Lénine a rejeté, en décembre 1919, de manière argumentée, les accusations de violences contre les paysans

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Que de fait les réquisitions indispensables pour nourrir d'urgence des villes affamées aient gravement déterioré les rapports d'abord très favorables entre pouvoir bolchevik et masse paysanne, qu'en plus d'une région se soit enclenchée la redoutable dialectique rébellion-répression jusqu'à de véritables guérillas rurales attisées par les Blancs où, écrit Nicolas Werth, la masse des paysans moyens fut touchée, c'est là une vérité sur laquelle ses travaux sont instructifs- par exemple sur la révolte de Tambov. Mais à conclure que le mécontentement fut général, donc qu'ici aussi le projet poliitique léniniste aurait pour fond le choix par principe de la violence, on se heurterait à une objection proprement décisive formulée par Lénine en décembre 1919 : On a beau crier que le parti bolchevik est le parti de la violence à l'encontre des paysans, nous disons : Messieurs, c'est un mensonge ! Si nous étions le parti de la violence à l'encontre des paysans, aurions-nous pu tenir contre Koltchak, aurions-nous pu mettre sur pied une armée à service militaire obligatoire et où les huit-dixièmes des hommes sont des paysans, où tous sont armés, où l'exemple de la guerre impérialiste a montré à tous qu'il est facile de diriger un même pays de différents côtés ? (t. 30, 185) A ignorer une objection aussi forte, on rend sa thèse bien faible. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine, p.36-37, La Terreur nous a été imposée, Éditions sociales. Les Parallèles 1917 +100, Paris, 2017.
« Et Lénine ne le conteste pas. Il ne farde jamais la vérité : Bien souvent, en raison du manque d'expérience des travailleurs des Soviets et de la difficulté de la question, les coups destinés aux koulaks sont allés frapper la paysannerie moyenne. Nous avons commis là une très grave faute. »
Lucien Sève, Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante. Suivi d'un choix de textes de Lénine., p.36, La Terreur nous a été imposée (Oeuvres de Lénine, tome 29, VIIIème congès du PC, 18 mars 1919, p. 157), Éditions sociales, Les Parallèles 1917 +100, Paris, 2017.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]