Lénine a toujours pris parti pour la démocratie des soviets

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Les falsificateurs accusent les bolcheviks d’avoir banni toute démocratie. Les bolcheviks ont, au contraire, systématiquement pris le parti de la démocratie ouvrière. Ce sont eux qui ont pris fait et cause pour les comités d’usine. Eux qui ont revendiqué tout le pouvoir pour les soviets. Eux qui ont toujours été favorables à ce que les ouvriers et les soldats s’organisent par en bas, prennent des initiatives et agissent collectivement. »
Lutte ouvrière, « 1917-2017 : la révolution russe », octobre 2017.
« Loin de nous l’idée que les bolcheviks n’aient pas fait d’erreurs. Ils en ont fait, et Lénine était le premier à le penser et à le dire. Mais toute la politique et les choix qui ont été faits, y compris dans la guerre civile, étaient mus par la volonté de tenir et de défendre la révolution le temps que celle-ci se déclenche dans d’autres pays. Aujourd’hui le Parti bolchevique avec Lénine concentre toutes les attaques. Il aurait porté en lui le stalinisme. Avec cette façon de raisonner, on pourrait aussi dire que la prise de la Bastille et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen portaient en germe le despotisme de Napoléon et les guerres de l’Empire qui ravagèrent l’Europe. Alors il ne faut pas mélanger toutes les périodes. »
Lutte ouvrière, « 1917-2017 : la révolution russe », octobre 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Les bolcheviks ont accaparé le pouvoir des soviets une fois au pouvoir

Page détaillée
Les bolcheviks ont accaparé le pouvoir des soviets une fois au pouvoir
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« Deuxième malentendu : les rapports du Parti bolchevique avec toutes les institutions – comités d’usine, syndicats, partis socialistes, comités de quartier, Gardes rouges et, surtout, soviets – qui avaient à la fois participé à la destruction des institutions traditionnelles et lutté pour l’affirmation et l’extension de leurs propres compétences. En quelques semaines, ces institutions furent dessaisies de leur pouvoir, subordonnées au Parti bolchevique ou éliminées. Le « pouvoir aux soviets », mot d’ordre sans doute le plus populaire dans la Russie d’octobre 1917, devint, en un tournemain, le pouvoir du Parti bolchevique sur les soviets. Quant au « contrôle ouvrier », autre revendication majeure de ceux au nom desquels les bolcheviks prétendaient agir, les prolétaires de Petrograd et des autres grands centres industriels, il fut rapidement écarté au profit d’un contrôle de l’État, prétendument « ouvrier », sur les entreprises et les travailleurs. »
Nicolas Werth, Le livre noir du communisme, Robert Laffont, Paris, 1997.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent