Le "goulag", acronyme des mots "administration centrale des camps" ne naît pas en 1930 avec la collectivisation mais en 1934 et n'appartient donc qu'aux décennies staliniennes

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Cette précision est d'autant plus importante que de 1934 à 1941 ( les sept années de paix qui contribuèrent à l'industrialisation accélérée de l'URSS) environ 1.140. 000 Soviétiques furent internés au goulag et près de 290. 000 d'entre eux y trépassèrent.

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Lénine n'a pas créé le goulag

Page détaillée
Lénine n'a pas créé le goulag
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Le philosophe marxiste Lucien Sève se livre à une critique résolue de l'historigraphie prétendument désidéologisée qui attaque violemment Lénine. Il refuse toute assimilation possible de Lénine et de Staline et fustige la sémantique des mots qui peut semer la confusion : la dictature d'abord dans le corpus du texte et dans une note infra-paginale "les camps de concentration"
« On peut faire la même remarque à propos d'autres questions de vocabulaire attachées à cette histoire. On lit par exemple que Lénine aurait été le créateur des "camps de concentration" en Russie (les premiers camps de concentration ont été créés vingt ans plus tôt par l'Angleterre en Afrique du Sud lors de la guerre des Boers). Cette expression ayant pris un sens terrible avec l'institution stalinienne du "goulag", et pis encore avec les camps de la mort hitlériens, l'effet produit par cette assertion est assuré. Or il y a là tromperie qualifiée. La guerre civile conduit Lénine à décider d'ouvrir au printemps 1918 des camps d'internement, camps dans lesquels commencera d'être organisé du travail en 1919, à partir de l'idée de sa portée rééducative. Il n'y a dans ces camps ni mise en place d'un système d'exploitation économique ni politique de dépersonnalisation, moins encore de plan d'extermination. Parler en ce cas de "camps de concentration" est pratiquer délibérément l'équivoque, ce par quoi un historien ne se grandit pas. Sur ce point non plus Staline n'est pas déjà dans Lénine. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, p.41, De la dictature du prolétariat au refus de tout compromis, Éditions sociales Lesparallèles 1917 100+, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]