La classe ouvrière a perdu sa combativité

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat La classe ouvrière est-elle la seule classe révolutionnaire ?
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

Les luttes ouvrières sont en baisse continuelle

Page détaillée
Les luttes ouvrières sont en baisse continuelle
[ Modifier ]
« Ces profondes transformations provoquent un infléchissement des luttes sociales : si l’on exclut les grands mouvements de 1936 et de 1968, le maximum historique du nombre de conflits en France est atteint en 1971 (4350). »
Julian Mischi, Nicolas Renahy, « Classe ouvrière », Encyclopædia Universalis.

Les luttes ouvrières sont de plus en plus défensives, localisées et catégorielles

Page détaillée
Les luttes ouvrières sont de plus en plus défensives, localisées et catégorielles
[ Modifier ]
« Les actions revendicatives ouvrières prennent un caractère essentiellement défensif, sur le thème de la sauvegarde de l’emploi. »
Julian Mischi, Nicolas Renahy, « Classe ouvrière », Encyclopædia Universalis.

Les syndicats ont intégré la logique gestionnaire

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les luttes ouvrières sont de plus en plus réactionnaires

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

Les luttes d'aujourd'hui sont portées par d'autres acteurs sociaux

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

La classe ouvrière du tiers-monde commence à lutter

Page détaillée
La classe ouvrière du tiers-monde commence à lutter
[ Modifier ]
« Depuis deux ans, en Chine, au Bangladesh, au Vietnam, et dans bien d’autres pays comme l’Égypte, les ouvriers ont renoué avec les traditions de lutte depuis longtemps oubliées. À Shenzhen, les ouvriers de Foxconn et ceux de Honda ont obtenu des augmentations de salaire de 20 % ; au Bangladesh, après de véritables émeutes dans les quartiers des ouvriers du textile, le salaire minimum a dû être augmenté. Ce gigantesque prolétariat du Tiers-monde réapprend très vite à lutter. Son existence même renforce de façon formidable le camp du prolétariat, notre camp. C’est pourquoi nous devons nous battre de toutes nos forces contre les préjugés des travailleurs d’ici qui voient en eux des adversaires, des concurrents, et non ce qu’ils sont : les nôtres, nos frères et nos sœurs de combat, dont il est fort possible que nous aurons beaucoup à apprendre, en matière de combativité, dans les années qui viennent ! »
« L’une des zones industrielles les plus gigantesques de la planète a occupé le devant de la scène, ces derniers mois, car il elles ont été le théâtre d’une série de grèves. Il s’agit de la ville de Shenzhen, en Chine. Cette ville comptait 30 000 habitants en 1976. Elle en compte 16 millions aujourd’hui. C’est là que l’on trouve les usines du groupe Foxconn et leurs 200 000 ouvriers, sous-traitant taïwanais de tous les géants de l’informatique, Foxconn fabrique notamment les I-Phone, les Ipad et les Neufbox. Foxconn à Shenzen, ce sont les syndicats interdits, des salaires misérables, des journées de travail de 12 à 14 heures souvent 6 jours sur 7, et un petit scandale qui a éclaté lorsque 18 salariés s’y sont suicidés l’an dernier. Des suicides que n’a pas du tout compris Steve Jobs, le patron d’Apple, vous savez, ce milliardaire tellement « cool » et qui ne met jamais de cravate : après avoir visité les usines de Foxconn, il a déclaré que c’était pourtant « un endroit plutôt sympa » ! Soyons justes : suite à ces événements, Apple a imposé à Foxconn de prendre des mesures contre les suicides de ses ouvriers. Sitôt dit, sitôt fait : Foxconn a fait installer des filets de sécurité dans ses usines. »

Ce recul ne peut justifier l'abandon des idées révolutionnaires

Page détaillée
Le recul de la conscience ouvrière ne justifie pas d'abandonner les idées révolutionnaires
[ Modifier ]
« On ne peut que constater le recul de la conscience ouvrière. Face à cette situation, la pire des choses à faire, serait d’abandonner nos idées sous prétexte que les travailleurs ne les reprennent pas. […] C’est tout de même la moindre des choses que le petit courant que nous représentons tente de garder vivantes ces idées et d’essayer de les transmettre, intactes, à ceux qui seront prêts demain à reprendre le combat. […] Il faut continuer de militer pour ces idées, continuer de tenter de les développer malgré les vents contraires et malgré le fait que les délais soient bien plus longs que ce que les fondateurs du communisme espéraient. Il faut continuer de gagner des travailleurs à la révolution, à la conscience communiste. »

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]


Débat parent