Lénine et Staline ont condamné l'antisémitisme

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Staline est un héritier calomnié de Lénine
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Lénine et Staline ont condamné l'antisémitisme
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument [ modifier ]

Staline passe pour être antisémite. Un historien et philosophe italien, Domenico Losurdo, qui s'est livré à une critique radicale de la légende noire de Staline, aborde le sujet. Le 6 novembre 1941 Staline dénonce l'antisémitisme d'Hitler. On peut confronter son discours à celui de Lénine, prononcé en mars 1919, une lettre sur le bilan tout autant antisocial qu'antisémite du tsarisme écrite de mars 1917, comme à des écrits antérieurs à 1914 : au moins deux textes de 1911. Ce que dit en réaction Hitler à Staline le surlendemain 8 novembre 1941 montrerait plutôt que les deux hommes n'ont rien en commun et que Hitler poursuit en Staline la lutte contre le "judéo-bochevisme"omniprésent dans les attaques contre les Bolcheviks du vivant de Lénine. Après la mort de Staline Kaganovitch restera fidèle à sa mémoire au point de participer au complot antiparti contre Khrouchtchev en 1957.

Citations [ modifier ]

« On appelle antisémitisme le fait de semer la haine contre les Juifs. Lorsque la maudite monarchie tsariste vivait ses derniers jours, elle s'efforcait de dresser les ouvriers et les paysans ignorants contre les Juifs. La police tsariste, alliée aux grands propriétaires fonciers et aux capitalistes, organisait des pogroms antijuifs (...) Seuls des gens complètement ignorants, complètement abrutis peuvent croire les mensonges et les calomnies déversés contre les Juifs (...) Les ennemis des travailleurs, ce ne sont pas les Juifs. Ce sont les capitalistes de tous les pays. Il y a parmi les Juifs des ouvriers, des travailleurs : ils forment la majorité. Ce sont nos frères opprimés par le capital, nos camarades de combat pour le socialisme. Il y a parmi les Juifs des koulaks, des exploiteurs et des capitalistes, comme parmi les Russes, comme dans toutes les nations. Les capitalistes cherchent à semer et attiser la haine entre les ouvriers de croyances, de nationalités et de races différentes. Ceux qui ne travaillent pas, se maintiennent par la force et le pouvoir du capital. Les riches, Juifs et Russes, de même que les riches de tous les pays, alliés les uns aux autres, écrasent, oppriment, pillent et désunissent les ouvriers. Honte au tsarisme maudit qui torturait et persécutait les Juifs. Honte à ceux qui sèment la haine contre les Juifs, à ceux qui sèment la haine contre les autres nations. Vivent la confiance fraternelle et l'alliance de combat entre les ouvriers de toutes les nations dans la lutte pour le renversement du capital. »
Lénine, « "A propos des pogroms antijuifs" (discours enregistré sur disque). », Œuvres, tome 29-mars-août 1919, p.254-255, fin mars 1919, Éditions sociales, Paris, 1962.
« Dans son essence le régime de Hitler est une copie de ce régime réactionnaire qui a existé en Russie sous le tsarisme. Il est notoire que les Hitlériens piétinent les droits des ouvriers, les droits des intellectuels et les droits des peuples, comme le régime tsariste les a piétinés et qu'ils déchaînent des pogroms moyenâgeux contre les Juifs de même que les avait déchaînés le régime tsariste. »
Domenico Losurdo, « discours de Staline prononcé le 6 novembre 1941 », Staline, histoire et critique d'une légende noire, p.310, Aden, 2010.
« L'homme qui est provisoirement devenu seigneur de cet Etat n'est rien d'autre qu'un instrument aux mains de l'omnipuissant judaÏsme ; si sur la scène, devant le rideau, c'est Staline que l'on voit, derrière lui se tiennent Kaganovitch et tous ces Juifs, qui, dans une ramification capillaire, dirigent cet énorme empire. »
Domenico Losurdo, (Hitler, 8 novembre 1941), Staline, histoire et critique d'une légende noire, p.311-312, chapitre 5, Aden, Paris, 2011.
« Pourquoi la lutte pour la république, est-elle une condition réelle de la conquête de la liberté en Russie ? Parce que l’expérience, la grande, l’inoubliable expérience de l’une des plus grandes décennies de l’histoire russe, je veux dire de la première décennie du XXème siècle, montre de façon claire, évidente, irréfutable, l’incompatibilité de notre monarchie avec les garanties les plus élémentaires de la liberté politique. L’histoire de la Russie, l’histoire séculaire du tsarisme font qu’au début du XXème siècle, il n’y a pas et il ne peut pas y avoir chez nous d’autre monarchie que celle des Cent-Noirs et des pogromistes. Dans la situation sociale, dans la situation de classes que nous connaissons, la monarchie russe ne peut faire autrement que d’organiser des bandes d’assassins pour abattre au coin des rues nos députés libéraux et démocrates, d’incendier les maisons où se réunissent les démocrates. La monarchie russe ne peut répondre aux manifestations du peuple en faveur de la liberté autrement qu'en organisant des détachements d'individus qui saisissent les enfants juifs par les pieds pour leur briser la tête contre les pierres, qui violent les femmes juives ou géorgiennes, qui éventrent les vieillards. Les ganaches libérales dissertent sur l'exemple d'une monarchie constitutionnelle de type anglais. Eh bien, si dans un pays aussi cultivé que l'Angleterre, qui n'a jamais connu le joug mongol, l'oppression de la bureaucratie, le déchaînement de la caste militaire, il a néanmoins fallu couper la tête à un bandit couronné pour apprendre aux rois à être des monarques « constitutionnels », en Russie il faudra couper la tête à cent Romanov au moins, pour enlever à leurs successeurs l'habitude d'organiser des bandes d'assassins Cent-Noirs et de déchaîner des pogromes. Si la social-démocratie a retenu quelque chose de la première révolution russe, elle doit maintenant bannir de tous nos discours, de tous nos tracts, le mot d'ordre de « à bas l'autocratie » qui s'est révélé inadapté et vague, et défendre exclusivement celui de "A bas la monarchie tsariste, vive la république". »
Lénine, « « A propos des mots d'ordre et de la conception du travail social-démocrate à la Douma et en dehors », "Social-Démocrate" », Oeuvres de Lénine tome 17 décembre 1910- avril 1912, p.341, 8/21 décembre 1911, Éditions Sociales, Paris, 1968.
« L'accusation d'antisémitisme adressée à Staline est d'autant plus singulière que celui-ci s'avère engagé dans la dénonciation de cette infamie tout au long de l'évolution de celle-ci. Dès 1901 quand il est un jeune révolutionnaire georgien de 22 ans, nous le voyons dans un de ses premiers écrits indiquer parmi les devoirs les plus importants du parti social-démocrate la lutte contre l'oppression qui pèse en Russie sur "les nationalités et les confessions religieuses." Ceux qui sont touchés de façon particulière sont les Juifs, sans cesse persécutés et offensés, privés jusque de ces misérables droits dont jouissent les autres sujets russes : le droit de libre domicile, le droit de fréquenter les écoles, ledroit d'occuper les emplois etc. Quelques années plus tard éclate la révolution de 1905 : le régime tsariste réagit en encourageant ou en déchaînant les pogroms. Staline ne tarde pas à appeler à une politique qui essaie de cimenter l'autocratie avec" le sang et les cadavres des citoyens". La conclusion est nette : "le seul moyen d'éradiquer les pogroms est la destruction de l'autocratie tsariste". On le voit, la persécution antijuive est un des plus importants chefs d'accusation dans le réquisitoire prononcé contre l'ancien régime que la révolution veut renverser. »
Domenico Losurdo, Staline, Histoire et critique d'une légende noire, p.308, Éditions Aden, Paris, 2011.
« Le tsarisme était amené à une lutte où son existence même était en jeu, il était amené à rechercher d'autres moyens de défense que sa bureaucratie complètement épuisée et son armée atteinte par la défaite militaire et la désagrégation interne. La seule issue qui restait à la monarchie tsariste dans cette situation était d'organiser les éléments Cent-Noirs de la population et de déclencher des pogromes. L'indignation vertueuse avec laquelle nos libéraux parlent de pogromes ne peut manquer de donner à tout révolutionnaire une impression de lâcheté lorsque nos libéraux, tout en portant cette condamnation vertueuse contre les pogromes, n'en envisagent pas moins l'idée d'engager des pourparlers et de passer des accords avec leurs auteurs. La monarchie devait forcément se défendre contre la révolution et la monarchie semi-asiatique, féodale, "russe" des Romanov, ne pouvait se défendre que par les moyens les plus grossiers, les plus répugnants, les plus cruels et les plus vils : la seule méthode de lutte contre les pogromes qui soit digne d'un socialiste et d'un démocrate, la seule qui soit raisonnable, ce n'est pas de prononcer des condamnations vertueuses, mais d'apporter une contribution entière et dévouée à la révolution, d'organiser la révolution capable de "renverser" une telle monarchie. Le pogromiste Stolypine s'est préparé à la charge ministérielle de la seule façon dont les gouvernements tsaristes pouvaient le faire : en sévissant contre les paysans, en organisant des pogromes et en sachant couvrir cette "pratique" asiatique de vernis et de phrases, de poses et de gestes "à l'européenne." »
Lénine, « Stolypine et la Révolution », oeuvres de Lénine, tome 17 decembre 1910-avril 1912., p.p. 252-253, 18 (31) octobre 1911, Éditions sociales, Paris, 1968.
« La première révolution et l'époque de contre-révolution qui l'a suivie (1907-1914) ont décelé le fond de la monarchie tsariste, l'on poussé à son extrême limite, en ont mis à nu toute la pourriture et toute la turpitude, ont démasqué tout le cynisme et la corruption de la clique tsariste avec le monstrueux Raspoutine à sa tête, toute la férocité de la famille Romanov - ces massacreurs qui inondèrent la Russie du sang des Juifs, des ouvriers, des révolutionnaires - ces propriétaires fonciers "les premiers entre leurs pairs", possesseurs de millions dedécatines de terres, et prêts à commettre toutes les atrocités et tous les crimes, à ruiner et étrangler autant de citoyens qu'il le faudrait pour conserver leur propre sacro-sainte propriété "et celle de leur classe". »
Lénine, « Lettres de loin », oeuvres de Lénine tome 23 aout-1916-mars 1917, p.326, 7/20 mars 1917, Éditions Sociales, Paris, 1959.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments [ modifier ]

Au début des années trente Staline dénonce l'antisémitisme nazi

Page détaillée
Au début des années trente Staline dénonce l'antisémitisme nazi
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Une interview de 1931 le montre.
« Défait en Russie, l'antisémitisme devient une menace de plus en plus angoissante en Allemagne. Staline n'attend pas l'avènement de Hitler au pouvoir pour sonner l'alarme : dans une déclaration qu'il fait le 12 janvier 1931 à la Jewish Telegraph Agency états-uniennes, il désigne le "chauvinisme racial" et l'antisémitisme comme une sorte de "cannibalisme" et de "retour à la jungle" ; c'est une prise de positon republiée en russe dans " la Pravda" du 30 novembre 1936, à un moment où il s'agit de mettre en garde les gouvernements et l'opinion publique mondiale contre la terrible menace qui pèse sur l'Europe et sur le monde. »
Domenico Losurdo, Staline, histoire et critique d'une légende noire, p.309, Aden, Paris, 2011.

Parmi les inédits de Lénine retrouvés après la chute de l'URSS on trouve un décret de juillet 1918 intitulé "Sur l'éradication de l'antisémitisme"

Page détaillée
Parmi les inédits de Lénine retrouvés après la chute de l'URSS on trouve un décret de juillet 1918 intitulé "Sur l'éradication de l'antisémitisme"
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Voici l'extrait d'une pièce co-signée par Lénine, exhumée par Nicolas Werth dans le livre des pogroms, absente des 45 volumes des oeuvres de Lénine (ici les tomes 27, 28, 35, 36, 44), c'est-à-dire un ouvrage consacré à l'ensemble des massacres perpétrés, dans leur très grande majorité, par les forces antibolcheviques entre 1917 et 1922. Mais au sein de l'armée rouge le cas échéant les poursuites pénales étaient engagées contre leurs rares auteurs d'assassinats ou de pogroms. Lénine et les autres bolcheviks, au plus haut niveau, étaient déterminés à prévenir ce fléau dans les zones qu'ils contrôlaient : ici la Russie.
« Décret du Conseil des commissaires du Peuple de la RSFSR "Sur l'éradication de l'antisémitisme"

Selon des informations qui sont parvenues au Conseil des Commissaires du Peuple, des pogroms sont perpétrés dans de nombreuses villes, en particulier dans la zone proche du front, à la suite desquels, dans certains endroits, ont lieu des attaques contre la population laborieuse juive. La contre-révolution bourgeoise reprend les armes du tsar (...) A présent les contre-révolutionnaires se lancent à nouveau dans la chasse aux Juifs, utilisant la faim et la fatigue, ainsi que l'obscurantisme des masses les plus arriérées et les résidus de la haine antijuive inoculée par l'autocratie (...) Toute attaque contre une nation qu'elle quelle soit est inacceptable et humiliante. Le Conseil des commissaires du Peuple déclare que l'antisémitisme et les pogroms antijuifs signent la mort de la révolution ouvrière et paysanne et appelle le peuple des travailleurs de la Russie socialiste à se battre par tous les moyens contre ce mal. La haine nationale affaiblit nos rangs révolutionnaires, désunit le front unique des travailleurs, sans distinction de nationalité, et ne tend la main qu'à nos ennemis. Le Conseil des Commissaires du Peuple appelle tous les députés des soviets à prendre des mesures énergiques pour éradiquer l'antisémitisme. Il est prescrit de mettre hors-la-loi ceux qui participent ou appellent aux pogroms.

Le Président des Commissaires du Peuple (Oulianov) Lénine ; le chef du service administratif du Conseil des Commissaires du peuple, V.L. Bontch-Brouievitch, Le secrétaire du Conseil, N. Gorbounov »
Lidia MIlakova, Nicolas Werth, « N 155 Décret du Conseil des commissaires du peuple de la RSFSR sur l'éradication de l'antisémitisme (Le 27 juillet 1918) », Le livre des pogroms ; antichambre d'un génocide Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922 (Izvestias,VTSIK, 27 juillet 1918, p.541, Partie III - Russie, calman Levy, Paris, 2006.

La politique stalinienne intégra et réprima toutes les nationalités

Page détaillée
La politique stalinienne intégra et réprima toutes les nationalités
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« « Les années staliniennes douloureuses pour toutes les nationalités de l'URSS le furent aussi pour les juifs. Il y eut des procès et des exécutions parmi les juifs comme parmi les Russes et les autres peuples de l'Union. Il y eut des ministres juifs dans le premier gouverment de Lénine, il y en eut aussi dans les gourvernements de Staline jusqu'en 1939. La situation des Juifs sauf lors de cette période noire de la fin du stalinisme a été semblable à celle des autres Soviétiques. » »
Lily Marcou, Les défis de Gorbatchev, p.p.237, livre II, Paris, Plon, 1988.

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent