La guerre civile était prévue mais pas voulue par Lénine et les bolchéviks

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« L'histoire réelle, faite de conflits, de luttes, d'incertitudes, de victoires et de défaites, est irréductible à cette sombre légende de l'auto-développement du concept, où l'idée engendrerait le monde. La guerre civile n'a pas été voulue mais prévue. C'est plus qu'une nuance. Toutes les révolutions depuis la Révolution française avaient inculqué cette douloureuse leçon : les mouvements d'émancipation se heurtent à la réaction conservatrice ; la contre-révolution suit la révolution comme son ombre, en 1792, lorsque les troupes de Brunswick marchent sur Paris, en 1848 lors des massacres de juin (sur la férocité bourgeoise d'alors qu'on relise Michelet, Flaubert ou Renan), lors de la Semaine sanglante de 1871. La règle depuis ne s'est jamais démentie, du pronunciamento franquiste de 1936 au coup d'État de Sukarno (qui a fait 500 000 morts en 1965 en Indonésie) ou à celui de Pinochet au Chili en1973. Pas plus que les révolutionnaires français en 1792, les révolutionnaires russes n'ont déclaré la guerre civile. Ils n'ont pas appelé les troupes françaises et britanniques à intervenir pour les renverser ! »
Daniel Bensaïd, « Communisme contre stalinisme », Rouge, n°1755, 1997.
« Mon propos n'est bien sûr pas d'intervenir ici, sans compétence, dans les controverses de spécialistes sur les tenants et aboutissants de la guerre civile, compliquée d'intervention étrangère qui rend si catlaclysmiques les premières années d'histoire de la Russie soviétique (...) Il est d'examiner sérieusement cette seule question d'indéniable pertinence historique et d'importance politique : y a-t-il des faits probants qui justifient d'imputer aux bolcheviks en général, à Lénine en particulier l'initiative du recours à la violence terrorriste et du déclenchement de la guerre civile ? Nicolas Werth donne la chose pour acquise. Il est notoire que les Bolcheviks au contraire accusaient avec véhémence les Blancs - j'ai cité plus haut deux textes de Lénine en ce sens et il y en a bien d'autres. Et il est à remarquer que Nicolas Werth n'y accorde aucune attention dans son histoire de l'Union Soviétique - plutôt qu'en historien prudent évaluant loyalement les points de vue des deux parties, il se comporte en procureur qui sait d'avance comment trancher (... ) Y-a-t-il des faits avérés établissant que du côté bochevik ou du côté des contre-révolutionnaires, et par delà les violences armées spontanées qui ont lieu un peu partout, on aurait en premier décidé de pratiquer une violence conduisant à la guerre civile ? Une réponse honnête à cette question est exclue d'avance si (...) on commmence par censurer la ligne de révolution pacifique que les Bolcheviks ont suivi sans défaillance jusquà la crise de juillet 1917, et reprise après l'échec du pustch Kornilov tout en se préparant à l'insurrection. Est alors arbitrairement faussée toute l'optique sur l'année 17 de façon à rendre plausible leur incrimination. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, p.56-57, Qui a voulu la guerre civile ?, Éditions sociales Les paralèlles 1917 + 100, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent