement associatif, autant de contributions sociales fondamentales qui ne donnent aujourd’hui pas lieu à contrepartie monétaire (sauf à garder les enfants des autres après avoir déposé les siens à la crèche subventionnée…). Le travail invisible de Pierre-Yves Gomez traduit particulièrement bien le glissement vers une société de rente, où le revenu est de moins en moins la contrepartie d’un travail effectif. Oui, un revenu de base inconditionnel apporte une réponse pertinente à la variété des contributions sociales utiles de la population. »
« Beaucoup du travail que les personnes effectuent est non rémunéré, comme élever des enfants, le travail ménager ou le travail bénévole pour des organismes sociaux et personnes dans le besoin. Un revenu de base est une reconnaissance du fait que la plupart des personnes qui n'ont pas un travail officiel payé font néanmoins un travail important. »
Fondation du revenu de base global, « Un revenu de base global ».

La possibilité de se libérer du travail salarié

Page détaillée
Le revenu de base permet de se libérer du travail aliénant
[ Modifier ]
En offrant aux individus un revenu suffisant pour bien vivre sans travailler, le revenu de base facilite grandement le refus du travail, entendu en son sens étymologique de tripalium, de torture. Le revenu de base est une condition essentielle de l'émancipation du travail aliénant, le travail salarié.
« En fin de compte, une baisse soutenable de l'activité n'est envisageable qu'à moyen terme, laissant le temps à la société d'opérer progressivement sa mutation. Or, cette mutation est précisément l'objectif avoué du revenu inconditionnel. Cette mesure révolutionnaire vise à changer notre rapport au travail, à nous libérer de l'aliénation au travail et à la consommation, à réduire la place du travail dans nos vies. Ainsi, si plus personne ne veut travailler, tant mieux, peut-être pourrons-nous enfin cesser de perdre notre vie à la gagner... »
Baptiste Mylondo, Un revenu pour tous ! Précis d'utopie réaliste, Utopia, 2010.

La suppression des trappes à inactivité

Page détaillée
Le revenu de base permet de supprimer les trappes à inactivité
[ Modifier ]
En donnant la possibilité de cumuler le revenu de base et un salaire, apporté par un emploi, le revenu de base ne crée pas de trappe à inactivité

La trappe à inactivité (également connue sous le nom de piège à l'emploi en Belgique) désigne les désincitations que connaît une personne sans emploi à en trouver un, notamment en raison de la perte de revenus d'assistance qui résulterait de l'obtention d'un emploi. Elle est différente de la trappe à pauvreté qui désigne, elle, la désincitation à accroître le revenu d'une personne déjà employée (augmentation de la durée d'emploi ou de l'effort en vue d'avoir un meilleur taux de salaire).

Un écart inexistant, insuffisant ou même défavorable entre revenus d'inactivité et revenus d'activité peut aussi bien résulter de l'insuffisance de la rémunération du travail que de l'existence de prestations sociales.

Source : Wikipédia
, c'est-à-dire de situation dans laquelle il est plus intéressant économiquement d'être au chômage que d'avoir un emploi.
« Dans la plupart des systèmes de sécurité sociale, les allocations de travail ne sont plus versées ou elles sont réduites aussitôt qu'une personne retrouve un emploi rémunéré. Cela peut décourager de rechercher du travail, surtout pour les personnes au bas de l'échelle des salaires. Les bénéfices pécuniaires du travail peuvent alors être minimaux ou même négatifs, parce que le travail implique souvent des dépenses additionnelles (transport, garde d'enfants). C'est ce qu'on appelle souvent un piège de pauvreté. Dans un système de revenu de base, chaque heure supplémentaire de travail payé conduit à une augmentation du revenu, parce que l'allocation de revenu de base ne sera pas réduite. Cela fait que c'est plus profitable et facile pour les personnes de travailler à temps partiel. »
Fondation du revenu de base global, « Un revenu de base global ».
« Comme ce revenu se cumule avec tout autre revenu, il évite l’effet de seuil de la protection sociale selon lequel, en dessous d’un certain niveau de revenu, il vaut mieux ne pas travailler ou bien travailler sans être déclaré pour ne pas perdre le bénéfice de son assistance, inconvénient de l’impôt négatif et de la plupart des autres formules d’assistance. »
Mouvement français pour un revenu de base, « Quelles sont les critiques ? ».

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Une marginalisation des plus pauvres

Page détaillée
Le revenu de base risque de marginaliser les personnes en situation de pauvreté
[ Modifier ]
« Face aux discours sur [l]a raréfaction [du travail], les personnes en situation de pauvreté ont été claires. Elles sont conscientes de la diminution des emplois peu qualifiés – elles en sont les premières victimes. Mais il est hors de question pour elles de renoncer au travail, en particulier pour les jeunes. Elles le savent d’expérience : celui qui ne travaille pas se retrouve trop souvent marginalisé et sans droit à la parole. Avec un revenu universel, ces personnes redoutent d’être abandonnées, définitivement évincées du monde du travail auquel elles aspirent. Elles redoutent de s’entendre dire : « Maintenant on vous a donné un peu d’argent, on ne veut plus vous entendre ». »

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent