Lénine a toujours pris parti pour la démocratie des soviets

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Lénine est-il le précurseur de Staline ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à Lénine était un ennemi de la démocratie
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Lénine a fomenté le coup d'État d'Octobre 17
Lénine a dissout l'Assemblée constituante de janvier 1918
Lénine a interdit les partis et journaux d'opposition
Lénine savait qu'il ne pouvait prendre le pouvoir de façon démocratique
Lénine défendait la dictature du prolétariat
Le manque de démocratie pendant la Révolution russe est un héritage de la société tsariste
Lénine a toujours pris parti pour la démocratie des soviets
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Les falsificateurs accusent les bolcheviks d’avoir banni toute démocratie. Les bolcheviks ont, au contraire, systématiquement pris le parti de la démocratie ouvrière. Ce sont eux qui ont pris fait et cause pour les comités d’usine. Eux qui ont revendiqué tout le pouvoir pour les soviets. Eux qui ont toujours été favorables à ce que les ouvriers et les soldats s’organisent par en bas, prennent des initiatives et agissent collectivement. »
Lutte ouvrière, « 1917-2017 : la révolution russe », octobre 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

Les bolcheviks ont accaparé le pouvoir des soviets une fois au pouvoir

Page détaillée
Les bolcheviks ont accaparé le pouvoir des soviets une fois au pouvoir
[ Modifier ]
« Deuxième malentendu : les rapports du Parti bolchevique avec toutes les institutions – comités d’usine, syndicats, partis socialistes, comités de quartier, Gardes rouges et, surtout, soviets – qui avaient à la fois participé à la destruction des institutions traditionnelles et lutté pour l’affirmation et l’extension de leurs propres compétences. En quelques semaines, ces institutions furent dessaisies de leur pouvoir, subordonnées au Parti bolchevique ou éliminées. Le « pouvoir aux soviets », mot d’ordre sans doute le plus populaire dans la Russie d’octobre 1917, devint, en un tournemain, le pouvoir du Parti bolchevique sur les soviets. Quant au « contrôle ouvrier », autre revendication majeure de ceux au nom desquels les bolcheviks prétendaient agir, les prolétaires de Petrograd et des autres grands centres industriels, il fut rapidement écarté au profit d’un contrôle de l’État, prétendument « ouvrier », sur les entreprises et les travailleurs. »
Nicolas Werth, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]


Débat parent