La politique n'a pas à interférer avec le débat historique sur le négationnisme

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

La politique n'a pas à interférer avec le débat historique, même face à des faussaires de l'histoire. Depuis 2005, une association, "Liberté pour l'histoire", a vocation à défendre la recherche historique contre les intrusions du politique.

Citations [ modifier ]

« Proclamer l’entière liberté de recherche, telle est entre autres la vocation de la Ligue des droits de l’homme. C’est pourquoi, sous la présidence d’Yves Jouffa, elle prit position en 1990 contre la partie de la loi, dite loi Gayssot, qui, le 13 juillet de cette année-là, constitua en délit relevant des tribunaux le fait de contester "un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire annexé à l’accord de Londres du 8 mai 1945". [...]

Ce texte est hautement critiquable pour trois raisons :

  • Il confie à la loi ce qui est de l’ordre du normatif et au juge chargé de son application la charge de son application la charge de dire la vérité en histoire alors que la vérité historique récuse toute autorité officielle. L’URSS a payé assez cher son comportement en ce domaine pour que la République française ne marche pas sur ses traces.
  • Il entraîne quasi inéluctablement son extension un jour à d’autres domaines qu’au génocide des juifs : autres génocides et autres atteintes à ce qui sera baptisé "vérité historique". »
Madeleine Rebérioux, « Madeleine Rebérioux et la loi Gayssot », 19 avril 2005.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débats parents