Lénine a violemment réprimé les ouvriers de Toula au printemps 1919

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Lénine a violemment réprimé les ouvriers au printemps 1919
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Lénine a violemment réprimé les ouvriers de Toula au printemps 1919
Lénine a violemment réprimé les ouvriers d'Astrakhan au printemps 1919
Lénine a violemment réprimé les ouvriers des usines Poutilov au printemps 1919
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Parmi les épisodes répressifs les plus significatifs figurent, en mars-avril 1919, ceux de Toula et d’Astrakhan. Dzerjinski se rendit en personne à Toula, capitale historique de l’armurerie en Russie, le 3 avril 1919, pour liquider la grève des ouvriers des usines d’armement. Durant l’hiver 1918-1919, ces usines, vitales pour l’Armée rouge – on y fabriquait 80 % des fusils produits en Russie –, avaient déjà été le théâtre de débrayages et de grèves. Mencheviks et socialistes-révolutionnaires étaient largement majoritaires parmi les militants politiques implantés dans ce milieu ouvrier hautement qualifié. L’arrestation, début mars 1919, de centaines de militants socialistes suscita une vague de protestations, qui culmina le 27 mars lors d’une immense « marche pour la liberté et contre la faim » rassemblant des milliers d’ouvriers et de cheminots. Le 4 avril, Dzerjinski fit arrêter encore huit cents « meneurs » et évacuer par la force les usines occupées depuis plusieurs semaines par les grévistes. Tous les ouvriers furent licenciés. La résistance ouvrière fut brisée par l’arme de la faim. Depuis plusieurs semaines, les cartes de ravitaillement n’étaient plus honorées. Pour obtenir de nouvelles cartes, donnant droit à 250 g de pain, et retrouver leur travail après le lock-out général, les ouvriers durent signer une demande d’embauche qui stipulait notamment que tout arrêt de travail serait désormais assimilé à une désertion passible de la peine de mort. Le 10 avril, la production reprenait. La veille, vingt-six « meneurs » avaient été passés par les armes. »
Nicolas Werth, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]