La classe ouvrière a pendant longtemps été dispersée et atomisée

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Patrick évoque les 100 000 travailleurs concentrés à Roissy dispersés du fait de la multiplicité des statuts et des entreprises : quoi de commun en effet entre un pilote de ligne et un bagagiste ? Mais quoi de commun entre les différentes strates de la classe ouvrière dans une majorité d’entreprises industrielles à l’époque où Jaurès faisant ses premières armes dans les années 1880 ? Lorsque les usines fonctionnaient encore souvent de manière saisonnière et s’appuyaient sur une toute petite minorité d’ouvriers stables et reconnus, par exemple les mécaniciens – ceux-là même qui ont souvent été à l’origine des syndicats – alors que la grande masse ouvrière, saisonnière, a continué à naviguer entre l’usine et les champs pendant plusieurs générations ? Sans aucune stabilité, et bien sûr sans aucun statut puisque cette notion n’est réellement apparue qu’avec les conventions collectives en 1936, puis avec la mise en place de la sécurité sociale en 1945, qui a même fini par donner une place à chacun, même aux cadres qui ne savaient pas très bien jusqu’alors où ils étaient (souvent qualifiés de « collaborateurs » par les patrons), jusqu’au moment où ils ont disposé de leur propre caisse qui leur a donné tout à la fois un statut et une identité. Unifier notre camp social n’a jamais été bien facile. »

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent