Le commencement n'est pas l'origine

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Dieu existe-t-il ? (nouvelle version)
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à Dieu est la cause première de l'univers
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Il ne peut y avoir une infinité de causes
Il ne peut y avoir un passé infini
L'univers a commencé d'exister avec le Big Bang
Il ne devrait exister rien exister
L'univers n'a pas de cause ni de raison d'être
Le principe de causalité ne s'applique pas à l'univers
L'univers s'est créé à partir de rien
L'univers n'a pas de commencement
L'univers est contingent
La cause première est le Big Bang
La cause première est un point immatériel
Tout a une cause, et Dieu en particulier
Il n'y a pas de raison que ce soit Dieu la cause première
La cause première est inconnaissable
et Il ne peut y avoir un passé infini
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. L'univers n'a pas de commencement
Il n'existe pas de premier instant du temps
L'argument du kalam commet la même erreur que Zénon dans son paradoxe
Le raisonnement du kalam ne vaut que pour un temps fini
La présentation de l'argument du kalam est trompeuse
et L'univers a commencé d'exister avec le Big Bang
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. L'univers n'a pas de cause ni de raison d'être
L'univers n'a pas de commencement
Il y a une infinité de Big Bangs et de Big Crunches
et L'univers n'a pas de commencement
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le commencement n'est pas l'origine
Dieu est sempiternel
L'idée d'un temps sans commencement est inconcevable car contradictoire
L'idée d'un temps sans commencement conduit à abandonner la notion de temps
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Il convient en effet de ne pas confondre deux idées : l’idée de commencement et l’idée d’origine. Commencer, c’est avoir un premier instant d’existence dans le temps. Avoir une origine, c’est dépendre d’un autre être que soi pour exister. Ce qui commence d’être a forcément une origine (une cause) ; mais ce qui a une origine (une cause) n’a pas forcément un commencement dans le temps. Par suite, ce qui n’a pas de commencement n’est pas forcément sans origine. Admettons par exemple que la lumière du jour n’ait jamais commencé d’exister, qu’elle existe depuis un temps infini. Cesserait-elle pour autant de dépendre du soleil comme de sa cause ? Non. Le fait pour la lumière d’avoir toujours existé ne lui donnerait pas le statut d’être par soi, capable de subsister sans cause. Si la lumière était éternelle, éternellement elle serait dépendante du soleil. Le soleil ne l’aurait pas produite à un moment donné du temps ; il la produirait continûment depuis une éternité. Ainsi l’effet et la cause peuvent-ils être exactement contemporains, sans que cela supprime le moins du monde la relation asymétrique de causalité entre l’un et l’autre. La leçon que l’on doit retirer de cette distinction entre l’idée de dépendance et l’idée d’antécédence, c’est qu’il ne suffit pas d’être éternel pour être incausé. Ce qu’il faut comprendre, c’est que la question radicale que nous posons n’est pas celle de savoir comment l’univers se conserve, se transforme et se transporte lui-même d’un moment à l’autre sans cesser d’exister. La question est de savoir pourquoi il existe. À cette question la science ne répond pas. »
Frédéric Guillaud, Dieu existe, p.113-114, Éditions du Cerf, Paris, 2013.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent