La classe ouvrière est la seule classe capable de mener la révolution jusqu'au bout

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat La classe ouvrière est-elle la seule classe révolutionnaire ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de La classe ouvrière est la classe la plus à même de devenir révolutionnaire
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
La classe ouvrière a la conscience révolutionnaire du fait de ses mauvaises conditions de vie et de travail
La classe ouvrière a la conscience révolutionnaire du fait de sa concentration dans les villes et les lieux de travail
La classe ouvrière est la seule classe capable de mener la révolution jusqu'au bout
La classe ouvrière a la conscience révolutionnaire du fait de ses organisations et du travail de ses militants
Les autres classes sociales ne peuvent pas avoir de conscience révolutionnaire de la classe ouvrière
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Ce qui, fondamentalement, fait en revanche du prolétariat une classe révolutionnaire, c’est le fait que la société bourgeoise ne lui donne aucune possibilité, aucun espoir d’affranchissement individuel. Un prolétaire qui retourne à l’état d’artisan ou de petit patron ne peut guère espérer autre chose que de se voir ruiné par la concurrence de patrons plus riches – et donc mieux outillés – que lui, et de retourner à l’usine. […] Les prolétaires, eux, n’ont aucun privilège à consolider ; ils n’ont, dit Marx, « rien à sauvegarder qui leur appartienne » dans la société capitaliste, et ne peuvent changer le monde qu’en abolissant totalement tout rapport d’exploitation. C’est ce qui fait du prolétariat la classe la plus révolutionnaire que l’humanité ait jamais connue. Et la seule qui soit, frontalement, opposée aux capitalistes. »
« Le prolétariat, la dernière des classes exploitées [...], ne peut utiliser le pouvoir qu’il aura conquis à faire peser l’exploitation sur d’autres épaules, à se faire exploiteur à son tour, à l’exemple des autres classes victorieuses. Il ne peut en user que pour mettre un terme à son exploitation, c’est-à-dire à toute exploitation. La raison de son exploitation est la propriété privée des moyens de production. Le prolétariat ne peut supprimer cette exploitation qu’en abolissant cette, propriété. N’ayant pas de propriété, le prolétariat peut être gagné à la cause de cette abolition, mais, d’un autre côté, étant exploité, il est obligé de procéder à cette suppression et de remplacer la production capitaliste par la production coopérative. »
Karl Kautsky, Le programme socialiste, 1892.
« Toutes les classes qui, dans le passé, se sont emparées du pouvoir essayaient de consolider leur situation acquise en soumettant la société aux conditions qui leur assuraient leurs revenus propres. Les prolétaires ne peuvent se rendre maîtres des forces productives sociales qu'en abolissant leur propre mode d'appropriation d'aujourd'hui et, par suite, tout le mode d'appropriation en vigueur jusqu'à nos jours. Les prolétaires n'ont rien à sauvegarder qui leur appartienne, ils ont à détruire toute garantie privée, toute sécurité privée antérieure. »
Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, 1847.

« Les prolétaires n’y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner. »
Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, 1847.

« Le prolétariat, couche inférieure de la société actuelle, ne peut se soulever, se redresser, sans faire sauter toute la superstructure des couches qui constituent la société officielle. »
Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, 1847.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]


Débat parent