Le judaïsme parle d'une hiérarchisation des dieux des nations

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Les religions se rejoignent-elles ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Les grandes traditions disent que les religions sont une
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Le christianisme affirme qu'il y a unité dans la diversité religieuse
Le judaïsme parle d'une hiérarchisation des dieux des nations
Le soufisme croit en l'unité des religions
L'hindouisme considère toutes les religions comme une manifestation divine
Toutes les religions affirment être la seule vraie
.

Présentation de l'argument

Le judaïsme pose l'existence du Dieu suprême, qui est en rapport direct avec le peuple hébreux, et des "dieux des nations", ayant en charge les autres communautés humaines. Ces dieux des nations sont légitimes et seront jugés à la fin des temps, car ils sont subordonnés à Dieu. On peut donc voir les différentes "nations" et religions comme les expressions de ces "dieux des nations".

Citations

« Le Shaaré Ora dit et répète avec insistance que les autres dieux, les èlohim a'hërim, sont les soixante-dix princes célestes que le Saint, béni soit-Il a impartis aux soixante-dix peuples. Ces "autres dieux" sont les subordonnées du Dieu de vérité, Elohim Emeth. Ils ont chacun la charge d'une nation particulière qu'ils nourrissent spirituellement et dont ils sont les juges tout au cours de l'année, et les garants le jour de Rosh Hachana, le Nouvel An. Ce jour-là ces "autres dieux" sont jugés par le Dieu suprême et châtiés au cas où leurs nations, celles dont ils sont les dieux tutélaires et les responsables, auraient commis des fautes ou des injustices. On peut dire que ce sont les responsables célestes de leur peuple ainsi que leurs guides. Leur force, souligne R. Joseph Gikatila, n'est pas une force autonome ; elle leur est concédée par le Dieu de vérité. Israël, en revanche est directement gouverné et jugé par le Saint, béni soit-Il, et il est sa part à lui seul échue. La seule part que le Saint, béni soit-Il gère, le seul peuple qu'Il a en héritage, c'est le peuple d'Israël. »

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Le judaïsme condamne le culte rendu à d'autres dieux que Yahvé

Page détaillée
Le judaïsme condamne le culte rendu à d'autres dieux que Yahvé
[ Modifier ]

Dès le premier Commandement, Dieu dit : "Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face". Cette phrase montre que l'adoration ne doit s'adresser qu'au seul Dieu d'Israël, les autres dieux étant des idoles.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent