Le revenu de base creusera les inégalités entre ceux qui travailleront et ceux qui ne travailleront pas

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Citations

Mateo Alaluf

« La logique d’une allocation universelle financée par l’impôt conduirait à juxtaposer un dispositif public fiscalisé (l’allocation universelle) à des régimes professionnels préfinancés par ceux qui ont la possibilité d’épargner. Cette situation conduit à l’instauration d’une allocation universelle pour tous coexistant avec des fonds de pension et des assurances privées pour ceux qui en ont les moyens. La protection sociale consisterait ainsi à terme dans l’assistance de l’État aux pauvres par une allocation universelle, et un système d’assurances privées basé sur l’accumulation financière pour les plus aisés. On renouerait de cette manière avec la logique libérale basée sur le droit de tirer de son travail une propriété privée, et le droit à un minimum de revenu assuré par l’État. Ce système permet de distinguer ceux qui ont pu se constituer un patrimoine par leur travail de ceux qui, dans la mesure où ils n’y sont pas parvenus, se trouvent acculés à la pauvreté. Le caractère universel du revenu permet de masquer cette stigmatisation. »
Mateo Alaluf, « L'allocation universelle contre la protection sociale ».

Michel Husson

« L’une des implications les plus radicales des thèses sur la fin du travail est que le revenu doit être redistribué indépendamment de la participation à sa création. Mais c’est le travail qui crée la richesse distribuée sous forme de revenus. La question se pose alors de savoir comment vont s’articuler la répartition du revenu et celle du travail social. La proposition d’un revenu garanti inconditionnel n’y répond pas vraiment. S’il n’existe aucune contrepartie, alors une fraction de la population décidera logiquement de ne pas travailler à moins de postuler un degré de conscience sociale qui ne peut être qu’un aboutissement souhaitable mais qu’il serait dangereux de poser en préalable. Pour convaincre une partie des bénéficiaires de revenu garanti de travailler, il faudra leur offrir une rémunération plus élevée. Quel mécanisme social permettra alors de désigner ceux qui doivent occuper l’un ou l’autre de ces statuts ? Qui en décidera : les propriétaires privés du capital, les collectifs de citoyens, une délibération d’ensemble de la société ? Si on ne répond pas à ces questions, on ouvre la voie à une société dualiste avec, d’un côté, les exclus du travail touchant le revenu garanti et, de l’autre, une couche de salariés disposant d’un emploi et à ce titre d’un revenu supérieur. »
Michel Husson, « Droit à l’emploi et RTT ou fin du travail et revenu universel ? ».

Débats connexes

Faut-il instaurer un revenu de base ?