Le réchauffement climatique est dû à l'activité solaire

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat Le réchauffement climatique est-il dû à l'activité humaine ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Le réchauffement climatique a des causes naturelles
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Le réchauffement climatique s'observe aussi sur Mars
Le réchauffement climatique est dû à l'activité solaire
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

L'hypothèse d'une influence de l'activité solaire (c'est-à-dire le nombre d'éruptions à la surface du soleil, observées depuis Galilée sous la forme de taches solaires) a été avancée en 1991 par Knud Lassen de l'Institut danois de météorologie de Copenhague et son collègue Eigil Friis-Christensen. Cette théorie explique 80 % des variations de température sur les quatre derniers siècles. Elle a été de nouveau avancée en 1997 par Eigil Friis-Christensen et Henrik Svensmark. Une forte activité solaire entraîne une diminution du flux des rayons cosmiques d'origine galactique, réduisant l'ionisation de l'atmosphère et entraînant une moindre formation des noyaux de gel et de condensation. La couverture nuageuse se réduit, diminuant l'albédo de la planète et permettant ainsi un réchauffement. A l'inverse, une faible activité solaire est liée à un refroidissement.

Citations

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

Une thèse confirmée par l'étude de données hydrologiques en Afrique du Sud

Page détaillée
L'influence de l'activité solaire sur le réchauffement climatique a été confirmée par l'étude de données hydrologiques en Afrique du Sud
[ Modifier ]

Le lien entre environnement et activité solaire a également été mis en évidence par l'étude de données hydrologiques en Afrique du Sud (Linkage betwwen solar activity, climate predictablity and water resource development, Journal of South African Institution of Civil Engineering, Vol 49, juin 2007).

Une thèse confirmée par le Minimum de Maunder

Page détaillée
Le Minimum de Maunder confirme l'hypothèse d'une influence de l'activité solaire sur le réchauffement climatique
[ Modifier ]
A l'appui de cette thèse, le Minimum de Maunder

En astronomie, le minimum de Maunder correspond à une époque, approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de taches solaires (et son activité de surface) était significativement plus faible qu'aujourd'hui.

Le nom a été donné par John A. Eddy (en), dit « Jack Eddy », astronome américain, qui a compilé des données astronomiques anciennes,.

Source : Wikipédia
, durant le Petit âge glaciaire, approximativement située entre 1645 et 1715, correspond à une époque durant laquelle le nombre de taches solaires, et donc le champ magnétique du Soleil et toutes les formes d'activité qui en découle, étaient significativement plus faibles qu'aujourd'hui.

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Des données qui comportent des erreurs

Page détaillée
L'hypothèse d'une influence de l'activité solaire sur le réchauffement climatique se base sur des données erronées
[ Modifier ]

Peu de temps après l'exposé de la théorie de Friis-Christensen et Svensmark, l'américain Paul Damon et le danois Peter Laut disent avoir trouvé des erreurs dans les données citées pour soutenir leur hypothèse : "Analysis of a number of published graphs that have played a major role in these debates and that have been claimed to support solar hypotheses (Laut, 2003; Damon and Peristykh, 1999, 2004) shows that the apparent strong correlations displayed on these graphs have been obtained by incorrect handling of the physical data".

La réduction de la couverture nuageuse diminue également l'impact de l'effet de serre

Page détaillée
La réduction de la couverture nuageuse diminue également l'impact de l'effet de serre
[ Modifier ]

Une réduction de la couverture nuageuse diminue certes l'albédo, mais diminue également l'impact de l'effet de serre. Il est alors difficile de déterminer si le bilan final entraîne un réchauffement ou un refroidissement de l'atmosphère.

Le rôle des rayons cosmiques dans la création des noyaux de condensation est remis en question

Page détaillée
Le rôle des rayons cosmiques dans la création des noyaux de condensation est remis en question
[ Modifier ]
Le rôle des rayons cosmiques dans la création des noyaux de condensation

Un noyau de condensation est une particule hygroscopique flottant dans la troposphère et sur laquelle la vapeur d'eau contenue dans l'air se déposera pour former une gouttelette. En effet, dans de l'air pur, où il n'y aurait aucune poussière ou ion, il faudrait atteindre une sursaturation de 500 % avant que la vapeur d'eau ne forme des gouttes à cause de la tension superficielle de l'eau. Ces aérosols, typiquement de l'ordre de 0,2 µm à quelques micromètres, favorisent donc la formation des nuages et des précipitations,.

Source : Wikipédia
est discuté, en particulier dans les basses couches de l'atmosphère où les aérosols semblent jouer un rôle prédominant.

L'activité solaire ne peut expliquer l'augmentation de la température depuis 1980

Page détaillée
L'activité solaire ne peut expliquer l'augmentation de la température depuis 1980
[ Modifier ]

Dans l'édition du 6 mai 2000 de l'édition américaine du magazine britannique New Scientist, Lassen et l'astrophysicien Peter Thejll, complétant l'étude de 1991 avec de nouvelles données, concluent que bien que le cycle solaire puisse expliquer environ la moitié de l'accroissement en température observé depuis 1900, il ne peut en aucune manière expliquer l'accroissement de 0,4 °C depuis 1980. En effet, les données indiquent que la corrélation entre les températures et l'activité solaire n'est plus valable pour les trente dernières années, cette dernière étant restée à peu près constante. Cette absence de la corrélation climat-activité solaire depuis les années 1980 est reconnue par Eigil Friis-Christensen lui-même en 2002.

En 2007, le quatrième rapport du GIEC estime que le forçage radiatif dû aux gaz à effet de serre produits par l'activité humaine est dix fois plus important que celui dû au rayonnement solaire. En 2014, ce ratio a été porté à quarante fois par le cinquième rapport du GIEC.

Une hypothèse invalidée par l'expérience CLOUD

Page détaillée
L'hypothèse d'une influence de l'activité solaire sur le réchauffement climatique a été invalidée par l'expérience CLOUD
[ Modifier ]

L'expérience CLOUD (Cosmic Leaving OUtdoor Droplets), qui utilise l'installation du synchrotron à protons du CERN, a montré en 2016 que les variations d'intensité du rayonnement cosmique n'affectaient pas de manière significative le climat actuel, invalidant cette hypothèse.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent